Communiqué de presse : Le bulletin Pleins feux de 2020 sur les femmes de Cœur + AVC

Les maladies du cœur et l’AVC sont les principales causes de mort prématurée chez les femmes

TORONTO — Les femmes sont sous-représentées depuis trop longtemps dans la recherche sur la santé cardiaque et cérébrale, mais cela commence à changer. Le bulletin Pleins feux de 2020 sur les femmes de Cœur + AVC, « L’égalité des chances », se penche sur des percées très prometteuses en recherche. Il présente l’histoire de trois femmes ayant reçu un diagnostic potentiellement mortel et démontre comment de nouvelles recherches peuvent transformer leur vie en les aidant à surmonter les défis auxquels elles font face en raison de leur sexe et de leur genre. 

Les choses s’accélèrent 

« Les femmes ne sont pas des hommes de petite taille. De véritables différences biologiques existent entre les sexes, et elles ne sont pas toutes évidentes. Par exemple, le cœur et les artères des femmes sont plus petits, et la plaque s’accumule différemment dans leurs vaisseaux sanguins », explique Anne Simard, chef de la mission et de la recherche, à Cœur + AVC. « En investissant dans la recherche axée sur les femmes, nous acquérons les connaissances nécessaires pour sauver plus de vies et obtenir de meilleurs résultats.

Malgré tout, il reste beaucoup à faire. Les femmes paient encore trop cher le fossé en matière de recherche, de prévention, de diagnostic et de traitement. » 

Un médicament susceptible de ralentir ou d’arrêter la progression de valvulopathies

Jennifer Michaud souffre d’une sténose aortique congénitale, un type de valvulopathie. À 29 ans, elle a subi une opération qui lui a sauvé la vie, mais qui l’a laissée dans un état d’épuisement et de douleur durant des mois. Si ce médicament s’avère efficace, les femmes comme Jennifer pourraient reporter une opération, voire l’éviter complètement, ce qui est crucial, car les femmes courent un risque 25 % plus élevé que chez les hommes de mourir des suites d’une intervention chirurgicale de la valvule aortique.

La Dre Marie-Annick Clavel, une chercheuse subventionnée par Cœur + AVC à l’Université Laval, travaille sur un médicament qui cible la cause la plus fréquente de sténose aortique chez les femmes. « L’objectif est de réduire la progression de la sténose aortique, de l’arrêter avec un peu de chance, et de la renverser avec une chance incroyable », affirme-t-elle.

De nouveaux indices pour contrer une cause de mortalité chez les jeunes femmes

La dissection spontanée de l’artère coronaire (DSAC) est la cause la plus fréquente de crises cardiaques liées à la grossesse. Elle touche de façon disproportionnée de jeunes femmes autrement en bonne santé. Sudi Barre se remettait d’une césarienne d’urgence lorsqu’elle a subi une crise cardiaque causée par la DSAC. Maintenant, elle raconte son expérience parce qu’elle veut que plus de médecins reconnaissent la maladie. 

La Dre Jacqueline Saw, éminente spécialiste de la DSAC à l’Université de la Colombie-Britannique, raconte avoir vu des « histoires d’horreur » de femmes dans la trentaine ou la quarantaine qui n’ont pas été admises à la salle des urgences malgré les symptômes d’une crise cardiaque. Elle a mis au point un moyen d’aider les médecins à détecter la DSAC et, avec le soutien de Cœur + AVC, son équipe a découvert les gènes qui augmentent le risque de développer cette affection. Au cours des cinq prochaines années, la chercheuse s’attend à voir des outils de dépistage génétique, des taux accrus de diagnostic au service des urgences et de meilleurs protocoles de traitement de la DSAC.

Des symptômes inaperçus ou mal perçus

Il a fallu près d’un an avant que Karen Narraway reçoive un diagnostic de maladie du cœur nécessitant un quadruple pontage coronarien. Après l’opération, elle a souffert d’un trouble de stress post-traumatique. Ancienne infirmière en cardiologie, Karen n’a pas été surprise par sa convalescence physique, mais elle ne s’attendait pas à éprouver autant de difficultés sur le plan mental et émotionnel. La dépression, qui touche presque deux fois plus de femmes que d’hommes, augmente le risque de subir un épisode cardiaque. Ainsi, non seulement les femmes ont alors un risque accru de crise cardiaque, elles sont aussi plus susceptibles d’en mourir. Pour les survivantes, la dépression ralentit le rétablissement.

L’histoire de Karen n’est pas surprenante pour Paula Harvey, du Women’s College Hospital. Les travaux de la chercheuse ont démontré que près de 40 % des femmes font une dépression après un épisode cardiaque, plus de la moitié d’entre elles présentant des symptômes modérés ou graves. Pourtant, elles ne reçoivent pas de traitement. « Il est primordial que les femmes soient entendues. Bien des questions restent sans réponse et doivent faire l’objet de recherches », affirme-t-elle.

Il y a deux ans, Cœur + AVC a lancé sa campagne pour la santé des femmes, laquelle vise à combler le fossé en recherche entre les hommes et les femmes. En effet, même si les maladies du cœur et l’AVC sont les principales causes de mort prématurée chez les femmes, les deux tiers des études cliniques portent sur les hommes. Avec le soutien des donateurs qui contribuent à la cause, Cœur + AVC a établi des initiatives et des changements cruciaux pour combler ce fossé :

  • Dans le cadre de concours de recherche axés sur des sujets propres aux femmes, 27 chercheurs se partageront un total de 4,3 M$ sur 5 ans.
  • Tous les projets qu’elle finance doivent s’appuyer sur l’analyse comparative et les rapports fondés sur le sexe et le genre, s’ils s’y prêtent.
  • Un réseau national de recherche composé de scientifiques et de personnes ayant une expérience vécue des maladies du cœur et de l’AVC s’efforce de faire progresser les connaissances sur la santé cardiaque et cérébrale des femmes.
  • Consultez le bulletin complet, « L’égalité des chances », à coeuretavc.ca/femmes


D’autres faits
  • Les femmes sont 10 fois plus à risque de mourir d’une maladie du cœur, d’un AVC ou d’une affection vasculaire connexe que du cancer du sein.
  • Parmi les personnes atteintes de DSAC, 88 % sont des femmes, la majorité étant jeunes et ayant autrement une bonne santé.
  • Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à succomber à une crise cardiaque et sont plus susceptibles d’en subir une deuxième.
  • La grossesse, la ménopause et les changements hormonaux augmentent les risques chez les femmes.
  • Les différences liées au genre, par exemple le statut socioéconomique inférieur des femmes, le mythe selon lequel les maladies du cœur sont des maladies d’hommes, et la tendance à considérer les symptômes des femmes comme des signes d’anxiété, ont aussi des conséquences négatives sur la santé féminine.

Coordonnées

Maryse Bégin
Gestionnaire régionale, Communications, Québec
514 871-8038, poste 20232
Maryse.Begin@coeuretavc.ca
  

À propos de Cœur + AVC

La vie. Ne passez pas à côté. C’est pour cette raison que Cœur + AVC mène la lutte contre les maladies du cœur et l’AVC. Nous devons propulser les prochaines découvertes médicales afin que les gens au pays ne passent pas à côté de moments précieux. Ensemble, nous promouvons la santé, préservons la vie et favorisons le rétablissement grâce à la recherche, à la prévention et à des politiques publiques. 

 

Des nouvelles sur mesure Je vous remercie! Vous êtes abonné.

Abonnez-vous aux nouvelles personnalisées de Cœur + AVC pour ne rien manquer : conseils sur la santé du cœur, progrès en recherche, actualités, activités à appuyer, et plus!
Votre première newsletter devrait arriver dans les 7 à 10 prochains jours.
Il semble que notre système ait eu un problème. Veuillez réessayer.
Veuillez saisir une adresse électronique valide.
Veuillez cocher la case reCaptcha.