skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

3 millions de dollars. 13 chercheurs. Une collaboration innovante.

Cœur + AVC et le Canadien Pacifique (CP) travaillent ensemble pour préserver plus de moments pour les familles. Le programme communautaire CP a du cœur consiste en un investissement de 3 millions de dollars pour financier 13 projets de recherche cardiovasculaire afin de permettre aux familles de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

Canadian Pacific Has Heart French logo

À propos de CP a du cœur 

CP sait que les chemins de fer peuvent servir d’artères à une nation, la communauté en étant le cœur. C’est pourquoi, grâce à CP a du cœur, il améliore la santé cardiaque des gens de partout en Amérique du Nord. CP a du cœur s’est engagé à verser plus de 9 millions de dollars à des initiatives de santé cardiaque dans des communautés canadiennes. 

Les bourses de recherche CP a du cœur 

Ce partenariat, annoncé en mai 2015, permet d’appuyer la mission de Cœur + AVC : prévenir les maladies, préserver la vie et favoriser le rétablissement.

Les bourses CP a du cœur financent 13 subventions avec pour priorité des solutions pour les familles

Les subventions ont été octroyées suivant le processus renommé d’examen par les pairs de Cœur + AVC. Défilez vers le bas pour les détails.

Rencontrez les chercheurs de CP a du cœur

Dr Subrata Chakrabarti, Université Western (Ontario)

Comprendre comment le diabète peut entraîner des dommages au cœur

Prendre en main votre diabète peut réduire votre risque de maladies du cœur. Des études montrent comment le diabète oblige le cœur à travailler plus fort pour avoir la force dont il a besoin. Sans traitement, le cœur peut devenir trop faible pour pomper le sang. Les travaux du Dr Chakrabarti tenteront de cerner comment le diabète nuit au cœur et pourraient contribuer au développement de traitements visant à prévenir les maladies du cœur chez les personnes diabétiques.

Dr Vicente Corrales-Medina, Institut de recherche en santé d’Ottawa

Traiter la pneumonie pour prévenir les maladies du cœur

La pneumonie est la cause la plus fréquente d’hospitalisation en Amérique du Nord. Les travaux du Dr Corrales-Medina ont démontré que le risque de crise cardiaque et d’AVC augmentent notablement chez les gens qui ont été hospitalisés pour une pneumonie, plus particulièrement ceux âgés de plus de 65 ans. Bien que nous ne connaissions pas parfaitement ce lien, une explication possible est l’inflammation artérielle qui se développe après une pneumonie. La prochaine étape de recherche du Dr Corrales-Medina vise à examiner si l’utilisation de médicaments vasculaires anti-inflammatoires pourrait aider à réduire l’inflammation et ainsi le risque cardiovasculaire.

Dr John Dawson

Dr John Dawson, Université de Guelph (Ontario)

Trouver la cause d’un tueur potentiel

Quand tout à coup un athlète de compétition s’effondre et meurt, la cause est souvent une cardiomyopathie hypertrophique (CMH), un épaississement du muscle cardiaque. La CMH peut apparaître chez les individus qui ont une anomalie héréditaire de la protéine du cœur, appelée actine cardiaque, mais on ne sait pas pourquoi ni comment. Le Dr Dawson s’efforce de comprendre le mécanisme en étudiant l’interaction entre cette protéine et une autre protéine, la myosine. Les résultats de ses travaux pourraient mener au développement de nouveaux traitements contre cette maladie mortelle.

Dr John Eikelboom

Dr John Eikelboom, Université McMaster, Hamilton

Obtenir de meilleurs résultats pour les patients sous anticoagulants

Les médicaments anticoagulants, qui réduisent le risque de formation de caillots, sont couramment utilisés pour prévenir les crises cardiaques et les AVC, mais ils peuvent néanmoins provoquer des saignements. De nouvelles données suggèrent que les saignements sont un important indicateur de risque de crise cardiaque et d’AVC, même si les anticoagulants visent à prévenir ces derniers. Le Dr Eikelboom est l’un des chercheurs principaux de l’étude INTERBLEED, dont l’objectif est de déterminer les facteurs de risque de saignement chez les patients prenant ces médicaments et de déterminer comment ces saignements conduisent à des complications cardiovasculaires. Cette information servira à élaborer de nouvelles stratégies pour prévenir les crises cardiaques et les AVC.

Dr Slava Epelman

Dr Slava Epelman, Réseau universitaire de santé et Université de Toronto

Comment peut-on prévenir les lésions cardiaques causées par des infections virales?

Les infections virales peuvent endommager le cœur et augmenter le risque d’insuffisance cardiaque, une maladie chronique débilitante, tant chez l’enfant que chez l’adulte. Le Dr Epelman étudie le rôle des cellules immunitaires du cœur dans sa lutte contre les infections virales en mettant l’accent sur les processus immunitaires qui peuvent contribuer aux dommages cardiaques en provoquant une inflammation. Une meilleure compréhension de ces processus permettra de développer de nouveaux traitements pour éradiquer les virus et protéger le cœur.

Dr Paul Kubes

Dr Paul Kubes, Snyder Institute for Chronic Diseases, Université de Calgary

La technologie microscopique nous guidera pour prévenir les dommages des vaisseaux sanguins

Les dommages à la paroi des vaisseaux sanguins se produisent dans plusieurs types de maladies cardiovasculaires, mais nous n’en comprenons pas bien le mécanisme. Le Dr Kubes étudie le rôle potentiel des systèmes de défense de l’organisme dans ces dommages. Dans la première étude du genre, il utilisera un microscope sophistiqué pour examiner la formation des filets pièges (NET, neutrophil extracellular trap) par les cellules du système immunitaire à l’intérieur des petits vaisseaux et élaborer des modèles pour expliquer le processus. Ses résultats pourraient conduire au développement de traitements ciblés pour prévenir les dommages aux vaisseaux sanguins.

Dr Gregoire Le Gal

Dr Grégoire Le Gal, Université d’Ottawa et Institut de recherche de L’Hôpital d’Ottawa

Créer un meilleur test pour détecter les caillots sanguins dangereux

Lorsque des caillots sanguins se forment dans les veines des jambes (thrombose veineuse profonde, ou TVP), un diagnostic rapide et précis est essentiel pour éviter les risques potentiellement mortels que posent les caillots qui voyagent vers les poumons (embolie pulmonaire). Le Dr Le Gal étudie comment l’analyse sanguine permettant de détecter la TVP pourrait être améliorée en l’ajustant pour tenir compte de l’âge du patient. Il mènera des essais avec des cibles ajustées selon l’âge pour le D-dimère, le fragment de protéine qui signale la présence d’une TVP. Un test plus précis aidera les médecins à diagnostiquer et traiter les caillots plus rapidement, ce qui permettra de sauver des vies et d’éviter l’utilisation inutile des anticoagulants chez les patients qui n’en ont pas besoin.

Dr Shubhayan Sanatani

Dr Shubhayan Sanatani, Université de la Colombie-Britannique et BC Children’s Hospital Heart Centre

Réduire les dommages d’une malformation cardiaque mortelle

Un trouble du rythme cardiaque appelé tachycardie ventriculaire polymorphe catécholergique (TVPC) peut tuer jusqu’à la moitié de ceux qui en souffrent avant l’âge de 30 ans. La TVPC est peu connue, et il est difficile de déterminer les patients qui sont le plus à risque d’arrêt cardiaque et de mort subite. Le Dr Sanatani travaille à mieux comprendre la TVPC en établissant un registre des patients comprenant les antécédents familiaux et des échantillons de sang. Il s’agit du premier à s’intéresser à la TVPC à une grande échelle. Son objectif est de déterminer les patients à haut risque et de développer des traitements personnalisés pour sauver des vies.

Richard Schulz

Dr Richard Schulz, Université de l’Alberta

Les médicaments ciblés pourraient contribuer à mieux se rétablir à la suite d’une crise cardiaque

Le blocage du flux sanguin vers le cœur pendant une crise cardiaque peut entraîner des dommages permanents, attribuables tant au blocage qu’au rétablissement de la circulation normale (lésion de reperfusion). Les traitements actuels ne sont pas très efficaces, et une crise cardiaque, même si elle est traitée avec succès, conduit souvent à un déclin de la fonction cardiaque et, éventuellement, à l’insuffisance cardiaque. Le Dr Schulz étudie le rôle d’une protéine appelée MMP-2, qui est activée lorsque la circulation sanguine est rétablie, afin de déterminer comment elle contribue aux lésions cardiaques. Ces résultats pourraient mener au développement d’inhibiteurs qui préviennent l’insuffisance cardiaque et permettre de sauver des vies.

Dr Craig Simmons

Dr Craig Simmons, Université de Toronto

Trouver un traitement pour les troubles des valvules cardiaques

Lorsque les valvules cardiaques sont endommagées, elles ne fonctionnent pas correctement, ce qui force le cœur à travailler plus fort. Le Dr Simmons étudie un traitement potentiel des valvulopathies qui affectent l’aorte, un vaisseau sanguin de large circonférence qui transporte le sang du cœur. À l’heure actuelle, il n’existe aucun traitement pour les valvules endommagées à l’exception des interventions chirurgicales de remplacement de ces organes. Le Dr Simmons espère pouvoir déterminer si une molécule appelée CNP peut aider à ralentir la calcification de la valvule aortique. L’objectif à long terme est de découvrir des moyens plus efficaces pour détecter et traiter les troubles valvulaires afin d’améliorer la qualité de vie des patients.

Dr Jacob Udell

Dr Jacob Udell, Women’s College Hospital et Peter Munk Cardiac Centre, Université de Toronto

Les médicaments contre la stérilité affectent-ils la santé cardiovasculaire des femmes?
De plus en plus de femmes au pays utilisent des médicaments contre la stérilité pour tomber enceintes, et pourtant, nous savons peu de choses sur les effets de ceux-ci à long terme. L’étude du Dr Udell est axée sur les femmes qui ne parviennent pas à tomber enceintes après un traitement de fertilité, afin de voir si elles font face à un risque accru de problèmes de santé, y compris les maladies cardiovasculaires, les AVC et les caillots sanguins, par rapport aux femmes pour lesquelles les médicaments fonctionnent. Il s’agit de la première étude du lien entre l’échec du traitement contre la fertilité et le risque cardiovasculaire.

Dr. Shi Wu

Dr Shi Wu Wen, Institut de recherche de L’Hôpital d’Ottawa et Université d’Ottawa 

Les traitements de fertilité pourraient-ils être liés aux malformations cardiaques dans le cas de certaines grossesses?

Les cardiopathies congénitales surviennent lorsque le cœur ou les vaisseaux sanguins à proximité ne se développent pas normalement avant la naissance. Elles touchent environ 3 000 grossesses chaque année au pays. Les travaux du Dr Wen portent principalement sur les mères qui conçoivent à l’aide de techniques de reproduction assistée. Il utilisera les registres de données pour déterminer si les nourrissons nés de mères obèses sont plus susceptibles d’avoir des malformations cardiaques que ceux de mères non obèses. Une meilleure compréhension des causes de ces maladies contribuera à réduire les répercussions de celles-ci sur les enfants et les familles.

Dr. Lori West

Dre Lori West, Université de l’Alberta

Améliorer les résultats des transplantations cardiaques

En 2000, la Dre West a fait une découverte révolutionnaire : les bébés peuvent recevoir le cœur d’un donneur dont le groupe sanguin n’est pas compatible avec le leur. Cela signifie que les enfants qui seraient alors décédés grandissent aujourd’hui en santé. Les résultats de travaux de la Dre West ont démontré que le système immunitaire des bébés développe une tolérance au groupe sanguin du donneur. La prochaine étape de recherche de la Dre West vise à examiner cette tolérance pour vérifier si elle peut s’appliquer à d’autres groupes d’âge, en vue d’améliorer le taux de réussite des transplantations cardiaques chez les adultes en phase terminale de maladie cardiovasculaire.