skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Protéger les cerveaux pour perpétuer les souvenirs

Le conseil sur les déficits cognitifs d’origine vasculaire de Cœur + AVC

Pour bien fonctionner, le cerveau a besoin d’une circulation sanguine adéquate. Lorsque les vaisseaux sanguins du cerveau n’acheminent pas assez d’oxygène, différents troubles de la pensée ou de la mémoire risquent d’apparaître. Ce sont des déficits cognitifs d’origine vasculaire.

Ces déficits consistent parfois en de légers troubles de mémoire ou de langage, ou en des difficultés cognitives qui nuisent aux activités quotidiennes comme la préparation des repas ou la gestion des finances personnelles. La forme la plus grave de ces déficits est la démence vasculaire.

Le risque de démence est deux fois plus élevé chez les survivants d’un AVC.

Grâce à la recherche, nous comprenons de mieux en mieux le lien entre l’AVC et la démence. Il ne fait aucun doute que l’AVC augmente le risque de difficultés cognitives et de démence. Cette réalité est d’autant plus grave que le nombre de personnes vivant avec les séquelles d’un AVC sera près du double dans 20 ans, à cause du vieillissement de la population.

C’est la raison pour laquelle Cœur + AVC a décidé de faire des déficits cognitifs d’origine vasculaire un des six secteurs qui selon nous a de meilleures chances d’avoir un impact majeur (faire défiler vers le bas pour en savoir plus). En favorisant la recherche de nouvelles solutions en matière de prévention et de traitement des déficits cognitifs d’origine vasculaire, nous sauverons plus de vies et nous donnerons plus de moments précieux à des milliers de personnes au pays.

Un conseil qui se prononcera sur les mesures à prendre

Les membres du conseil sur les déficits cognitifs d’origine vasculaire de Cœur + AVC, qui sont des chercheurs et des membres de la communauté à parts égales, proviennent de différents milieux et comprennent des personnes ayant une expérience vécue avec des déficits cognitifs d’origine vasculaire (soit à titre de patient ou d’aidant) et des personnes issues des secteurs des politiques, de la technologie, de la philanthropie et des soins de santé.

Le groupe, dirigé par deux coprésidentes, reflète également la représentation géographique (milieux ruraux et urbains, et échelle régionale et provinciale), la diversité culturelle et la langue maternelle (français ou anglais). D’autres éléments ont été pris en compte pour les chercheurs, notamment l’avancement professionnel, les sujets de recherche et l’environnement de travail et de recherche, tandis que la profession et les compétences précises ont été prises en considération pour les membres de la communauté.

Depuis janvier 2018 et pendant les deux prochaines années, les membres du conseil examineront les priorités et les possibilités les plus prometteuses en matière de détection, de traitement et de prise en charge des déficits cognitifs d’origine vasculaire.

Leurs connaissances et leurs commentaires aideront Cœur + AVC à déterminer comment avoir l’impact le plus tangible sur les personnes vivant avec un déficit cognitif d’origine vasculaire et leur famille.

La coprésidence du conseil

Dre Sandra Black, coprésidente de la recherche : La Dre Sandra Black est une neurologue spécialisée en neurologie cognitive et AVC reconnue à l’échelle internationale. Elle détient la chaire Brill en neurologie, Université de Toronto et Centre des sciences de la santé Sunnybrook. Cette éminente clinicienne de la démence est directrice générale de la Toronto Dementia Research Alliance, en plus d’exercer des fonctions de direction au sein du Partenariat canadien pour le rétablissement de l’AVC de Cœur + AVC et du programme de recherche sur les sciences du cerveau Hurvitz.

Ses travaux portent sur les changements cognitifs à la suite d’un AVC, le rétablissement, et l’utilisation de techniques de neuro-imagerie pour élucider les relations cérébrales dans les cas d’AVC et de démence. À titre d’officière de l’Ordre du Canada, Sandra fera profiter le conseil de son expertise et de son leadership.

 

Debbie Benczkowski, coprésidente communautaire : Debbie Benczkowski a récemment pris sa retraite de la Société Alzheimer du Canada, où elle occupait le poste de directrice de l’exploitation, en plus d’avoir occupé plusieurs fois le poste de chef de la direction intérimaire. Elle est une chef de file reconnue dans la dans sa communauté. Le conseil profitera grandement de son désir d’aider les autres.

Membres

Mme Teresa Liu-Ambrose (Colombie-Britannique) : titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’activité physique, la mobilité et la neuroscience cognitive; physiothérapeute, Université de la Colombie-Britannique

Mme Maura Davies (Saskatchewan) : conseillère en soins de santé; ancienne présidente et chef de la direction, région de santé de Saskatoon; femme avec des antécédents familiaux de maladies du cœur d'AVC

M. Craig Dover (Terre-Neuve-et-Labrador) : entrepreneur-électricien commercial atteint d’insuffisance cardiaque congestive

Mme Gail Eskes (Nouvelle-Écosse) : neuropsychologue clinique, anciennement titulaire de la Chaire en déficits cognitifs d’origine vasculaire pour les pratiques optimales en soins de l’AVC; les pratiques optimales en soins de l'AVC; chercheuse intéssée à connaître les répercussions du vieillissement sain et anormal du cerveau sur les fonctions cognitives et l'autonomie fonctionelle, Université Dalhousie 

Mme Edith Hamel (Québec) : neurobiologiste spécialisée en pathologie vasculaire cérébrale et en réactions déficientes du couplage neurovasculaire, Institut neurologique de Montréal scientifique, Institut neurologique de Montréal, Université McGill

Mme Kristen Jacklin (Ontario) : anthropologue médicale spécialisée en recherche en santé autochtone et en démence; directrice adjointe, Memory Keepers Medical Discovery Team, Université du Minnesota; professeure agrégée, École de médecine du Nord de l'Ontario

Mme Deborah Kean (Terre-Neuve-et-Labrador) : ergothérapeute clinicienne spécialisé en réadaptation post-AVC; présidente, Stroke Education Working Group et Stroke Special Interest Group, région de St. John's

Mme Maureen Markle-Reid (Ontario) : chercheuse en sciences titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les interventions centrées sur la personne auprès des adultes vieillissants atteints de plusieurs maladies et de leurs aidants; directrice de recherche, Unité de recherche sur le vieillissement, la communauté et la santé, Université McMaster

Mme Jennifer Monaghan (Colombie-Britannique) : animatrice du programme La vie après un AVCMC; de Cœur + AVC; paire visiteuse des survivants d'AVC; représentante des patients, groupe de travail sur l'AVC de la Colombie-Britannique (BC Stroke Collaborative) 2015-2016; survivante d'un AVC

Mme Meaghan Sharp (Ontario) : directrice, programme de soins cardiovasculaires et d’AVC, programme de prévention de l’AVC de la région du Nord-Ouest de l’Ontario, femme vivant avec une maladie du cœur et les séquelles d'un AVC

Dr Eric Smith (Alberta) : neurologue en AVC; titulaire de la chaire en démence vasculaire Katthy Taylor; directeur médical, clinique de neuroscience cognitives, Université de Calgary

Les secteurs essentiels à la mission de Cœur + AVC

Cœur + AVC a adopté un nouveau cadre de travail qui aidera à réaliser des progrès dans ce que nous nommons nos secteurs essentiels à la mission (SEM). Ces six affections cardiovasculaires et vasculaires cérébrales représentent collectivement le plus gros fardeau du point de vue de la santé de la population, du coût économique et de l’impact sociétal.

Les SEM ne sont pas les seuls secteurs d’activité auxquels s’intéresse Cœur + AVC, mais ils restent ceux dans lesquels nous pensons que nous aurons l’impact le plus marqué. Les six SEM sont les suivants :

Le travail de nos six conseils des SEM s’inscrit dans un processus de planification stratégique actuellement en cours au sein de Cœur + AVC, lequel vise à déterminer notre orientation en tant qu’organisme.

Autres renseignements