skip-to-main-content
Faire un don
Faire un don maintenant

Une percée révolutionne le traitement des AVC

Le nouveau traitement réduit de façon marquante le taux de décès et d’incapacités attribuables aux AVC graves.
Gros plan de la tenue de la main du scanner cérébral du médecin

Ces résultats pourraient bien transformer la façon dont plusieurs AVC sont traités au pays et partout dans le monde.

 

<p>De gauche à droite, le Dr Andrew Demchuk, le Dr Mayank Goyal, le Dr Michael Hill.</p>
<p> </p>

De gauche à droite, le Dr Andrew Demchuk, le Dr Mayank Goyal, le Dr Michael Hill.

 

Selon les résultats de l’essai ESCAPE, cofinancé par la Fondation, le nouveau traitement s’est révélé réduire de moitié le taux de mortalité attribuable à un AVC ischémique grave.

Les résultats de l’essai, publiés dans le New England Journal of Medicine, démontrent aussi une diminution importante des incapacités reliées aux AVC.

« Il s’agit de l’avancée la plus importante dans le traitement des AVC ischémiques aigus depuis vingt ans », selon le Dr Michael Hill, chercheur principal de l’étude et professeur à la Cumming School of Medicine de l’Université de Calgary. «Ces résultats auront un impact majeur sur les soins de l’AVC partout à travers le monde.»

On compte 62 000 AVC au pays chaque année, soit un toutes les neuf minutes.

Les chercheurs ont étudié 316 personnes chez lesquelles on avait diagnostiqué un AVC ischémique grave, qui résulte du blocage d’une artère par un caillot sanguin au cerveau.

Le caillot est localisé et retiré grâce à des techniques d’imagerie et de l’équipement de haute technologie, ce qui rétablit le flux sanguin au cerveau.

La procédure, appelée thrombectomie endovasculaire (TE), consiste à insérer un petit tube dans l’artère fémorale du patient et à l’amener jusqu’aux vaisseaux du cerveau en recourant aux rayons X pour le visualiser. Une endoprothèse « récupérable » est utilisée pour enlever le caillot.

Deux fois moins de décès

Les chercheurs ont constaté une réduction de moitié du taux global de décès parmi les patients traités par TE. Les résultats positifs sont aussi passés de 30 % à 55 % des patients.

Plusieurs personnes auraient pu avoir des séquelles neurologiques graves, mais ont pu retourner chez elles et poursuivre leur vie.

L’AVC figure parmi les principales causes de décès et d’incapacités. Jusqu’à maintenant, le traitement de référence était le t-PA, qui, lorsqu’il n’y a pas de contre-indications, permet de dissoudre le caillot. Les AVC ischémiques représentent environ 80 % de tous les AVC.

Bien que la TE ne soit pas une nouvelle procédure, l’essai clinique ESCAPE a testé son efficacité dans un nouveau modèle de soins basé sur :

  • Le diagnostic par imagerie : Des techniques d’imagerie innovatrices ont été utilisées pour déterminer les patients qui pouvaient bénéficier de la TE.
  • La rapidité : Une prise en charge bien coordonnée et le travail d’équipe ont joué un rôle essentiel pour assurer un traitement rapide.
  • Une technologie innovante : Les rayons X sont utilisés pour amener l’endoprothèse récupérable au site de la lésion.

« Lorsqu’il s’agit de préserver la vie et de créer plus de survivants, la recherche joue certainement un rôle fondamental, déclare David Sculthorpe, chef de la direction, Canada, à la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC. Cette percée aura un impact immédiat, et nous rappelle pourquoi il est essentiel de financer les meilleurs chercheurs du pays, grâce à la générosité de nos donateurs. »

Selon M. Sculthorpe, ces résultats soulignent qu’il est essentiel d’intervenir rapidement lorsqu’une personne subit un AVC. Il a exhorté la population du pays à apprendre la méthode VITE, une façon simple de se rappeler des signes de l’AVC. VITE signifie VISAGE – Est-il affaissé? INCAPACITÉ – Pouvez-vous lever les deux bras normalement? TROUBLE DE LA PAROLE – Trouble de prononciation? Et EXTRÊME URGENCE – Composez le 9-1-1.

Répercussions sur les pratiques de soins optimales

La Fondation transposera ces résultats dans la pratique en les intégrant dans les Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de l’AVC, faisant ainsi du Canada l’un des premiers pays à intégrer ce traitement dans le système de soins de santé.

L’essai clinique ESCAPE (Endovascular treatment for Small Core and Anterior circulation Proximal occlusion with Emphasis on minimizing CT to recanalization times [traitement endovasculaire pour petit AVC central et ischémique à occlusion proximale avec emphase sur la minimisation du temps de recanalisation par tomodensitogramme]) a été mené dans 22 établissements au Canada, aux États-Unis, en Irlande et en Corée du Sud.

L’équipe qui a réalisé cette intervention était dirigée par le Dr Michael Hill ainsi que les Drs Mayank Goyal et Andrew Demchuk, cochercheurs principaux, tous de l’Université de Calgary. « L’essai ESCAPE est une collaboration entre la neurologie de l’AVC et l’intervention neurologique, ajoute le Dr Hill. On parle d’un immense travail d’équipe. »

La Fondation a offert son soutien financier par la bourse professorale du Dr Hill en recherche sur l’AVC de la Fondation et du HotchkissBrain Institute, ainsi que la chaire en recherche sur l’AVC de la Fondation, du Dr Demchuk. Les autres sources de financement étaient l’Alberta Innovates-Health Solutions et Medtronic, ainsi que les donateurs à l’équipe de recherche sur l’AVC de l’institut de recherche Hotchkiss sur le cerveau et le Calgary Stroke Program.