skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Reconnaître et gérer l’anxiété


L’anxiété constitue l’une des expériences émotives les plus fréquentes de l’être humain. Il s’agit d’une réaction normale et saine face à une menace. Et la maladie coronarienne est une menace!

L’anxiété est nécessaire à la survie. Quand nous sommes anxieux, nous accordons toute notre attention à ce que nous croyons être dangereux. Ainsi, la plupart du temps, cette réaction est saine et nous permet d’assurer notre sécurité et notre survie. Par contre, l’anxiété, si elle devient trop importante et envahissante, peut être malsaine et évoluer en un trouble anxieux. Celui-ci nuit à la qualité de vie des gens qui en souffrent, les empêche de vivre normalement et nécessite un traitement.

Il semblerait qu’un niveau modéré d’anxiété soit sain. Par contre, des niveaux d’anxiété trop faibles ou trop élevés peuvent contribuer à aggraver votre maladie coronarienne.

Anxiété faible : Elle n’entraîne aucune action, ce qui peut s’avérer problématique.

Exemple : une personne qui est atteinte d’une coronaropathie et qui doit cesser de fumer, mais qui ne le fait jamais parce qu’elle a peu de réactions anxieuses face aux impacts nocifs du tabagisme sur le risque de développer une maladie coronarienne. « Je me sens bien; je ne vois pas pourquoi en faire tout un plat. »

Aucun changement des habitudes de vie, ce qui augmente le risque de faire un nouvel événement coronarien.

Anxiété excessive : Elle peut faire en sorte que vous évitiez les situations qui vous rappellent la maladie coronarienne et contribue au développement de troubles anxieux.

Exemple : les personnes qui vivent beaucoup d’anxiété peuvent éviter d’aller à leurs rendezvous médicaux et de prendre leurs médicaments, puisque cela leur rappelle qu'elles souffrent d’une coronaropathie.

Le fait de ne pas suivre les recommandations médicales aggrave la maladie du cœur.

Man assis sur le divan parlant thérapeute

Reconnaître les types de troubles anxieux

Deux types de troubles anxieux sont plus fréquents chez les personnes souffrant d’une maladie coronarienne que dans la population générale.

Le trouble anxieux généralisé se caractérise par la croyance que la majorité des situations impliquent un danger et par le développement d’un sentiment d’anxiété en lien avec pratiquement toutes les sphères de la vie, comme la famille et le travail. Pour qu’un médecin diagnostique un trouble anxieux généralisé, vous devez présenter trois des six symptômes suivants accompagnés d’une détresse psychologique importante pendant au moins six mois:

  • Agitation ou surexcitation;
  • Fatigue ressentie facilement;
  • Difficultés de concentration ou perte de mémoire;
  • Irritabilité;
  • Tension musculaire;
  • Troubles du sommeil.

Le trouble panique est caractérisé par des crises de panique récurrentes qui sont soudaines et qui atteignent leur sommet en quelques minutes. Ces crises peuvent être très effrayantes, car les sensations physiques qui les accompagnent sont envahissantes et terrifiantes, en plus d’être liées à un sentiment de perte de contrôle ou à une crainte de mourir. Il arrive aussi que certaines personnes confondent ces symptômes avec ceux de la crise cardiaque. La crise de panique se caractérise par certains ou par tous les symptômes suivants :

  • palpitations cardiaques;
  • transpiration;
  • tremblements;
  • difficulté à respirer (hyperventilation ou souffle court); • sensation d’étouffer;
  • douleur thoracique;
  • nausée;
  • sentiment d’avoir la tête légère (comme si vous alliez perdre connaissance) ou perte de connaissance;
  • frissons ou bouffées de chaleur;
  • engourdissement et perte de sensation;
  • peur de perdre le contrôle ou de mourir.

Il est également important de connaître deux autres troubles anxieux, qui peuvent aussi se manifester chez des personnes souffrant d’une maladie coronarienne : le trouble de stress post-traumatique et la phobie spécifique.

Le trouble de stress post-traumatique (TSPT) est un problème grave qui entraîne de sérieux bouleversements émotionnels. Il survient à la suite d’une expérience horrifiante ou traumatisante. Il peut se manifester après qu’une personne ait été confrontée aux horreurs de la guerre ou après une agression. Il peut aussi survenir lorsqu’une personne sent que sa vie est menacée, par exemple par une crise cardiaque. La personne atteinte de ce trouble revit sans arrêt l’expérience traumatisante, peut être envahie par des souvenirs de celleci et ne peut pas contrôler ses pensées, ni ses sentiments, ni les images intrusives en lien avec l’événement. Elle peut également se sentir isolée du reste du monde, être sujette à des cauchemars et avoir de la difficulté à vivre normalement.

La phobie spécifique est caractérisée par une grande peur ou par une anxiété importante face à un objet ou une situation. Par exemple, une personne peut développer une phobie de conduire après avoir vécu une crise cardiaque. Elle peut être terrifiée à l’idée d’avoir un accident grave si elle subit une autre crise cardiaque en conduisant.

Comment gérer mon anxiété?

L’anxiété est un sentiment normal. Si vous pensez que vous êtes en danger (à cause de votre maladie du cœur), la meilleure façon de gérer votre anxiété est de trouver des stratégies afin de vous sentir en sécurité.

  • Le fait de parler de vos sentiments de tristesse, de colère, de frustration et même d’excitation peut réduire votre anxiété.
  • Prenez toujours soin de vous! Soyez à l’écoute de vos besoins. Soyez fier de vos forces; acceptez vos limites sans vous blâmer ni vous critiquer. Prenez du temps pour pratiquer des activités qui vous font plaisir.
  • Apprenez à réduire votre stress
  • Apprenez des exercices de respiration profonde. Ils constituent la base de la plupart des techniques de relaxation et peuvent aider à prévenir les crises de panique.
  • Posez une main sur votre nombril.
  • Détendez les muscles de votre abdomen.
  • Inspirez lentement et profondément par le nez en comptant jusqu’à cinq : sentez votre abdomen se soulever.
  • Expirez lentement par la bouche en comptant jusqu’à cinq : sentez votre abdomen se dégonfler.
  • Continuez à respirer de cette façon jusqu’à ce que vous soyez calme et détendu.
  • Adoptez un mode de vie sain. Mangez des aliments bons pour le cœur, faites de l’exercice régulièrement et dormez suffisamment.
  • Obtenez un traitement adéquat si vous êtes atteint d’un trouble respiratoire (par exemple, l’asthme) qui peut accroître votre anxiété s’il n’est pas bien contrôlé. • Évitez la caféine (qui est présente dans le café, les boissons gazeuses, le thé, le chocolat et les boissons énergisantes) et les autres stimulants comme la nicotine. Limitez votre consommation d’alcool. Ne fumez pas et ne consommez pas de drogues illégales.
  • Ne restez pas seul. Passez du temps de qualité avec votre famille et vos amis, et parlez à une personne de confiance lorsque vous ne vous sentez pas bien.
  • Trouvez un sens à votre vie. Le fait de trouver un objectif et une direction à sa vie peut être d’une grande aide.
  • N’ayez pas honte et évitez de vous blâmer quand vous rencontrez des difficultés. Demandez de l’aide auprès de votre équipe soignante, de votre communauté, des groupes de soutien, des services d’assistance téléphonique ou d’un spécialiste en santé mentale.
Que devriez-vous faire si vous ou une personne de votre entourage souffrez de dépression ou d’anxiété?

Si les symptômes de dépression persistent pendant plus de deux semaines ou si vous sentez que l’anxiété vous empêche de réaliser vos activités quotidiennes, parlez-en immédiatement à votre médecin de famille ou à votre équipe soignante. Ils pourront trouver la source de vos difficultés et traiter votre dépression ou votre anxiété avec des médicaments et en vous référant à un professionnel de la santé mentale au besoin pour une psychothérapie.

Si vous (ou une personne que vous connaissez) pensez que vous pourriez porter atteinte à votre vie, rendez-vous immédiatement au service des urgences de l’hôpital le plus près, ou composez le 9-1-1 ou le numéro local d’urgence de votre région.