skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Valvulopathies


Il existe différents types de troubles valvulaires et chacun d’entre eux peut être classé selon le degré de l’atteinte : légère, modérée ou grave. S’ils ne sont pas traités, ils peuvent entraîner des étourdissements, un essoufflement, des évanouissements, un pouls irrégulier ou des complications graves. Heureusement, bon nombre de troubles valvulaires peuvent être traités au moyen de médicaments, d’une intervention chirurgicale ou d’une autre technique médicale. Cliquez ici pour en savoir davantage sur la cardite rhumatismale et comment elle peut endommager ou nuire au fonctionnement de ces valvules.

Types de troubles valvulaires

Les troubles valvulaires peuvent être regroupés en trois types différents :

Sténose (rétrécissement)

Parfois, le vieillissement ou la maladie peuvent empêcher les valvules cardiaques de s’ouvrir adéquatement. Les valvules deviennent plus étroites; on appelle ce rétrécissement sténose. Au fur et à mesure que l’orifice de la valvule rétrécit, la quantité de sang que le cœur peut y pomper diminue. La sténose valvulaire nuit donc à l’efficacité du cœur. En effet, le rétrécissement force le cœur à travailler plus fort pour pomper la même quantité de sang, contribuant ainsi à une augmentation du volume du muscle cardiaque. En réalité, l’augmentation du volume du muscle cardiaque peut provoquer de graves complications.

Sténose valvulaire pulmonaire

Sténose valvulaire pulmonaire est un rétrécissement ou une obstruction qui bloque partiellement ou entièrement le flux sanguin. Les occlusions peuvent se produire au niveau des valvules, des artères ou des veines cardiaques. La valvule pulmonaire (qui permet au sang de circuler de la cavité inférieure droite du cœur aux poumons) est rétrécie. Par conséquent, la cavité inférieure droite (le ventricule droit) doit pomper plus fort que la normale pour compenser l’occlusion. Cette situation peut occasionner une tension ou l’hypertrophie du ventricule droit.

Prolapsus (glissement vers le bas)

 En présence d’un prolapsus valvulaire, les feuillets de la valvule ne se referment pas facilement ni de manière uniforme. Ils ont plutôt tendance à s’affaisser vers l’arrière, à l’intérieur de la cavité cardiaque qu’ils sont censés sceller. Cela produit parfois un déclic, en plus de permettre à une petite quantité de sang de retourner en arrière à travers la valvule. Ce groupe de problèmes est également connu sous les noms suivants : prolapsus de la valvule mitrale, syndrome du souffle et du clic méso télésystolique, syndrome de Barlow, ballonnement de la valve mitrale, syndrome du clic mésosystolique et syndrome de la valve flasque.

Régurgitation (un reflux)

Un autre problème fréquent survient lorsqu’une valvule cardiaque ne se referme pas complètement. Ce phénomène s’appelle régurgitation (ou parfois insuffisance valvulaire). Il entraîne une régurgitation qui réduit l’efficacité de la pompe cardiaque. Chaque contraction du cœur pompe du sang dans la bonne direction, mais pompe également du sang vers l’arrière à travers la valvule endommagée. Cela peut non seulement nuire à la capacité du cœur de fournir à l’organisme la quantité de sang dont il a besoin, mais aussi entraîner des problèmes pulmonaires.

Symptômes

Un trouble de l’appareil valvulaire peut occasionner divers symptômes, dont les suivants :

  • Angine (douleurs thoraciques) : elle constitue souvent un signe que l’apport de sang au muscle cardiaque est insuffisant. Ce manque peut être dû au fait qu’un trouble valvulaire réduit la capacité du cœur à pomper suffisamment de sang pour nourrir le muscle cardiaque adéquatement. Une fatigue excessive peut se manifester si le cœur est incapable de pourvoir aux besoins des cellules du corps.

  • Palpitations : battements cardiaques irréguliers provoqués par des troubles du système de conduction électrique du cœur. Elles sont parfois la conséquence de troubles valvulaires cardiaques, lesquelles forcent le cœur à travailler plus fort et à devenir plus volumineux. L’augmentation du volume du cœur s’accompagne souvent d’un dérèglement de son système électrique.

  • Essoufflement : il peut parfois se produire en raison du rétrécissement (sténose) d’une des valvules cardiaques. Le cœur ne parvient pas à pomper la quantité de sang requise à travers la valvule mitrale rétrécie et, par conséquent, le sang s’accumule dans les poumons (cela s’apparente à une file d’attente provoquée par un embouteillage sur la route). Il en résulte une sensation d’essoufflement. Si elle n’est pas traitée, cette situation peut entraîner une complication médicale grave connue sous le nom d’insuffisance cardiaque.

  • Enflure : elle peut également être un symptôme de troubles valvulaires. Quelquefois, les problèmes valvulaires peuvent provoquer un refoulement du sang vers d’autres parties du corps. Les liquides peuvent alors s’accumuler et entraîner une enflure des mains, des poignets, des pieds ou des chevilles.
Diagnostic

En général, les troubles valvulaires peuvent être diagnostiqués à partir d’une description des symptômes et d’un examen médical. Les troubles valvulaires produisent souvent un murmure très caractéristique, appelé souffle, qui peut facilement être décelé à l’aide d’un stéthoscope. Si votre médecin soupçonne que vous souffrez d’un trouble valvulaire, il prescrira probablement quelques tests additionnels parmi les suivants :

  • Cathétérisme cardiaque
  • Radiographie thoracique
  • Électrocardiogramme (ECG)
  • Échocardiogramme
Traitement 

Les troubles valvulaires peuvent être traités de nombreuses façons. Le médecin décidera du traitement qui vous convient le mieux en fonction de votre âge, votre état de santé général et la gravité de votre problème. Pour certaines personnes, le traitement consiste à prendre des médicaments tout en apportant des modifications à leur mode de vie. D’autres auront besoin d’un traitement plus intensif, comme une intervention chirurgicale, pour effectuer une réparation ou un remplacement d’une valvule.

Médicaments

Votre médecin peut vous prescrire un médicament qui peut soulager les symptômes des troubles valvulaires.

Diurétiques

Les diurétiques, également appelés (comprimés pour uriner) sont des médicaments qui aident à réduire la pression artérielle afin de réduire la charge de travail du cœur. 

Interventions chirurgicales et autres

Si votre médecin estime que vous avez besoin d’une intervention chirurgicale pour corriger un trouble valvulaire cardiaque, il en discutera avec vous. Ensuite, vous pourrez décider si vous souhaitez aller de l’avant avec la chirurgie ou non.

La réparation valvulaire

  • Valvuloplastie : les chirurgiens « recousent » les feuillets déchirés de la valvule pour que celle-ci puisse se refermer adéquatement.
  • Annuloplastie : il s’agit d’une intervention chirurgicale qui permet de réparer l’anneau (appelé par les médecins « annulus ») qui retient la valvule en place.
  • Valvulotomie : la valvulotomie consiste à reconstruire chirurgicalement un feuillet ou l’anneau d’une valvule.
  • Valvulotomie mitrale percutanée par ballonnet : une intervention moins évasive destinée à ouvrir la valvule mitrale rétrécie (sténosée). Un cathéter est inséré dans une veine de la jambe droite et guidé dans la valvule mitrale. À cet endroit, un ballonnet, se trouvant à l’extrémité du cathéter, est gonflé pour permettre l’ouverture de la valvule rétrécie.

Le remplacement valvulaire

Quand les valvules cardiaques sont trop endommagées pour être réparées, le médecin peut recommander une chirurgie de remplacement de la valvule endommagée. Il s’agit d’une intervention majeure qui nécessite une opération à cœur ouvert. L’intervention en soi peut durer au moins trois heures, et la convalescence, quant à elle, peut durer plusieurs semaines.

Les valvules cardiaques humaines peuvent être remplacées par une prothèse valvulaire mécanique (valvule mécanique) ou par une valvule provenant d’un donneur humain ou animal et soumise à une préparation spéciale (bioprothèse valvulaire).

  • Les valvules mécaniques ont été le premier type de valvules utilisé pour les interventions de remplacement valvulaire. Fabriquées de métal et de plastique durables, leur conception a été raffinée et améliorée depuis leur apparition au cours des années 1960. Bien que les valvules mécaniques soient très résistantes, elles émettent un déclic et peuvent favoriser la formation de caillots sanguins susceptibles de causer une crise cardiaque ou un AVC. À titre préventif, les personnes porteuses d’une valvule mécanique doivent prendre des anticoagulants chaque jour, et ce, pour le reste de leur vie. Ceci peut avoir des répercussions chez les femmes en âge de procréer. Veuillez consulter votre médecin si tel est votre cas.
  • Les bioprothèses valvulaires, également appelées bioprothèses, sont fabriquées à partir de valvules naturelles spécialement apprêtées. Ces valvules proviennent de deux sources : les donneurs humains et les animaux. Les valvules d’origine animale (habituellement de bovins ou de porcs) sont très semblables à celles du cœur humain. Elles sont bien tolérées par l’organisme et favorisent moins la formation de caillots sanguins que les valvules mécaniques. Par contre, les bioprothèses provenant du porc ou de la vache ne sont en général pas aussi durables que les prothèses de type mécanique. En effet, chez plus de la moitié des patients, des problèmes surgissent au cours des quinze premières années. Dans de tels cas, les personnes doivent subir une nouvelle intervention chirurgicale. Enfin, les valvules provenant du corps humain sont bien tolérées et ont tendance à se révéler plus durables que celles d’origine animale.

Mode de vie

Il est possible de réduire vos risques de maladies du cœur en connaissant et en maîtrisant votre pression artérielle, votre diabète et vos taux de cholestérol. Il importe aussi de mener une vie saine en évitant la fumée et en pratiquant des activités physiques, en adoptant une alimentation pauvre en lipides, spécialement en lipides saturés et en lipides trans, en atteignant et en conservant un poids santé, en limitant votre consommation d’alcool et en réduisant votre niveau de stress.

Soins de fin de vie ou soins palliatifs

Certaines personnes qui sont aux prises avec des troubles valvulaires ont besoin de soins de fin de vie (aussi appelés soins de fin de vie), qui offrent soutien et confort aux patients et à leurs familles. Renseignez-vous sur les soins de fin de vie.