skip-to-main-content
Faire un don
Faire un don maintenant

Comment Marco s’est remis de son AVC

La recherche l’a aidé à retrouver son mode de vie actif
Marco smiling with tennis racquet

Lorsque les infirmiers ont annoncé à Marco qu’il ne jouerait plus au tennis, il a décidé de leur prouver qu’ils avaient tort.

Par une belle journée ensoleillée de 2006, alors qu’il buvait tranquillement un café chez lui avec sa femme, Marco Chorbajian s’est subitement senti fatigué. Il a donc décidé de faire une sieste.

Il s’est réveillé une heure plus tard. Lorsqu’il a tenté de faire un jeu Sudoku, il a été surpris de constater qu’il était incapable de tenir son stylo. Inquiète, sa femme a décidé de l’amener à l’hôpital. Le temps de s’y rendre, Marco n’arrivait plus à marcher.

Marco, alors âgé de 69 ans, venait de subir un AVC lui enlevant la capacité de bouger et de parler. Il est resté à l’hôpital pendant trois mois.
« C’était très effrayant, se souvient Marco. Je voulais seulement mourir. »

Une visite de son petit-fils a transformé sa vision des choses et lui a donné la motivation de se battre pour se rétablir. Il a quitté l’hôpital et a commencé un traitement de physiothérapie. Il s’est mis à la natation tous les jours. Après 18 mois à pratiquer la marche dans la piscine, il a augmenté d’un cran son exercice de réadaptation, faisant jusqu’à 5 000 pas à travers la ville.

Passionné de tennis, Marco a été dévasté lorsque les infirmiers lui ont annoncé qu’il ne pourrait plus jouer. Il a donc décidé de leur prouver qu’ils avaient tort. La nuit, il gardait sa raquette de tennis avec lui, même s’il ne pouvait pas la tenir. Plus tard, Marco a été en mesure de jouer au tennis deux fois par semaine. Il a participé à la course Vancouver Sun Run à plusieurs reprises.

La recherche améliore le rétablissement après un AVC

De nos jours, de plus en plus de personnes au pays survivent à l’AVC grâce aux progrès réalisés en sensibilisation et dans les services médicaux. Le rétablissement à la suite d’un AVC est un cheminement qui peut durer plusieurs années ou même une vie entière. La recherche financée par Cœur + AVC a fait des progrès remarquables afin d’améliorer le rétablissement de l’AVC. Marco en est la preuve.

« Travailler avec des chercheurs comme la Dre Janice Eng m’a sauvé la vie », dit Marco. Il attribue cet accomplissement à la Dre Eng, qui lui a montré l’importance de l’exercice dans son rétablissement.

La Dre Eng et d’autres chercheurs subventionnés par Cœur + AVC continuent à trouver de nouvelles pratiques exemplaires innovatrices qui aident les gens comme Marco à avoir le rétablissement le plus complet à la suite d’un AVC.

Travailler avec des chercheurs comme la Dre Janice Eng m’a sauvé la vie.

Marco Chorbajian Survivant d’un AVC

Par exemple, la Dre Eng et son équipe, à l’Université de la Colombie-Britannique, mettent à l’essai un « exosquelette » robotisé afin de vérifier si ce dernier peut aider des survivants de l’AVC à améliorer leur capacité de marcher. L’appareil est attaché aux jambes du patient et contrôle les mouvements des hanches et des genoux, le tout par l’intermédiaire d’un système informatisé qui se porte dans un sac-à-dos.

Quant à Marco, il a fait part de son expérience à d’autres survivants de l’AVC à travers la métropole de Vancouver pour leur offrir des conseils, des encouragements et du soutien.

« J’ai décidé que survivre à l’AVC serait l’œuvre de ma vie, dit-il. Je veux aider tous les survivants d’un AVC autant que je le peux. »