skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Une étude vous aide à aimer l’activité physique

Les participants de l’étude ont augmenté leur niveau d’activité physique en apportant de petits changements.
Deux femmes qui font des mouvements brusques sur un banc de parc en plein air

Évitez-vous de faire de l’exercice? Ce n’est probablement pas par manque de discipline, d’après les résultats d’une étude. En fait, vous devriez être moins exigeant envers vous-même.

 

L’une des erreurs les plus fréquentes que les gens commettent lorsqu’ils commencent à faire de l’exercice est d’envisager l’activité physique en termes rigides. Il faut obligatoirement le faire dans une salle de sports. Un tapis roulant devrait être utilisé. Il faut transpirer. Il faut répéter des mouvements.

C’est cette vision rigide de l’activité physique qui peut nous mener à la déception, explique le Dr Todd Duhamel, chercheur de Cœur + AVC et chercheur principal à l’Institut des sciences cardiovasculaires de l’hôpital St-Boniface de Winnipeg.

Il a consacré une partie de sa carrière à étudier les changements de comportement et les raisons qui nous empêchent de faire l’activité physique dont nous avons besoin pour réduire notre risque de maladies du cœur, d’AVC et d’autres maladies. Sa plus récente étude se penche sur les stratégies pouvant aider les employés à rester assis moins longtemps et à bouger davantage. La quasi-totalité des employés ayant participé au projet ENCOURAGE ont augmenté leur niveau d’activité physique et plus de la moitié (54 %) d’entre eux s’entraînaient pendant 150 minutes par semaine.

Ce niveau d’activité physique est beaucoup plus élevé que celui du Canadien moyen, qui ne fait que 25 minutes (au lieu des 150 minutes recommandées) d’activité physique modérée à intense par semaine.

Étonnamment, pour inciter les participants à intégrer l’activité physique dans leur routine quotidienne, il n’a pas été nécessaire d’apportent d’importants changements à leur mode de vie.

« Il s’agit en réalité de cerner les raisons qui incitent les gens à faire de l’activité physique, souligne le Dr Duhamel. Si c’est important pour vous, si vous pouvez l’insérer dans votre emploi du temps; il est plus facile de persévérer. »

Changer les mentalités, changer les comportements

Le projet ENCOURAGE a été consacré en grande partie à changer l’idée que les gens se font de l’activité physique. Les employés sédentaires devaient ainsi trouver des façons simples de faire de l’activité physique au cours de la journée, comme prendre les escaliers et mettre en place des rappels pour se mettre debout.

« La sédentarité n’est pas le contraire de l’activité physique ; c’est en fait son propre facteur de risque », déclare le Dr Duhamel. « Et de nouvelles données probantes indiquent que le fait de se mettre debout toutes les heures améliore la santé. Si vous parvenez à faire un exercice d’intensité plus élevée, c’est un bonus et c’est ce à quoi nous devons aspirer . Mais, précise-t-il, il est important de commencer par les personnes les plus sédentaires, en les incitant à faire ne serait-ce qu’un petit mouvement pendant la journée. »

Les participants de l’étude ont reçu l’aide d’un kinésiologue pour identifier les types d’activités qu’ils appréciaient, ainsi que les programmes communautaires locaux situés près de leur domicile ou de leur lieu de travail qui offraient un programme d’entrainement d’intensité adéquate.

La prochaine phase du projet ENCOURAGE consistera à utiliser la technologie pour aider davantage de personnes au pays à trouver des façons de faire de l’activité physique lorsqu’ils n’ont pas de temps libre. L’application que le Dr Duhamel et son équipe prévoient lancer début 2017 vous encouragera à choisir une action, comme vous lever de votre fauteuil et à l’effectuer pendant une heure.

Et si vous n’aimez pas du tout faire de l’activité physique? Tout à fait normal, déclare-t-il.

« Moi-même, je déteste faire de l’exercice. Mais j’aime beaucoup m’efforcer d’atteindre un objectif. Il m’arrive d’aller faire du bricolage pendant huit heures certains jours dans mon chalet, tout simplement parce que j’aime ça. Parce qu’il y a un objectif à atteindre. Par contre, l’idée d’aller courir sur un tapis roulant ne me viendrait jamais à l’esprit ».

Il souligne que les salles de sports et les programmes d’exercices structurés ne sont pas les seuls moyens d’intégrer l’activité physique à votre routine quotidienne. Par exemple, dans les cultures autochtones, il y a beaucoup d’activités qui permettent d’augmenter le niveau d’activité physique. Vous faites de l’exercice simplement parce que vous êtes dehors, dans l’environnement. C’est naturel.

Donc, s’il est important pour vous de passer du temps avec votre famille, efforcez-vous de trouver des façons de faire de l’activité physique, comme une visite au parc par exemple, en compagnie de vos proches. C’est toujours mieux que de rester assis sur un canapé à regarder la télévision ensemble. « En réalité, il est en général plus risqué de s’asseoir sur le canapé que de participer à n’importe quel programme d’entraînement ».

Avant de commencer

Demandez-vous pourquoi vous voulez faire de l’activité physique, recommande le Dr Duhamel. Ensuite, demandez-vous pourquoi vous aimez faire de l’exercice. Inscrivez vos réponses sur un morceau de papier et consultez-les régulièrement.

Il est facile de perdre de vue les raisons pour lesquelles nous faisons quelque chose. Nous avons tendance à nous focaliser beaucoup plus sur l’activité elle-même que sur les raisons pour lesquelles nous l’effectuons.