skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Défibrillateur cardioverteur implantable (DCI)


En quoi consiste-t-il?

Un défibrillateur cardioverteur implantable (DCI) est un appareil implanté pour contrôler les battements irréguliers du cœur. Comme le stimulateur cardiaque, le DCI est constitué de deux parties. Les électrodes sont deux fils munis d’électrodes à leur extrémité destinés à transmettre des signaux électriques en direction et en provenance du muscle cardiaque. Le DCI est un petit appareil informatisé qui surveille le rythme cardiaque et au besoin, produit un choc électrique. Il peut être programmé selon vos besoins précis. Il emmagasine aussi des renseignements importants sur le fonctionnement de votre cœur, que votre médecin peut consulter à intervalles réguliers.

Pourquoi l’implante-t-on?

Un DCI est implanté afin de traiter les irrégularités dangereuses du rythme cardiaque qui surviennent dans les cavités inférieures du cœur et afin de prévenir les arrêts cardiaques. Un DCI ressemble un peu à un stimulateur cardiaque, mais son rôle consiste à détecter et à corriger les ralentissements du rythme cardiaque (bradycardies) et ses accélérations (tachycardies). À l’aide de secousses électriques, l’appareil corrige ces troubles du rythme cardiaque afin de rétablir un pouls et un rythme cardiaque normal. Les DCI sont aussi capables de contrôler le rythme cardiaque et de le garder constant.

Les DCI sont aussi prescrits aux personnes qui ont éprouvé :

  • au moins un épisode de tachycardie ventriculaire ou de fibrillation ventriculaire;
  • un arrêt cardiaque;
  • un traitement à l’aide de médicaments sans pouvoir contrôler leur problème de rythme cardiaque ou qui a occasionné des effets secondaires graves ou inacceptables.
En quoi consiste la procédure?

Il existe plusieurs façons d’implanter les électrodes d’un DCI :

  • Approche transveineuse – Le mot transveineux signifie à travers une veine. Avec cette méthode, on pratique une petite incision près de la clavicule, et les électrodes sont acheminées dans le cœur par une veine. L’extrémité de chaque électrode est fixée à la paroi intérieure du cœur (l’endocarde).
  • Thoracotomie – Avec cette approche, on ouvre la cage thoracique et de petites pièces de caoutchouc et de grillage métallique de forme ovale sont cousues sur l’extérieur du cœur (ou épicarde). Ces pièces sont ensuite reliées aux électrodes.
  • Sternotomie – Cette approche ressemble à la thoracotomie en ce sens que la cage thoracique est ouverte. La différence est que l’incision est pratiquée sur le sternum et que les mèches sont avancées jusqu’au cœur. On peut combiner la sternotomie à une intervention de pontage coronarien ou à une chirurgie des valvules cardiaques.
  • Approche sous-xiphoïdienne – Cette approche ressemble aussi à la thoracotomie, mais l’incision est pratiquée légèrement à gauche du sternum.Une fois les électrodes en place et leur fonctionnement vérifié, elles sont branchées à l’appareil DCI. L’appareil DCI est alors inséré sous la peau, soit près de la clavicule ou quelque part au-dessus ou près de la taille.
À quoi faut-il vous attendre?

Habituellement, cette intervention est planifiée. La plupart du temps, environ une semaine avant l’intervention, on vous demandera de vous rendre à l’hôpital pour y effectuer des tests de sang et d’urine, un électrocardiogramme et des radiographies en préparation de votre intervention. Votre médecin vous expliquera les risques et les bienfaits de l’intervention et vous demandera de signer un formulaire de consentement. Informez votre médecin si vous :

  • avez déjà subi une réaction à un agent de contraste, à l’iode, ou si vous avez éprouvé une réaction allergique sérieuse (p. ex., piqûre d’insecte ou fruits de mer);
  • souffrez d’asthme;
  • êtes allergique à un médicament;
  • éprouvez des problèmes hémorragiques ou prenez des médicaments pour éclaircir le sang;
  • avez des antécédents de problèmes rénaux ou de diabète;
  • avez des piercings au thorax ou à l’abdomen;
  • avez éprouvé récemment des changements dans votre état de santé; ou
  • si vous êtes ou pourriez être enceinte.

Dans la plupart des cas, l’implantation s’effectue alors que vous êtes conscient, mais sous sédation et que votre région thoracique est sous anesthésie locale (un peu comme le font les dentistes avec la bouche). Votre chirurgien procèdera à des essais afin de trouver le meilleur emplacement pour implanter les électrodes et pour s’assurer que celles-ci sont bien branchées au DCI. Une fois le DCI implanté, on procèdera à d’autres tests afin de s’assurer que le système corrige efficacement votre problème d’arythmie.

Après l’intervention, on vous amènera dans une salle de récupération. Vous vous sentirez peut-être somnolent et éprouverez peut-être une douleur au site d’implantation du DCI. Vous pouvez prendre des analgésiques pour atténuer cet inconfort. Selon votre état et l’intervention que vous aurez subie, vous pourriez demeurer hospitalisé quelques jours. Avant votre congé, on testera à nouveau votre DCI.

À votre retour à la maison, surveillez vos incisions. Il est normal d’y voir quelques ecchymoses, mais appelez votre médecin si vous ressentez une douleur accrue, des rougeurs, de l’enflure, des saignements ou tout autre écoulement provenant d’une incision, de la fièvre et (ou) des frissons. Au cours des premières semaines, évitez les mouvements brusques des bras, les étirements ou encore de lever les bras par-dessus votre tête.

Vivre avec votre DCI

Lorsque le DCI émet une secousse électrique, certains patients ressentent une palpitation dans la poitrine, mais sans inconfort ni douleur. D’autres rapportent ressentir comme un coup à la poitrine, sensation qui ne dure que quelques secondes.

Même avec votre DCI, il vous faudra prendre des médicaments pour réduire le nombre d’irrégularités de votre rythme cardiaque. Ces médicaments devraient réduire le nombre de chocs superflus générés par le DCI. Si vous recevez de forts chocs en peu de temps, vous devriez consulter votre médecin ou vous rendre immédiatement aux urgences.

Précautions

Veuillez toujours voyager avec votre carte d’identité mentionnant que vous portez un DCI et informez-en votre médecin, infirmier ou technicien. Les procédures médicales telles que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) peuvent interférer avec le fonctionnement de votre DCI. C’est également le cas pour certains appareils électriques ou qui émettent des champs magnétiques. Limitez l’utilisation ou le contact prolongé des téléphones cellulaires et des baladeurs MP3 (comme les iPods), des fours à micro-ondes, des détecteurs de métal, des soudeuses industrielles et des générateurs électriques. Évitez de mettre votre téléphone cellulaire et iPod dans votre poche de chemise ou du même côté que votre DCI.

Conduire

La conduite automobile dépendra de votre état de santé et des lois provinciales en vigueur. Si vous avez des antécédents d’arrêt cardiaque, d’arythmie ventriculaire ou d’évanouissement, vous serez obligé d’arrêter de conduire jusqu’à ce vos symptômes disparaissent dans les six mois.

Prendre soin de votre DCI

Le DCI devrait être vérifié plusieurs fois par an au cabinet du médecin. Les piles peuvent durer jusqu’à sept ans et seront remplacées par le médecin avant qu’elles ne se déchargent.