skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Aider à combler l’écart en santé des peuples autochtones

Comment nous collaborons pour aider à combler l’écart en santé auquel font face les peuples autochtones au pays
 Tambours autochtones

Toute la population a le droit de vivre en santé, sans maladies du cœur ni d’AVC. Cependant, les déterminants de la santé et l’accès aux soins ne sont pas équitables pour tout le monde. Les peuples autochtones font maintenant face aux pires résultats en santé du pays. 

La nécessité

Les populations autochtones du Canada, soit les Premières Nations, les Métis et les Inuits, sont considérablement plus susceptibles de souffrir d’une maladie du cœur ou d’un AVC.

  • Globalement, leur santé cardiaque et cérébrale est bien plus précaire que celle de la population générale du pays.
  • Chez les Autochtones, on observe des taux de maladies du cœur qui peuvent dépasser jusqu’à 50 % ceux relevés dans la population générale, ainsi que des taux de mortalité deux fois plus élevés à la suite d’un AVC.
  • Les chefs autochtones du Canada affirment que leurs communautés connaissent une véritable crise de santé.
  • Les déterminants sociaux de la santé autochtone ont de quoi choquer :
    • Les écarts entre les communautés des Premières Nations et les communautés non autochtones sont particulièrement prononcés en matière de revenus et de logement.
    • Les écarts entre les communautés inuites et non autochtones sont particulièrement marqués en matière d’éducation et de logement.
    • Même si les mesures de bien-être des communautés inuites et des Premières Nations ont augmenté depuis 1981, elles accusent un important retard comparativement aux communautés non autochtones.
    • Les progrès indiqués par ces mesures ont ralenti depuis 2001 tant chez les peuples inuits que chez les Premières Nations.

Notre stratégie

Cœur + AVC s’est engagée à aider à combler cet écart en santé entre les populations autochtones et non autochtones. La conciliation en santé est au cœur de notre stratégie, qui met l’accent sur le renforcement des capacités des communautés autochtones. Ces efforts ont été entrepris dans le but de collaborer avec les chefs de file en santé des peuples autochtone afin d’assurer que nous travaillons dans le cadre d’un véritable partenariat.

 

Principes directeurs :

  1. Comprendre que les vrais partenariats et collaborations doivent être basés sur le respect mutuel.
  2. Reconnaître le contexte et les défis géographiques propres aux Autochtones du Canada.
  3. Comprendre que les activités doivent être organisées et dirigées par la communauté.
  4. Reconnaître que les déterminants sociaux et économiques de la santé sont d’une importance capitale.
  5. Respecter le rapport de la Commission de vérité et réconciliation en réglant les problèmes liés aux appels à l’action et à la conciliation relatifs à la santé.
  6. S’assurer que « rien pour nous sans nous » est le principe d’éthique fondamental de nos intentions.

Éléments de notre stratégie :

  • Alliance en santé : Bâtir des alliances stratégiques afin de militer en faveur de changements de politique sur la santé des Autochtones en matière de maladies du cœur et d’AVC. 
  • Conseil de champions : Un groupe de spécialistes autochtones qui guideront la stratégie en santé des peuples autochtones en collaborant avec la gouvernance de Cœur + AVC.
  • Partenariats et collaboration : Établir des ententes et des alliances en collaboration avec les communautés autochtones et les organismes non autochtones qui mettent l’accent sur les questions autochtones.
  • Bâtir une capacité accrue en recherche chez les Autochtones : Aider à éliminer les obstacles systémiques en travaillant avec les membres des communautés et des organismes autochtones ainsi que d’autres organismes de recherche afin d’élaborer des mécanismes pour accroître la capacité et la maîtrise de la recherche chez ces peuples. 
  • Sensibilisation communautaire : Examiner les programmes existants et leur mise en œuvre, et les offrir aux peuples autochtones, le cas échéant, y compris les modifier pour qu’ils répondent aux besoins de ces communautés. Les offres en matière de programme comprennent les suivantes :
    • Réanimation cardiorespiratoire (RCR) dans les classes de 8e année (équivalent du secondaire 2) des Premières Nations : Travailler avec des partenaires pour mettre en œuvre la formation en RCR dans les classes de 8e année (modification au Québec) des communautés des Premières Nations et des villages inuits, comme mesure d’élaboration de capacité, de première intervention et de sensibilisation communautaires grâce à un investissement dans la jeunesse.
    • Accès aux aliments : Travailler avec des partenaires et des communautés autochtones pour augmenter la superficie des jardins communautaires, évaluer et mettre en œuvre de nouvelles techniques de culture dans les climats froids, ainsi que de nouveaux processus de distribution permettant un meilleur accès à des choix alimentaires sains abordables au sein des communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits, peu importe leur emplacement géographique, afin de s’assurer que ces choix sont une option réaliste.
    • Eau potable abordable : Travailler avec les chefs autochtones et les gouvernements pour militer en faveur de l’équité concernant le droit à l’accès à de l’eau potable dans les communautés des Premières Nations, des Métis et des Inuits, peu importe leur emplacement géographique.
    • Jeunes cœurs en forme autochtones : Élaborer une stratégie de distribution qui nous permet d’offrir cette ressource éducative à toutes les communautés autochtones du pays grâce à des solutions de déploiement provinciales. La ressource correspond à un enseignant de la maternelle à la 6e année et un outil convivial pour l’élève, qui soutient le bien-être et les modes de vie sains. 
Apprenez-en davantage :