skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Comment Sandra aide Cœur + AVC à avoir un impact plus marqué

Une initiative remarquable qui place les personnes qui vivent avec une maladie du cœur ou un AVC au centre de notre réflexion

Sandra Thornton connaît les maladies du cœur. Femme d’affaires d’Edmonton, elle a subi une crise cardiaque à 51 ans. Elle a par la suite appris qu’elle avait depuis sa naissance une anomalie d’une valve du cœur. Sept ans plus tard, elle a été opérée pour remplacer sa valve aortique.

Ces antécédents augmentent son risque d’insuffisance cardiaque, une condition qu’elle connaît trop bien. D’ailleurs, sa mère a souffert d’insuffisance cardiaque lorsqu’elle était relativement jeune.

Maintenant, Cœur + AVC tire parti du vécu de Sandra, ainsi que de ses 30 ans d’expérience comme leader en communication stratégique, pour avoir un plus grand impact possible sur les maladies du cœur et l’AVC.

Le point de vue des personnes directement concernées

Sandra fait partie d’une initiative novatrice qui place les personnes qui vivent avec une maladie du cœur ou un AVC ainsi que leur famille au centre de la mission de Cœur + AVC.

Elle est coprésidente du nouveau Conseil de l’insuffisance cardiaque de Cœur + AVC. Ce conseil est un des six groupes établis pour nous aider à répondre aux questions les plus importantes concernant les maladies du cœur et l’AVC et à mettre en œuvre des solutions en matière de prévention, de traitement, de rétablissement et de politiques publiques.

« Je suis tellement contente de servir Cœur + AVC encore une fois, confie-t-elle. J’ai toujours estimé que faire preuve d’ouverture et raconter mon vécu peut avoir un effet positif sur quelqu’un d’autre. »

Nouveau cadre, nouvelles idées

Les six conseils font partie d’un nouveau cadre de travail qui aidera Cœur + AVC à réaliser des progrès dans ce que nous nommons nos secteurs essentiels à la mission (SEM).

Ces six affections cardiovasculaires et vasculaires cérébrales représentent collectivement le plus gros fardeau du point de vue de la santé de la population, du coût économique et de l’impact sociétal.

Je pense que cela facilitera la compréhension de tous et nous aidera à faire un meilleur travail. 

Sandra Thornton

Les six conseils font partie d’un nouveau cadre de travail qui aidera Cœur + AVC à réaliser des progrès dans ce que nous nommons nos secteurs essentiels à la mission (SEM).

Ces six affections cardiovasculaires et vasculaires cérébrales représentent collectivement le plus gros fardeau du point de vue de la santé de la population, du coût économique et de l’impact sociétal.

Les SEM ne sont pas les seuls secteurs d’activité auxquels s’intéresse Cœur + AVC, mais selon nous, ce sont ceux dans lesquels nous aurons le plus grand impact. Les six SEM sont:

Pour chaque SEM, nous avons mis sur pied un conseil aviseur, formé d’une équipe de 10 à 12 membres, qui sont, à parts égales, chercheurs et membres de la communauté, dont Sandra. Ces derniers proviennent de différents milieux et comprennent des personnes ayant une expérience vécue de la maladie (soit à titre de patient ou d’aidant) et des personnes issues des secteurs des politiques, de la technologie, de la philanthropie, des soins de santé, et autres. Chaque conseil est dirigé par deux coprésidents : un chercheur et un membre de la communauté.

 « Cette démarche novatrice générera un impact, du laboratoire au chevet des patients, et au-delà, explique Yves Savoie, chef de la direction nationale de Cœur + AVC. Au cours des deux prochaines années, le travail des conseils des SEM nous dirigera vers un plus grand impact, et améliorera la vie de 1,6 million de personnes au pays qui vivent avec les séquelles d’une maladie du cœur ou d’un AVC. »

Deux côtés, un objectif

Sandra voit son nouveau rôle comme une occasion de s’attaquer de front à une maladie qui a représenté un fardeau pour elle et famille.

 « J’aime beaucoup la démarche de ces conseils, qui unissent le côté médical, la recherche et le côté des survivants, des aidants et de la communauté, ajoute-t-elle. Je pense que cela facilitera la compréhension de tous et nous aidera à faire un meilleur travail. »