skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

La vérité sur les femmes et l’AVC

L’AVC touche les femmes différemment des hommes et celles-ci sont plus à risque d’en subir un à certains moments de leur vie
Lisa Meeches

N’importe qui peut subir un AVC, à n’importe quel âge – mais les femmes sont plus durement touchées. 

  • L’AVC tue un tiers de femmes de plus que d’hommes. 
  • Les femmes sont 60 % moins susceptibles que les hommes de retrouver leur autonomie après un AVC et ont une moins bonne qualité de vie.  
  • Au pays, toutes les 17 minutes, une femme subit un AVC. Cela représente 85 femmes chaque jour, dont 18 en meurent. 

« Nous avons vu des améliorations exceptionnelles en matière de sensibilisation, de soins, de traitement et de recherche au cours des 20 dernières années, affirme Yves Savoie, chef de la direction national de Cœur + AVC. Malheureusement, les femmes ne profitent pas autant de ces progrès que les hommes. » 

 

Le Bulletin sur l’AVC 2018 de Cœur + AVC porte sur les lacunes et sur ce qui doit être fait pour empêcher qu’un si grand nombre de femmes succombent à la suite d’un AVC, notamment en en remédiant aux différences en matière de traitement et de rétablissement.

L’AVC touche les femmes différemment des hommes et celles-ci sont plus à risque d’en subir un à certains moments de leur vie : pendant la grossesse, après la ménopause et lorsqu’elles sont âgées. Celles d’origine sud-asiatique ou africaine ont un risque accru, tout comme les femmes autochtones, qui obtiennent difficilement des traitements adéquats et du soutien lors de leur rétablissement.

Cœur + AVC a lancé #TempsDeVoirRouge, une campagne de sensibilisation qui souligne l’importance de la santé cardiaque et cérébrale des femmes, de la prévention au traitement et au rétablissement.

Garder le contrôle

Les femmes peuvent apporter de nombreux changements à leur vie pour réduire leur risque d’AVC, notamment :

  • Maintenir une pression artérielle saine  en modifiant certaines habitudes de vie (faire plus d’activité physique, avoir une alimentation saine avec le régime DASH, réduire leur consommation de sel) et en prenant des médicaments, au besoin.
  • Faire de l’activité physique d’intensité modérée à élevée, à raison d’au moins 150 minutes chaque semaine par périodes de 10 minutes ou plus.
  • Adopter un régime alimentaire sain et équilibré axé sur les aliments entiers et comportant beaucoup de légumes et fruits, limiter leur consommation d’aliments ultra-transformés, éviter les boissons sucrées, surveiller la taille des portions, et cuisiner à la maison le plus souvent possible.
  • Éviter ou cesser de fumer.
  • Atteindre ou maintenir un poids santé.
  • Prendre des médicaments visant à réduire le risque de maladies cœur et d’AVC tels qu’ils ont été prescrits par un professionnel de la santé.
  • Parler de leurs risques personnels  avec un médecin avant d’utiliser des contraceptifs oraux ou de suivre un traitement d’hormonothérapie substitutive après la ménopause.

Les femmes peuvent également se protéger en apprenant les signes VITE   de l’AVC. Ce qui se produit pendant les premières heures suivant un AVC est d’une importance cruciale. Lorsque les signes sont reconnus rapidement et que la personne est transportée à un hôpital sans tarder, les chances de survie et de rétablissement augmentent considérablement. 

« Les femmes subissent tellement de pression à leur travail et à la maison qu’elles ne prennent pas le temps de faire de leur santé une priorité, affirme Patrice Lindsay, directrice de l’AVC à Cœur + AVC. Lorsque des signes de l’AVC apparaissent chez les jeunes femmes, celles-ci sont plus susceptibles de minimiser leurs symptômes et de prendre plus de temps à obtenir des soins, ce qui augmente les risques de séquelles graves. Nous devons augmenter les mesures de sensibilisation et nous assurer que les femmes ont accès le plus rapidement possible aux soins qui leur sauveront la vie. »