skip-to-main-content
Faire un don
Faire un don maintenant

Un cœur capable de se guérir lui-même

La médecine régénérative a le pouvoir de changer le traitement des maladies du cœur et de renverser l’insuffisance cardiaque.
Un homme âgé derrière une plaque de verre brisée

Si vous subissiez une crise cardiaque aujourd’hui, votre médecin vous prescrirait sans doute des médicaments qui ne feraient que freiner l’apparition de lésions sur votre muscle cardiaque, car aucun traitement ne peut réparer ou renverser les dommages subis

Si vous subissiez une crise cardiaque aujourd’hui, votre médecin vous prescrirait sans doute des médicaments qui ne feraient que freiner l’apparition de lésions sur votre muscle cardiaque, car aucun traitement ne peut réparer ou renverser les dommages subis.

Cependant, cette situation pourrait devenir chose du passé grâce à la médecine régénérative, un nouveau domaine de recherche prometteur qui pourrait rendre possible la guérison d’un cœur endommagé.

Le Dr Kim Connelly, cardiologue et chercheur financé par la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC à l’hôpital St. Michael’s, à Toronto, a compris le potentiel de la médecine régénérative en côtoyant un nombre grandissant de patients aux prises avec le diabète et les maladies du cœur, après avoir obtenu son diplôme de la faculté de médecine.

« Il est devenu évident que de nombreux problèmes de santé auxquels il n’existait aucun traitement, et que les patients étaient condamnés à en mourir ou à subir des crises cardiaques ou des AVC », explique-t-il.

Lorsque l’un de ses amis a reçu un diagnostic de diabète et de maladie du rein, le Dr Connelly a réalisé qu’aucun traitement particulier n’existait non plus pour son ami. Il a alors pris la décision de retourner en laboratoire pour trouver lui-même des solutions.

Le domaine de la médecine régénérative n’existe que depuis une vingtaine d’années environ. Pendant cette période, les chercheurs ont découvert comment cultiver de nouvelles cellules saines à partir de cellules prélevées sur des patients. « Dans chacun de nous, explique le Dr  Connelly, il y a des cellules souches qui peuvent être prélevées, modifiées, puis réintroduites dans l’organisme. »

Il espère qu’en introduisant ces cellules saines dans les zones endommagées du muscle cardiaque, ce dernier pourra mieux fonctionner, lui permettant de se réparer lui-même.

Cependant, il souligne que ce travail exige du temps. « Créer de nouvelles cellules à partir de notre propre matériel génétique brut représente un défi, particulièrement dans le cas d’un mécanisme aussi complexe que le cœur humain. »

Dans le cadre de ses travaux de recherche financés par la Fondation, le Dr  Connelly a démontré qu’il était en mesure de renverser les dommages de cellules humaines individuelles en activant une sorte d’« interrupteur » chimique. Maintenant, grâce à un financement supplémentaire, il est prêt à mener un essai clinique pour vérifier s’il est possible d’obtenir les mêmes résultats sur un patient qu’en laboratoire.

Si la médecine régénérative s’avère aussi révolutionnaire qu’on l’espère, elle changerait la vie des 600 000 personnes environ vivant avec l’insuffisance cardiaque au pays.

L’insuffisance cardiaque est une maladie chronique qui fait en sorte que le cœur est incapable de pomper le sang efficacement en raison de lésions ou d’un affaiblissement. Presque tous les troubles cardiaques y mènent. Bien que les traitements visant à rallonger la vie des patients et à en améliorer la qualité sont beaucoup plus efficaces qu’auparavant, l’insuffisance cardiaque demeure incurable.

Compte tenu du vieillissement de la population et d’une augmentation des cas d’insuffisance cardiaque, les chercheurs comme le Dr Connelly espèrent que des travaux de recherche novateurs, notamment sur la médecine régénérative, pourront un jour guérir cette maladie.

« Je crois sincèrement que la recherche joue un rôle vital pour que nous puissions améliorer nos traitements actuels et en développer des nouveaux », témoigne-t-il.

  • Ces travaux de recherche sont rendus possibles grâce à nos donateurs. En finançant la recherche vitale sur les maladies du cœur, vous nous aidez à créer plus de survivants. Faites un don dès maintenant.