skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

L’histoire d’Esther : une combinaison gagnante

Une femme a trouvé la force et la santé dans les traditions autochtones après une transplantation cardiaque qui lui a sauvé la vie
Esther Sanderson sourit, habillée d’une veste violette, à côté d’un panneau de l’Université de Winnipeg.

Comme plusieurs femmes, Esther Sanderson a été prise par surprise par une maladie du cœur. Une douleur abdominale aiguë l’a envahie alors qu’elle conduisait de Prince Albert à Regina pour participer à une réunion en octobre 2004. Esther, qui est membre du clan Beaver et qui habite maintenant au sein de la nation cri d’Opaskweyak, n’a pas été alarmée par cette douleur. 

C’est lorsque la douleur s’est aggravée qu’Esther a appelé son amie, qui est directrice des soins infirmiers à l’Université des Premières Nations du Canada. Elle a convaincue Esther qu’il y avait un problème sérieux et l’a emmenée à l’Hôpital Victoria, à Prince Albert.
  
À l’hôpital, les résultats de l’électrocardiogramme d’Esther étaient normaux, mais les symptômes de la crise cardiaque peuvent être plus subtils chez les femmes que chez les hommes. Son amie a insisté pour refaire le test.

Un troisième électrocardiogramme a confirmé qu’Esther était dans un état grave. Elle avait un caillot sanguin et faisait une crise cardiaque qui nécessitait un traitement plus important que celui qu’elle pouvait recevoir à Prince Albert. Elle a été transportée en ambulance routier à Saskatoon, et puis par les airs jusqu’à l’hôpital de l’Université d’Edmonton. 

Entre la vie et la mort 

Les cardiologues ont confirmé que son cœur avait été gravement endommagé et qu’elle avait besoin d’une transplantation cardiaque pour survivre. Elle a été branchée sur un cœur-poumon artificiel pour que son sang circule dans tout son organisme. Mais ce n’était qu’une solution temporaire. 

En moins de deux semaines, Esther a dû être débranchée de la machine et de recevoir une transplantation cardiaque.  

Pendant 12 jours, sa fille et son fils, ses sœurs et frères, ses neveux et nièces sont restés dans la salle d’attente de l’unité de cardiologie, certains d’entre eux assumaient la responsabilité de défenseurs en son nom. Le jour précédant celui prévu pour la débrancher, ils ont appris qu’un donneur potentiel avait été trouvé.  

Culture et santé

Depuis sa transplantation, Esther a rencontré plusieurs femmes vivant avec les séquelles de maladies du cœur. Elle a appris que plusieurs d’entre elles, et particulièrement les femmes autochtones, n’ont ne réagissent pas toutes bien à leurs traitements.

« Trop souvent, les gens abandonnent et meurent, désespérés, ou sont retournés à la maison avec de l’aspirine, et parfois décèdent, dit Esther. Les soins et le traitement qu’ils reçoivent au début sont très cruciaux. Si cela ne fonctionne pas, ils hésitent à retourner à l’hôpital, à poser des questions ou à remettre la décision en question. »

Aujourd’hui, Esther est directrice des langues et des cultures autochtones à University College of the North in The Pas, Man. En se rappelant sa propre crise de santé, elle trouve un problème lié à la dégradation dans les méthodes traditionnelles des peuples autochtones pour rester en santé.

Ce don est sacré. 

Esther Sanderson Femme crie ayant eu une transplantation cardiaque 

« Avoir un mode de vie sain implique de vivre de façon holistique, de s’occuper de son bien-être physique, mental, spirituel et émotionnel, explique-t-elle. Un grand nombre de nos pratiques culturelles et spirituelles sont légalement proscrites par le gouvernement; néanmoins, nous étions capables de nourrir nos familles sainement par l’intermédiaire d’aliments traditionnels.

Ensuite, cela aussi a changé », poursuit-elle. Elle se rappelle un jour où elle voulait acheter un morceau de melon d’eau qui coutait 13 $, tandis qu’un sac de croustilles avec une boisson gazeuse coûtaient seulement 1 $.

« Plusieurs communautés n’usent pas de méthodes spirituelles et culturelles, et ne mangent pas sainement. Les raisons varient, mais c’est surtout parce que les gens ne sont plus capables d’avoir ce mode de vie.

Les femmes autochtones en subissent davantage les répercussions puisqu’elles sont encore responsables de nourrir et de s’occuper de leur famille. « Bien que ce ne soit pas notre faute, toutes ces lacunes entraînent une mauvaise santé pour nos familles et nos communautés. »  

Pratiques de guérison 

Esther croit que le système de soins de santé peut tirer parti de l’expérience des peuples autochtones. Tout d’abord, il conviendrait pour les professionnels de la santé de reconnaître que les pratiques de guérison spirituelles, culturelles et traditionnelles sont aussi importantes que les modèles biomédicaux pour maintenir une bonne santé cardiaque chez les peuples autochtones.

Elle espère aussi que les professionnels de la santé peuvent tirer parti de son expérience afin d’aider leurs patients. En 2016, elle a collaboré avec le National Collaborating Centre for Aborigional Health afin de développer des séries de vidéos (“Reflections on mite achimowin: First Nations Women’s Expressions of Heart Health”). Elle y décrit l’importance des liens familiaux et spirituels dans son rétablissement après la transplantation cardiaque.

« La manière dont nous traitons la santé est différente. Nous l’abordons de façon holistique, ajoute Esther. Nous avons tous besoin du modèle biomédical pour établir des diagnostics quand nous sommes malades, mais après, c’est à nous de décider ce qui nous aidera pour être de nouveau en santé.

La relation que nous avons avec notre famille, notre communauté et nous-mêmes est cruciale pour maintenir et rétablir notre santé. Ceci inclut le fait de s’occuper de notre cœur, de notre cerveau et de notre esprit de façons culturellement appropriées. »

Treize ans après avoir reçu son nouveau cœur, Esther fait tout ce qu’elle peut pour conserver sa bonne santé, et cela inclut de voir son cardiologue, à Winnipeg, deux fois par an.

« Je m’occupe de la santé de mon cœur de façon holistique, spirituelle, physique et émotionnelle le reste de l’année. Ce don est sacré pour moi. »