skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Réponses des partis fédéraux au sondage électoral de 2019

Cœur + AVC a demandé aux partis fédéraux leur position sur des enjeux allant du vapotage à la recherche. Voici leurs réponses.

En septembre 2019, nous avons envoyé un sondage aux quatre principaux partis politiques fédéraux afin de connaître leur position sur plusieurs priorités de Cœur + AVC en matière de défense des intérêts. Les questions ainsi que les réponses obtenues figurent plus bas.

Votre parti est-il en faveur de l’affichage d’étiquettes nutritionnelles simples et faciles à lire sur le devant des emballages d’aliments et de boissons riches en sucre, en sel et en gras saturés?

Parti conservateur du Canada (PCC) : Le Parti conservateur n’envisage pas actuellement une telle politique. Toutefois, nous sommes fiers que notre gouvernement conservateur antérieur ait établi un partenariat fructueux avec Produits alimentaires et de consommation du Canada pour aider la population à mieux comprendre les étiquettes nutritionnelles.

Parti vert du Canada (PVC) : Absolument. Les consommateurs veulent pouvoir prendre des décisions éclairées.

Parti libéral du Canada (PLC) : Oui. Un travail important a été accompli au cours de notre premier mandat pour mettre en place un nouveau système d’étiquetage sur le devant des emballages, et un gouvernement libéral réélu ira de l’avant pour mettre en œuvre cette importante initiative.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Oui. Depuis longtemps, le NPD préconise un étiquetage plus simple des aliments, que ce soit pour indiquer la valeur nutritive de ces derniers ou la présence d’OGM, afin d’aider la population à faire des choix éclairés.

Un gouvernement néo-démocrate établira des règles efficaces d’étiquetage nutritionnel sur le devant des emballages pour aider les Canadiennes et les Canadiens à choisir des produits à faible teneur en sel, en sucre ou en gras saturés.

Votre parti est-il en faveur de l’interdiction de la publicité d’aliments et de boissons riches en sel, en sucre et en gras saturés ciblant les enfants?

Parti conservateur du Canada (PCC) : Le Parti conservateur n’envisage pas actuellement une telle politique. Toutefois, nous sommes fiers que notre gouvernement conservateur antérieur ait apporté d’importantes améliorations à l’étiquetage des aliments, notamment en rendant le sucre plus facile à trouver dans la liste des ingrédients.

Nous sommes ouverts à des propositions novatrices sur la façon dont le gouvernement peut collaborer avec les parents, l’industrie et les intervenants en santé pour améliorer l’alimentation de nos enfants.

Parti vert du Canada (PVC) : Oui. En 2016, nos membres ont adopté une motion en ce sens.

Parti libéral du Canada (PLC) : Oui. Les libéraux croient qu’il faut donner à nos enfants le meilleur départ possible dans la vie et aider à prévenir les maladies chroniques et l’obésité. Nous savons que les habitudes alimentaires sont établies tôt. C’est pourquoi nous sommes favorables à la limitation de ces publicités visant les enfants.

Nous avons fièrement appuyé le projet de loi S-228 au cours de la dernière législature, et un gouvernement libéral réélu commencerait rapidement à travailler sur un projet de loi pour lutter contre la publicité d’aliments et de boissons à faible valeur nutritive ciblant les enfants.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Oui. Le NPD s’engage depuis longtemps à restreindre la publicité de la malbouffe qui cible enfants. À titre d’exemple, les partis néo-démocrates, autant au provincial qu’au fédéral, ont milité en faveur de la réduction du sel dans les aliments emballés et de l’interdiction des gras trans à l’échelle nationale.

Nous appuyions le projet de loi S-228, soit la Loi sur la protection de la santé des enfants, afin d’interdire la publicité d’aliments et de boissons ciblant les enfants. Le NPD a d’ailleurs dénoncé l’opposition des conservateurs à ce projet de loi.

Votre parti appuie-t-il la création d’un programme alimentaire scolaire national pour permettre aux jeunes d’avoir accès à des repas nutritifs à l’école?

Parti conservateur du Canada (PCC) : Le Parti conservateur n’envisage pas actuellement une telle politique.

La meilleure façon de s’assurer que les jeunes ont accès à des repas nutritifs est de faire en sorte que les parents disposent d’information facile à comprendre sur la nutrition.

Parti vert du Canada (PVC) : Oui.

Parti libéral du Canada (PLC) : Oui. Notre gouvernement a été très heureux d’annoncer dans le dernier budget son intention de travailler avec les provinces et les territoires à la création d’un programme alimentaire scolaire à l’échelle du pays pour améliorer la santé globale de nos enfants pendant leur éducation scolaire. Ainsi, nous pourrons leur assurer, à eux et, au bout du compte, à tout le pays, un meilleur avenir.

Le Parti libéral croit qu’il est extrêmement important qu’un enfant prenne des repas sains avant et pendant les journées d’école pour bien apprendre. Cependant, au pays, beaucoup d’enfants ont faim, sont sous-alimentés ou mangent trop souvent des aliments à faible valeur nutritive en raison de différents programmes de déjeuners et de dîners offerts dans les écoles.

Nous collaborerons avec les provinces et les territoires pour présenter un plan national cohérent.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Oui. Le NPD collaborera avec les provinces, les territoires, les municipalités ainsi que les communautés autochtones pour mettre sur pied un programme alimentaire scolaire national, afin que tous les enfants au pays aient accès à des aliments sains et qu’ils acquièrent les connaissances nutritionnelles nécessaires pour effectuer des choix sains toute leur vie.

Notre objectif est que les enfants de toutes les communautés au pays bénéficient d’aliments culturellement adaptés afin de favoriser leur croissance et leur apprentissage.

Votre parti appuie-t-il l’élaboration d’un régime d’assurance-médicaments national pour améliorer l’accès à des médicaments efficaces et peu coûteux pour toute la population?

[Si oui] Votre parti appuie-t-il un régime d’assurance-médicaments national pour lequel l’État est le premier payeur?

Parti conservateur du Canada (PCC) : Les conservateurs savent que certaines personnes ont de la difficulté à payer leurs médicaments sur ordonnance ou à y avoir accès. Toutefois, les faits démontrent que ce n’est pas un problème pour la grande majorité de la population, ce qui remet en question la nécessité d’un programme national dont la mise en œuvre coûterait des milliards de dollars.

En effet, les données de 2016 de Statistique Canada ont démontré qu’en moyenne, à tous les niveaux de revenu, les ménages dépensent plus pour des repas au restaurant que pour des médicaments. Notre plate-forme comprendra des propositions ciblées et durables en matière de soins de santé, y compris sur les médicaments, qui amélioreront la santé de la population.

Parti vert du Canada (PVC) : Nous militons à cet effet depuis au moins 2006 en collaboration avec l’Association médicale canadienne et plusieurs provinces. Il est temps d’épargner de l’argent et de sauver des vies en ajoutant les produits pharmaceutiques à notre couverture de soins de santé.

Parti libéral du Canada (PLC) : Oui.

Personne ne devrait avoir à choisir entre payer ses médicaments sur ordonnance ou mettre du pain sur la table. Bien que les Canadiennes et les Canadiens soient fiers de notre système de soins de santé, bon nombre d’entre eux sont encore forcés de prendre des décisions difficiles. Ces décisions sont encore plus délicates lorsque les besoins de santé des jeunes sont en jeu, aggravant le fardeau des familles.

C’est pourquoi nous avons pris des mesures historiques pour diminuer le prix des médicaments. Ces changements, qui ont maintenant force de loi, permettront à la population d’économiser 13 milliards de dollars au cours des 10 prochaines années.

En tant que gouvernement et en tant que parti, nous acceptons volontiers le rapport du Dr Hoskins et du Conseil consultatif sur la mise en œuvre d’un régime national d’assurance-médicaments. Il représente une étape importante pour jeter les bases d’un régime d’assurance-médicaments national.

Nous nous sommes déjà engagés à collaborer avec les provinces et les territoires pour mettre sur pied l’Agence canadienne des médicaments, qui rendra les médicaments plus abordables en négociant de meilleurs prix au nom de toute la population, et à établir une liste de médicaments admissibles fondée sur les meilleures données probantes disponibles.

En particulier, nous savons que le coût de nombreux médicaments pour le traitement de maladies rares peut être astronomique. Nous mettrons donc en place une stratégie nationale pour aider les Canadiennes et les Canadiens à se procurer les médicaments dont ils ont besoin et qui peuvent leur sauver la vie.

Si nous sommes réélus, nous travaillerons en étroite collaboration avec les provinces et les territoires, ainsi qu’avec nos partenaires et intervenants, afin de mettre en place un régime d’assurance-médicaments national et universel pour que tous aient accès aux médicaments dont ils ont besoin, à un prix abordable.

Notre investissement additionnel de 6 milliards de dollars au cours des 4 prochaines années, que nous venons d’annoncer, comprendra des fonds réservés à la poursuite des progrès que nous avons déjà réalisés vers un régime d’assurance-médicaments universel, comme suggéré par le Conseil consultatif.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Le NPD instaurera un régime d’assurance-médicaments national qui offre une couverture universelle, publique et complète à tous les citoyens au pays. Nous croyons que notre régime d’assurance-médicaments national doit être public.

C’est manifestement un besoin : les Canadiennes et les Canadiens d’un océan à l’autre voient actuellement l’écart de revenu se creuser, les avantages sociaux autrefois garantis par les employeurs disparaître et la précarité des emplois augmenter. Un trop grand nombre de membres de nos communautés sont forcés de choisir entre les médicaments médicalement nécessaires et d’autres éléments essentiels comme le logement et la nourriture.

Le NPD veut offrir à la population une assurance-maladie complète. Ce principe se trouve au cœur de l’engagement indéfectible des néo-démocrates à l’égard des soins de santé financés et gérés par l’État. L’accès universel aux soins de santé publics est l’une des réalisations dont les néo-démocrates sont les plus fiers.

Les gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que les universités et les organismes de bienfaisance financent la recherche en santé axée sur un éventail de maladies et de problèmes de santé.

Votre parti est-il d’accord avec les affirmations suivantes? Le gouvernement fédéral devrait accroître le financement de la recherche en santé axée sur la santé des femmes.

Parti conservateur du Canada (PCC) : Les conservateurs croient qu’il faut continuer de consacrer des sommes importantes en recherche dans les domaines qui en ont le plus besoin.

Parti vert du Canada (PVC) : En tant que parti proscience, c’est notre position.

Parti libéral du Canada (PLC) : Oui.

Pour offrir de meilleurs soins de santé aux femmes, nous irons de l’avant pour cerner et éliminer les écarts dans la qualité des soins. Nous travaillerons avec les Instituts de recherche en santé du Canada pour intégrer les analyses fondées sur le sexe et le genre, ainsi que les analyses relatives à la diversité, afin que la recherche tienne compte des facteurs de diversité dans l’amélioration des soins de santé prodigués aux femmes.

L’an prochain, nous consacrerons également 30 millions de dollars à l’amélioration de la recherche sur le cancer pédiatrique dans le cadre d’un plan à long terme au financement et aux priorités durables.

Tout cela s’appuie sur nos investissements historiques dans les sciences fondamentales, y compris dans la recherche en santé, que nous avons annoncés dans le cadre du budget de 2018 et continuerons de mettre en œuvre si nous obtenons un autre mandat.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Oui. Le NPD croit en l’importance de la recherche et de la sensibilisation pour faire progresser l’égalité des femmes au pays. Comme le souligne le Bulletin du cœur 2018 de Cœur + AVC, la souffrance que vivent les femmes lorsque la recherche et les politiques en santé ne tiennent pas compte de leurs besoins spécifiques en matière de santé est évitable.

Les femmes de partout au pays méritent mieux. Un gouvernement néo-démocrate s’engage à fournir une couverture totale en matière de soins de santé. La recherche financée par le gouvernement fédéral sera ainsi axée sur l’équité, ce qui favorisera des résultats équitables. Le fait que les libéraux n’aient pas traduit leurs paroles en mesures énergiques pour lutter contre la discrimination systémique à l’égard des femmes, et que les conservateurs, lorsqu’ils étaient au pouvoir, aient sabré dans le financement pour l’égalité des femmes nous a fait régresser de plusieurs décennies.

Les gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que les universités et les organismes de bienfaisance financent la recherche en santé axée sur un éventail de maladies et de problèmes de santé. Votre parti est-il d’accord avec les affirmations suivantes?

Le gouvernement fédéral devrait exiger que les études de recherche qu’il finance comprennent suffisamment de sujets féminins et masculins pour que les résultats puissent s’appliquer à la fois aux femmes et aux hommes.

Parti conservateur du Canada (PCC) : Les conservateurs envisageraient certainement cette politique, s’il y a lieu, car elle s’harmonise avec l’objectif de dépenser efficacement l’argent des contribuables et de maximiser l’utilité des résultats de recherche.

Parti vert du Canada (PVC) : De bonnes données d’échantillon sont nécessaires à l’obtention de données scientifiques fiables. Des sources de données vastes sont donc nécessaires pour les hommes, les femmes et les autres genres. L’indice de masse corporelle, et parfois l’origine ethnique et les différents régimes alimentaires, doit aussi être pris en compte. Nous faisons confiance à la science.

Parti libéral du Canada (PLC) : Oui. Pour ce faire, nous créerons un institut national de recherche pour la santé des femmes, le premier en son genre au pays. L’institut réunirait des spécialistes de la santé des femmes de partout au pays pour s’attaquer à l’écart persistant en recherche et dans les soins, en adoptant une approche intersectionnelle tenant compte entre autres de l’origine ethnique, des capacités et de la nationalité autochtone.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Oui. Le NPD croit en l’importance de la recherche et de la sensibilisation pour faire progresser l’égalité des femmes au pays. Comme le souligne le Bulletin du cœur 2018 de Cœur + AVC, la souffrance que vivent les femmes lorsque la recherche et les politiques en santé ne tiennent pas compte de leurs besoins spécifiques en matière de santé est évitable.

Les femmes de partout au pays méritent mieux. Un gouvernement néo-démocrate s’engage à fournir une couverture totale en matière de soins de santé.

La recherche financée par le gouvernement fédéral sera ainsi axée sur l’équité, ce qui favorisera des résultats équitables. Le fait que les libéraux n’aient pas traduit leurs paroles en mesures énergiques pour lutter contre la discrimination systémique à l’égard des femmes, et que les conservateurs, lorsqu’ils étaient au pouvoir, aient sabré dans le financement pour l’égalité des femmes nous a fait régresser de plusieurs décennies.

Votre parti appuie-t-il l’augmentation de l’installation de défibrillateurs dans les lieux de juridiction fédérale, notamment les édifices publics fédéraux et les véhicules de la GRC?

Parti conservateur du Canada (PCC) : Nous sommes fiers que ce soit notre gouvernement conservateur antérieur qui ait investi 10 millions de dollars pour l’installation de défibrillateurs dans les arénas de hockey partout au pays. Bien que nous n’envisagions pas pour l’instant d’élargir la mise en place des défibrillateurs dans les lieux de juridiction fédérale, nous serions prêts à envisager de miser sur ce succès dans l’avenir.

Parti vert du Canada (PVC) : Oui. Il a été démontré que cela sauve des vies.

Parti libéral du Canada (PLC) : En tant que gouvernement, nous avons constamment cherché des moyens d’améliorer la santé et la sécurité dans les bâtiments fédéraux pour les employés qui y travaillent et le reste de la population.

Si nous sommes réélus, nous serions prêts à examiner comment nous pourrions accroître le nombre de défibrillateurs dans ces bâtiments et à collaborer à d’autres mesures avec d’autres ordres de gouvernement et des fournisseurs de services pour assurer un accès facile et équitable à des défibrillateurs dans toutes les régions.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Oui. Le NPD veut offrir à la population une assurance-maladie complète. Ce principe se trouve au cœur de l’engagement indéfectible des néo-démocrates à l’égard des soins de santé publics. L’accès universel aux soins de santé publics est l’une des réalisations dont les néo-démocrates sont les plus fiers.

Un meilleur accès aux défibrillateurs nous permettrait d’augmenter les chances de sauver des vies. Cette initiative fait partie de l’engagement que prend le NPD d’offrir des soins de santé complets aux familles canadiennes.

Votre parti appuie-t-il l’interdiction de toute promotion et de tout marketing entourant les produits de vapotage à travers le pays, sauf dans les boutiques de vapotage spécialisées, pour les adultes seulement?

Parti conservateur du Canada (PCC) : Bien que la technologie du vapotage puisse avoir un grand potentiel comme aide à l’abandon du tabac, ou du moins, comme alternative au tabagisme, nous sommes préoccupés par des rapports récents selon lesquels des jeunes qui n’ont jamais fumé commencent à vapoter.

Notre gouvernement conservateur antérieur a pris des mesures pour interdire toute publicité des produits du tabac.

Nous continuerons de surveiller les taux de vapotage chez les jeunes et de prendre des mesures au besoin.

Parti vert du Canada (PVC) : À l’exception des boutiques spécialisées pour adultes seulement, oui. L’abandon du tabac est vital, mais ne remplaçons pas le tabagisme par quelque chose de nouveau.

Parti libéral du Canada (PLC) : Plus tôt cette année, nous avons proposé d’autres restrictions sur le vapotage pour mieux protéger les jeunes, notamment sur la publicité dans les espaces publics, comme sur des panneaux publicitaires.

Un gouvernement libéral réélu prendra d’autres mesures pour éloigner les jeunes du vapotage et pour améliorer la réglementation relative à la publicité et à la formulation des produits du vapotage.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Le NPD mène la lutte en faveur d’une loi stricte sur le tabac depuis des décennies. Récemment, le NPD a incité le parti libéral à déployer plus d’efforts pour réguler la publicité et la disponibilité des produits de vapotage, en particulier pour les enfants et les adolescents. Le NPD demande l’interdiction de la promotion et du marketing associés à ces produits, surtout auprès des non-fumeurs.

Votre parti appuie-t-il la restriction des arômes pour cigarette électronique qui plaisent aux jeunes (p. ex., fruits, bonbons, desserts) afin que ceux-ci ne soient pas attirés par le vapotage?

Parti conservateur du Canada (PCC) : C’est notre gouvernement conservateur antérieur qui a pris des mesures pour interdire les arômes susceptibles de plaire aux jeunes dans les produits du tabac. Nous continuerons de surveiller les taux de vapotage chez les jeunes et de prendre des mesures au besoin.

Parti vert du Canada (PVC) : Absolument.

Parti libéral du Canada (PLC) : Un gouvernement libéral réélu prendra d’autres mesures pour éloigner les jeunes du vapotage et pour améliorer la réglementation relative à la publicité et à la formulation des produits du vapotage.

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Oui. Le NPD appuie fortement l’interdiction totale des arômes pour cigarette électronique qui plaisent aux jeunes. Les néo-démocrates ont d’ailleurs demandé aux libéraux d’allonger la liste des produits aromatisés de vapotage à interdire afin de s’assurer qu’il ne subsiste aucune faille dans la publicité ciblant les jeunes.

Le NPD a recommandé d’exclure toute possibilité d’offrir des produits aromatisés de vapotage qui pourraient être attrayants pour les jeunes. Les libéraux ont toutefois décidé de voter contre cet amendement, ce qui a affaibli l’efficacité du projet de loi visant à protéger les jeunes contre les produits de vapotage.

Votre parti appuie-t-il l’imposition à l’industrie du tabac de droits annuels de recouvrement des coûts qui pourraient servir à financer entièrement le coût annuel de la Stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme?

Parti conservateur du Canada (PCC) : Oui.

Parti vert du Canada (PVC) : Oui.

Parti libéral du Canada (PLC) : Dans le budget de 2018, nous avons augmenté les investissements dans la Stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme, notamment en modifiant les taxes sur les produits du tabac pour qu’elles suivent le rythme de l’inflation. Cela s’ajoute à d’autres mesures importantes prises pour réduire la consommation de tabac et améliorer les taux d’abandon.

Nous continuerons de surveiller les moyens appropriés et efficaces d’atteindre l’objectif à long terme de réduire la consommation à 5 % d’ici 2025 (« 5 d’ici 25 »).

Nouveau Parti démocratique (NPD) : Le NPD appuie la Stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme. Le parti croit que les compagnies de tabac doivent être tenues responsables de leurs actes et qu’elles doivent fournir une compensation financière pour les coûts que l’accoutumance au tabac et ses effets nocifs imposent au système de soins de santé.

Les libéraux et les conservateurs ont adopté une stratégie fédérale de lutte contre le tabagisme peu élaborée, car aucune campagne active d’éducation publique dans les médias de masse n’avait été mise en œuvre pour décourager le tabagisme.

La vie. Ne passez pas à côté.