skip-to-main-content

Des projets de recherche axés sur les femmes

Des scientifiques s’affairent à combler le fossé entre les sexes en recherche
Portrait de Heather Foulds

La chercheuse Heather Foulds, de l’Université de la Saskatchewan, souhaite mettre en lumière les facteurs sociaux et culturels qui influent sur la santé cardiaque et cérébrale des femmes autochtones.

Les chercheurs de partout au pays financés par Coeur + AVC améliorent notre compréhension de la santé cardiaque et cérébrale des femmes. Dans le cadre de concours de recherche axés sur des sujets propres aux femmes, 27 chercheurs se partageront un total de 4,3 M$ sur 5 ans. Parmi les 15 lauréats déjà à l’oeuvre :

  • La Dre Nathalie Auger, du Centre hospitalier de l’Université de Montréal, étudie de quelle manière les complications liées à la grossesse peuvent influencer et prédire le risque présenté par les femmes de développer une maladie du coeur ou de subir un AVC plus tard au cours de leur vie.
  • La Dre Thalia Field, de l’Université de la Colombie-Britannique, étudie l’impact de la thrombose veineuse cérébrale chez les jeunes femmes. Cette affection est la deuxième cause la plus fréquente d’AVC chez les femmes pendant la grossesse.
  • La chercheuse Heather Foulds, de l’Université de la Saskatchewan, souhaite mettre en lumière les facteurs sociaux et culturels qui influent sur la santé cardiaque et cérébrale des femmes autochtones.
  • La Dre Kara Nerenberg, du centre médical de Foothills, à Calgary, cherche à améliorer la santé cardiaque et cérébrale des femmes après un accouchement.

Avec son financement général de la recherche, soit plus de 33 M$ en 2018, Coeur + AVC appuie de nombreuses études qui fourniront des renseignements essentiels sur la santé des femmes. La fondation a aussi modifié ses attentes : les chercheurs doivent maintenant tenir compte du sexe et du genre dans leurs projets de recherche, de sorte que les résultats s’appliquent aussi bien aux femmes qu’aux hommes. Quelques lauréates comprennent :

  • La chercheuse Susan Howlett, de l’Université Dalhousie, à Halifax, qui étudie l’effet de la fragilité sur le développement des maladies du coeur, pour mieux comprendre les différences propres aux sexes en matière d’insuffisance cardiaque.
  • La chercheuse Jennifer Thompson, de l’Université de Calgary, qui étudie le risque de maladies cardiovasculaires chez les enfants nés de mères obèses ou atteintes de diabète gestationnel.
  • La Dre Amy Yu, de l’Université de Toronto, qui étudie les différences entre les hommes et les femmes en matière d’incapacités graves et de coûts des soins de santé après un AVC, ainsi que les causes potentielles de ces différences.
Ressources

Pleins feux sur les femmes 2020

La recherche s’efforce de combler le fossé entre les sexes et les genres.


La vie. Ne passez pas à côté.