skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Cardiomyopathie du péripartum


Qu’est-ce que la cardiomyopathie du péripartum ?

La cardiomyopathie du péripartum (CMP-PP) est une forme rare de cardiomyopathie souvent mal diagnostiquée, survenant chez les femmes qui sont enceintes ou qui viennent d’accoucher. La CMP-PP provoque une augmentation du volume du cœur près du moment de l’accouchement. Cette hypertrophie affaiblit le muscle cardiaque, qui a alors plus de difficulté à propulser le sang. Cela signifie que votre ventricule gauche n’est pas en mesure de fonctionner correctement (ce que l’on appelle également une fraction d’éjection réduite, ou FE). Lorsque la circulation sanguine vers les organes vitaux est réduite, cela peut mener à l’insuffisance cardiaque.  

Qui est à risque?

La CMP-PP peut survenir au cours du dernier mois de la grossesse et jusqu’à cinq mois après l’accouchement. Elle peut survenir même si vous n’avez aucun antécédent de maladie du cœur. La CMP-PP peut également survenir chez des femmes en pleine santé ne présentant aucun facteur de risque. Toutefois, certains facteurs peuvent contribuer au risque de CMP-PP.

Ces facteurs de risque comprennent :

La CMP-PP peut survenir chez n’importe quelle femme, à n’importe quel âge au cours de sa vie féconde et durant n’importe quelle grossesse.

Jennifer Heywood Denison survivante d’une CMP-PP

Causes

La cause précise de la CMP-PP est inconnue. Voici ce que l’on sait :

  1. Il existe des liens étroits entre la CMP-PP et la pression artérielle élevée (hypertension artérielle).  
  2. La survenue d’une prééclampsie en association avec la présence d’une protéine qui inhibe la formation de nouveaux vaisseaux sanguins pourrait constituer une autre cause de CMP-PP.
  3. La grossesse demande un effort supplémentaire de la part du muscle cardiaque, ce qui peut affaiblir le cœur au point d’entraîner une insuffisance cardiaque. 
  4. La présence d’un taux élevé de l’hormone responsable de la production de lait (prolactine) peut être un autre élément déclencheur.
  5. L’inflammation du muscle cardiaque liée à une infection virale ou à une maladie auto-immune a également été associée à la CMP-PP.  

Il existe d’autres affections cardiaques dont les symptômes ressemblent aux symptômes de la CMP-PP, dont : 

  • le spasme de l’artère coronarienne;
  • la dissection spontanée de l’artère coronaire; 
  • la coronaropathie et la microangiopathie; 
  • la valvulopathie, y compris la sténose mitrale;
  • d’autres formes de cardiomyopathie dilatée. 
Symptômes

Le diagnostic de CMP-PP est parfois difficile, car les symptômes liés à l’affaiblissement du muscle cardiaque se manifestent souvent chez des femmes enceintes en santé au cours du dernier trimestre de la grossesse.

Ces symptômes comprennent :

  • l’essoufflement, le souffle court en position couchée;
  • l’épuisement, le manque d’énergie;
  • la toux;
  • l’enflure des jambes, des chevilles ou des mains;
  • le gain de poids.

D’autres symptômes sont également associés à la CMP-PP, dont :

  • les palpitations cardiaques ou l’impression de battements de cœur irréguliers.
  • l’envie d’uriner plus fréquemment pendant la nuit;
  • une douleur à l’estomac, un malaise abdominal;
  • le fait de tousser du sang (hémoptysie);
  • la perte de connaissance.

Diagnostic 

Le diagnostic de CMP-PP constitue un diagnostic d’élimination, ce qui signifie que votre médecin devra d’abord éliminer la possibilité d’autres affections plus fréquentes avant de poser le diagnostic de CMP-PP. Il se peut que vous deviez passer une analyse sanguine visant à mesurer la concentration d’une protéine produite par le cœur et les vaisseaux sanguins (peptide natriurétique cérébral, ou PNC) afin de déterminer si vous êtes atteinte d’une lésion cardiaque.

Votre médecin pourrait également vérifier s’il y a présence de liquide dans vos poumons, ce qui constitue un autre signe de CMP-PP. D’autres examens pourraient aussi être effectués, dont :

Dans certains cas, il se peut qu’un cathétérisme cardiaque ou une biopsie du muscle cardiaque soit nécessaire.

Traitement 

À la suite d’un diagnostic de CMP-PP, vous ferez l’objet d’une étroite surveillance de la part de votre équipe de soins de santé. Un gain de poids de 1,36 à 1,81 kilogrammes (3 à 4 livres) au cours d’une période de deux jours ou plus pourrait signifier une accumulation de liquide dans vos poumons et une exacerbation de la CMP-PP. Les décisions liées au traitement dépendront de si vous êtes enceinte ou non, et du stade de votre grossesse, s’il y a lieu. Votre équipe multidisciplinaire de soins de santé (comportant entre autres un cardiologue, un obstétricien et un pédiatre) déterminera la meilleure marche à suivre en matière de traitement.

Les médicaments pouvant être prescrits comprennent : 

Intervention chirurgicale et autres

Les médicaments et les modifications aux habitudes de vie ne suffisent pas toujours; une chirurgie s’avère parfois nécessaire. Ces techniques chirurgicales pourraient comprendre :

Dans certains cas extrêmes, la transplantation cardiaque ou l’implantation d’un dispositif d’assistance ventriculaire peut être nécessaire.

Mode de vie

Les grossesses supplémentaires sont déconseillées en raison du risque élevé de récidive de la CMP-PP. D’autres changements au mode de vie qui peuvent être bénéfiques comprennent :

Composer avec la CMP-PP

Dans le cadre d’une étude récente, une survivante sur trois a souffert de symptômes de dépression. Il se peut que vous ayez des difficultés d’ordre psychologique après avoir reçu un diagnostic de CMP-PP, ce qui peut ensuite rendre les changements au mode de vie encore plus difficiles. Trouvez quelqu’un capable de vous apporter un soutien émotionnel, tel qu’un parent, un ami, un médecin, un travailleur en santé mentale ou un groupe de soutien. Parler de vos difficultés et de vos émotions constituera un aspect important de votre rétablissement.

Il existe des groupes de soutien et des communautés en ligne qui peuvent vous aider à composer avec les effets de la CMP-PP et vous permettre de rencontrer d’autres survivants :

Recherche

Des chercheurs tentent de mieux comprendre la CMP-PP et de concevoir de nouveaux traitements. Pour l’instant, ils examinent si les facteurs suivants ont un lien avec la CMP-PP :

  • les virus cardiotropiques;
  • l’auto-immunité ou le dysfonctionnement du système immunitaire;
  • les toxines agissant comme éléments déclencheurs d’un dysfonctionnement du système immunitaire;
  • les carences en micronutriments ou en oligo-éléments;
  • la génétique.

Certains chercheurs d’ici se penchent également sur un nouveau médicament que l’on appelle la bromocriptine, qui pourrait soulager les patientes atteintes de CMP-PP. Apprenez-en plus sur cette étude prometteuse (en anglais). 

D’autres chercheurs se sont penchés sur les différences entre les résultats cliniques chez des patientes autochtones et non autochtones atteintes de CMP-PP. Cette première étude du genre a réussi à mettre en lumière certaines différences significatives, que vous pouvez consulter ici (en anglais). 

Ressources

Pour trouver des services utiles qui vous aideront dans votre cheminement, consultez notre liste des services et des ressources.