skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Guérir l’esprit après une crise cardiaque

Un programme en ligne gratuit de soutien aux survivants d’une crise cardiaque qui sont aux prises avec l’anxiété et la dépression

Luke Schneider réfléchissait à des sujets pour son projet de recherche en psychologie clinique lorsqu’un membre de sa famille proche a subi une crise cardiaque. 

« Il m’a dit qu’il s’était présenté dans un service de réadaptation cardiaque et a été étonné de constater à quel point l’accent n’était mis que sur l’exercice et la saine alimentation, se rappelle Luke, qui étudie au doctorat à l’Université de Regina. Il souhaitait parler avec quelqu’un de la dépression et de l’anxiété qu’il éprouvait. Ils lui ont répondu : ‟Allez en parler à votre médecin généraliste”.»

En creusant la question, Luke a rapidement découvert que de nombreuses personnes partageaient des histoires similaires. 

« J’ai constaté que les lignes directrices nationales au Canada mettent l’accent sur les traitements et le soutien psychologique pour aider les gens à gérer le stress et l’anxiété après une crise cardiaque. Mais il y a un manque quant à l’accès aux traitements fondés sur des données probantes. C’est ce qui m’a mis sur cette voie. » 

La connexion esprit-cœur

La dépression et l’anxiété sont fréquentes chez les survivants d’une crise cardiaque, mais beaucoup ne cherchent pas de soutien. 

En 2016, Luke a élaboré le Cours de bien-être cardiaque pour sa thèse de doctorat avec pour objectif de remédier aux lacunes de soutien en santé mentale pour les patients cardiaques. 

Le programme pilote en ligne de huit semaines (en anglais seulement) est offert gratuitement aux gens du pays qui ont subi une angine de poitrine ou une crise cardiaque au cours des deux dernières années.

Luke mentionne que lorsqu’on se sent nerveux ou stressé, une partie de la réponse à l’anxiété est une accélération du rythme cardiaque. Pour quelqu’un qui a subi une crise cardiaque, ces symptômes physiques peuvent être extrêmement inquiétants et déclencher des pensées en chaîne. « Est-ce que je fais encore une autre crise cardiaque? Devrais-je aller à l’hôpital? Devrais-je prendre plus de médicaments? » 

Les participants au cours de bien-être cardiaque apprennent des techniques pour réduire le stress, comme des exercices de respiration, afin de soulager l’anxiété dans de tels moments. Ils suivent également une thérapie comportementale cognitive (TCC), qui enseigne des stratégies pratiques fondées sur des données probantes pour lutter contre la dépression et l’anxiété.

Traditionnellement, les programmes de réadaptation cardiaque se concentrent sur les cours en groupe. Les temps d’attente pour s’inscrire à ces programmes sont généralement longs, et le fait de n’être donné qu’en groupe peut dissuader les personnes qui se sentent gênées de faire partager leurs sentiments et leurs émotions. 

Pour surmonter ces obstacles, le cours de bien-être cardiaque utilise une approche individualisée. Les patients n’ont pas besoin de références pour se joindre au programme et reçoivent un suivi hebdomadaire d’un professionnel de la santé mentale par téléphone ou par courrier électronique. 

 

 

Ces choses ne devraient pas attendre jusqu’à ce qu’elles deviennent de gros problèmes à gérer.

Luke Schneider

Vivre avec l’anxiété 

Lorsque Ron Thompson a subi un pontage coronarien, en juillet 2016, il s’attendait à être sur pied en quelques jours. « Ce n’est pas ce qui s’est passé, explique ce résident de Moose Jaw, âgé de 69 ans. 

Avant l’opération, on ne m’a pas parlé de toutes les difficultés que je rencontrerais. Je pense que cela faisait partie du problème; je ne m’attendais pas à ce que les symptômes physiques soient aussi forts qu’ils l’ont été. J’étais impatient de passer à travers cette épreuve. »

Le plan de rétablissement de Ron comprenait un programme de réadaptation cardiaque de 12 semaines axé principalement sur la réadaptation physique. Il ne comprenait qu’une seule séance de trois heures sur les changements émotionnels et les symptômes que l’homme pourrait présenter. 

Le peu de soutien ont aggravé les attaques d’anxiété de Ron. Ce dernier s’éveillait brusquement pendant la nuit, trempé de sueur, le cœur battant la chamade, et incapable de reprendre son souffle. 

Quand une infirmière lui a parlé du cours de bien-être cardiaque, Ron s’y est tout de suite inscrit. Il a constaté que les appels téléphoniques hebdomadaires et les exercices de respiration soulageaient son anxiété et l’aidaient à faire face à ses sentiments d’incertitude. 

« Il est parfois difficile de parler de certaines choses, mais c’est important. Vous comprenez que vous n’êtes pas le seul dans cette situation; beaucoup de gens ont les mêmes pensées après une chirurgie cardiaque. » 

Le programme sera évalué jusqu’en août 2018, mais les premiers résultats sont suffisamment prometteurs pour qu’il se poursuive. À la fin du programme de huit semaines, les participants qui avaient des symptômes légers à modérés de dépression ou d’anxiété au moment de leur inscription ont déclaré ne plus en ressentir que très peu. Beaucoup ont également augmenté leurs niveaux d’activité physique. L’anxiété, la dépression et les niveaux d’activité physique sont demeurés semblables chez les personnes placées sur une liste d’attente pour la même période de temps. 

Dans l’avenir, Luke espère élargir le programme pour joindre davantage de personnes. 

« Les gens ne veulent pas être étiquetés comme dépressifs ou anxieux. Je tiens vraiment à ce que les gens sachent que s’ils se sentent un peu stressés, déprimés ou anxieux, ils peuvent suivre ce cours, a déclaré Luke. 

Du point de vue de la prévention, ces choses ne devraient pas attendre jusqu’à ce qu’elles deviennent de gros problèmes à gérer. Les personnes qui veulent améliorer la façon dont ils se sentent et apprendre certaines techniques de gestion du stress tireront profit de ce cours. »