skip-to-main-content

Appelez le 9-1-1 en présence des signes de la crise cardiaque, de l’arrêt cardiaque ou de l’AVC.

N’hésitez pas, même pendant la pandémie. Les hôpitaux sont prêts. Ne laissez pas la COVID-19 faucher plus de vies.

COVID-19 : ce que nous indiquent les données

Ce que nous savons au sujet du virus et de son effet sur le cœur et le cerveau.

Depuis que le virus maintenant connu sous le nom de coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère 2 (SRAS-CoV-2) est apparu, à la fin de 2019, et qu’il a été classé au rang des pandémies en mars 2020, les scientifiques se sont empressés d’en comprendre la nature ainsi que celle de la nouvelle maladie appelée COVID-19. Nous en sommes encore au début et nous avons encore beaucoup à découvrir. Cependant, de nouvelles données émergentes indiquent certains faits.

Ce que nous savons de la pandémie de la COVID-19
  • En temps de pandémie à la COVID-19, la crise cardiaque, l’arrêt cardiaque et l’AVC sont demeurent des urgences qui nécessitent des soins médicaux immédiats. Composez le 9-1-1 si vous ou une personne de votre entourage présentez les signes de la crise cardiaque, de l’arrêt cardiaque ou de l’AVC.
  • Environ 8 personnes atteintes de la COVID-19 sur 10 souffriront de troubles respiratoires légers ou modérés et guériront sans nécessiter de traitement particulier ou d’hospitalisation1.
  • Environ 1 personne atteinte de la COVID-19 sur 6 tombera gravement malade et éprouvera des difficultés respiratoires2.
  • Il existe un risque élevé de complications plus graves en raison de la COVID-19 pour les personnes qui :

     présentent un problème médical sous-jacent tel qu’une maladie du cœur, l’AVC, de l’hypertension artérielle, le diabète, un cancer, une maladie pulmonaire chronique ou un système immunitaire affaibli 3,4;

     présentent des facteurs de risque tels que la grossesse, le tabagisme ou le vapotage5, ou une alimentation de faible valeur nutritive;

     sont âgés de 65 ans et plus4.

  • Les personnes qui vivent dans une résidence assistée, une maison de soins de longue durée ou une résidence pour personnes âgées sont plus à risque de développer des complications liées à la COVID-194.
  • Actuellement, près de la moitié des décès liés à la COVID-19 au Canada sont reliés à l’éclosion de la maladie dans des foyers de soins de longue durée. Les résidents de ces établissements sont particulièrement vulnérables en raison des espaces de vie communs, des dispensateurs de soins au service de tous, des visiteurs externes et des transferts depuis d’autres établissements de soins6.
  • Les équipes d’intervention en cas d’urgence cardiaque ou d’AVC sont toujours disponibles pour soigner les personnes qui présentent de nouveaux symptômes de maladie du cœur ou d’AVC, ou s’ils s’aggravent. La télémédecine (rencontre virtuelle avec un professionnel de la santé) est en place et est plus importante que jamais pour assurer la continuité et la gestion des soins7-9.
Ce que nous savons au sujet de la COVID-19 et du cœur

Alors que la COVID-19 est généralement considérée comme une menace pour les poumons, elle constitue une menace supplémentaire pour le cœur.

  • Les personnes souffrant déjà de problèmes cardiaques sont particulièrement vulnérables et courent un risque accru de mourir de la COVID-195.
  • Des données émergentes montrent que le risque de mourir du virus est 4 fois plus grand chez les personnes aux prises avec un trouble cardiaque que chez celles sans problème de santé sous-jacent10
  • Certains patients atteints de la COVID-19 souffraient également d’autres maladies du cœur :

     jusqu’à 1 personne sur 3 (15 % à 31 %) souffrait d’hypertension artérielle11;

     plus de 1 personne sur 3 (35 %) étaient aux prises avec plusieurs problèmes médicaux sous-jacents, entre autres l’hypertension artérielle, une maladie coronarienne et une cardiomyopathie12.

  • Le risque de mourir le la COVID-19 est près de 2 ½ fois plus grand chez les personnes aux prises avec l’hypertension artérielle que chez celles sans problème de santé sous-jacent12.
  • Au même titre que d’autres syndromes respiratoires comme la grippe, la COVID-19 peut causer des lésions cardiaques, même chez des patients sans antécédents de maladie du cœur, ce qui entraîne de moins bons résultats de santé13,14.
  • Le taux de mortalité chez les patients qui souffrent de lésions cardiaques au cours de leur hospitalisation en raison de la COVID-19 est de 51 % (1 personne sur 2)14.
Ce que nous savons au sujet de la COVID-19 et du cerveau
  • Des données émergentes montrent que le risque de mourir du virus est 3 fois plus grand chez les personnes qui ont subi un AVC que chez celles sans problème de santé sous-jacent10.
  • De nombreux facteurs de risque (notamment l’âge, l’hypertension artérielle et le diabète) associés à un risque élevé d’AVC sont également associés à de moins bons résultats de santé en cas d’infection par la COVID-195.
  • Les survivants d’AVC qui ont des difficultés à avaler courent un risque élevé d’avoir des aliments dans les poumons, provoquant ainsi une infection (pneumonie d’aspiration). Ces personnes ont moins de chances d’avoir de bons résultats de santé en cas de COVID-19.
  • Les personnes qui ont subi un AVC ou qui vivent avec un déficit cognitif d’origine vasculaire (y compris la démence) peuvent éprouver davantage de difficultés pendant cette période, car elles dépendent souvent d’autres personnes pour les aider dans leurs besoins quotidiens. Les personnes atteintes de déficit cognitif d’origine vasculaire sont plus exposées au risque d’isolement social, et les aidants peuvent également éprouver de plus grandes difficultés15.
Ce que nous savons au sujet de la COVID-19 , du tabagisme et du vapotage
  • S’il existait un moment idéal pour cesser de fumer et de vapoter, ce serait maintenant.
  • Tous les types de tabagisme sont nocifs pour les systèmes cardiovasculaire et respiratoire16. Les personnes atteintes de la COVID-19 qui ont des problèmes cardiovasculaires et respiratoires préexistants dus au tabagisme ou autre ont de moins moins bons résultats de santé17.
  • Le tabagisme est très souvent associé à une aggravation de la maladie et à des résultats négatifs de santé chez les patients atteints de la COVID-1918.
Ressources

Références

1.   World Health Organization. Report of the WHO-China Joint Mission on Coronavirus Disease 2019 (COVID-19). 2020.
2.   World Health Organization. Q&A on coronaviruses (COVID-19). https://www.who.int/news-room/q-a-detail/q-a-coronaviruses.
3.   Zhou F, et al. The Lancet. 2020.
4.   CDC. Coronavirus Disease 2019 (COVID-19). Centers for Disease Control and Prevention.
5.   CDC. February 12–March 28, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep.
6.   Public Health Agency of Canada. Guidance for infection prevention and control of COVID-19 for long-term care homes. 2020.
7.   Portnoy J, et al. J Allergy Clin Immunol Pract. 2020.
8.   Klein BC, et al. Neurology. 2020.
9.   Meyer BC, et al. Lancet Neurol. 2008:787-795.
10.   Chen R, et al. CHEST. 2020.
11.   Clerkin K, et al. Circulation. 2020.
12.   Lippi G, et al. Pol Arch Intern Med. 2020.
13.   Guo T, et al. JAMA Cardiol. 2020.
14.   Shi S, et al. JAMA Cardiol. 2020.
15.   COVID-19 Updates. Ontario Neurodegenerative Disease Research Initiative (ONDRI).
16.   World Health Organization, World Heart Federation, The International Tobacco Control Policy Evaluation Project (the ITC Project) 2012.
17.   Guan W, et al. N Engl J Med. 2020.
18.   Vardavas C, et al. Tob Induc Dis. 2020.

La COVID-19 accentue l’importance de notre combat

Donnez maintenant pour aider les personnes les plus vulnérables.


La vie. Ne passez pas à côté.