skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Troubles du rythme héréditaires


Les personnes qui sont atteintes d’un trouble du rythme héréditaire ont des battements cardiaques irréguliers, phénomène parfois appelé arythmie. Après un diagnostic adéquat, le traitement consiste généralement en des soins médicaux et la prise de certains médicaments. Ces troubles risquent cependant dans certains cas d’amener des complications comme des évanouissements ou des crises épileptiques. Les troubles du rythme héréditaires mènent également chez certains patients au syndrome de la mort subite par arythmie, qui n’épargne aucun groupe d’âge (il touche même à l’occasion des enfants et des jeunes adultes en santé sans antécédents de problème cardiaque).

Types de troubles du rythme héréditaire

Même si cette maladie est relativement rare, elle cause dans certains cas une anomalie du rythme cardiaque, appelée arythmie, qui expose les personnes qui en sont atteintes à un risque de mort subite.

  • Syndrome du QT long
  • Syndrome de Wolff-Parkinson-White (WPW)
  • Syndrome de Brugada
    Le syndrome de Brugada est un trouble du rythme cardiaque qui provoque une anomalie des battements dans les compartiments inférieurs du cœur (les ventricules). S’il n’est pas détecté à temps, le syndrome risque de causer des évanouissements, une irrégularité des battements, et une mort subite.
  • Tachycardie ventriculaire polymorphe catécholergique
    La tachycardie ventriculaire polymorphe catécholergique est une anomalie du rythme cardiaque qui se caractérise par des évanouissements ou des arrêts cardiaques se produisant lorsqu’une personne fait une activité physique ou subit un stress émotionnel intense. Elle se manifeste habituellement chez des jeunes.
  • Intervalle QT court
    L’intervalle QT court est une anomalie du rythme cardiaque dans laquelle le muscle cardiaque prend moins de temps que normalement pour se recharger entre deux battements. Cette affection peut causer diverses complications, comme des évanouissements, des étourdissements et un arrêt cardiaque subit.
Symptômes et signes avant-coureurs

Les personnes qui sont atteintes d’un trouble du rythme héréditaire ont parfois différents symptômes ou aucun symptôme, selon certains facteurs. Il convient cependant de noter que les troubles du rythme héréditaires constituent la cause sous-jacente du syndrome de la mort subite par arythmie. Les signes avant-coureurs les plus fréquents du syndrome de la mort subite par arythmie sont les suivants:

  • Un évanouissement ou une crise épileptique durant une activité physique;
  • Un évanouissement ou une crise épileptique causés par une agitation émotionnelle, une détresse émotionnelle ou une surprise;
  • Des antécédents familiaux de mort subite inattendue pendant une activité physique ou pendant une crise épileptique, ou de toute autre mort subite inexpliquée d’une personne jeune et en santé.

Même si les évanouissements en général ne sont pas rares, ils représentent parfois un signe avant-coureur du syndrome de la mort subite par arythmie s’ils se produisent dans certaines circonstances comme pendant une activité physique ou par suite d’une agitation émotionnelle.

Que pouvez-vous faire?

Toute personne qui éprouve l’un ou plusieurs de ces symptômes devrait consulter son médecin de famille et demander une consultation avec un cardiologue ou un spécialiste d’électrophysiologie pour une évaluation cardiaque complète, avec une analyse du rythme cardiaque et des épreuves à l’effort.

Tous les membres de la famille immédiate d’un patient ayant reçu un diagnostic de trouble du rythme héréditaire devraient songer à subir des tests de dépistage, puisqu’il y a une chance sur deux qu’ils soient eux-mêmes atteints de la maladie.

Apprenez-en plus sur la RCR (réanimation cardiorespiratoire) et le DEA (défibrillateur extérieur automatisé). Vous pourriez sauver une vie.

Diagnostic

La première étape d’un diagnostic de trouble du rythme héréditaire est de prendre note soigneusement de tous les symptômes que vous avez observés et de vos antécédents familiaux. En fonction des résultats, votre médecin voudra peut-être vous faire passer quelques tests avant de recommander un traitement. Parmi ces tests on retrouve les suivants :

Traitement

Différents traitements sont à considérer, le choix ultime dépendant des recommandations de votre médecin. Beaucoup de patients qui n’ont aucun symptôme n’ont besoin que d’une simple surveillance, mais d’autres auront besoin de modifier leur mode de vie, de prendre des médicaments ou de subir une intervention effractive ou non effractive, chirurgicale ou non. Avec un traitement et un diagnostic adéquats, la majorité des patients vivent une vie normale sans avoir à restreindre leurs activités.