skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Composez le 9-1-1 aussitôt l’AVC suspecté

Même en cas d’incertitude, vous devez demander une ambulance.
Des ambulanciers déplacent une personne sur une civière.

En cas d’AVC, chaque seconde compte. Littéralement. La majorité des cas d’AVC sont causés par une obstruction qui bloque la circulation sanguine dans le cerveau. À la seconde où le blocage se produit, le cerveau est privé de nutriments et d’oxygène, et les cellules cérébrales commencent à mourir.

« Quelque 2 millions de neurones et 12 kilomètres de fibres nerveuses sont perdus chaque minute sans traitement », explique la Dre Luciana Catanese, neurologue vasculaire au centre Hamilton Health Sciences. « Le cerveau qui manque d’oxygène vieillit d’environ 3,6 ans chaque heure qui s’écoule sans traitement. C’est pourquoi nous insistons sur l’urgence des soins de l’AVC. »

Voilà pourquoi il est si important de composer le 9-1-1, ou le numéro des services médicaux d’urgence (SMU) de votre région, dès les premiers signes d’un possible AVC. 

Les signes et symptômes de l’AVC

Tim Hillier, chef adjoint des normes professionnelles des Services de santé Medavie Ouest à Saskatoon, explique qu’en appelant le 9-1-1, les répartiteurs des SMU posent une série de questions normalisées pour déterminer si la personne subit un AVC.

Ensuite, divers protocoles sont appliqués. L’objectif est d’amener le patient à recevoir des soins le plus rapidement possible. 

Tim Hillier

Nous prenons des mesures pour accélérer les choses à l’hôpital approprié.

Tim Hillier Medavie Health Services West, Saskatoon

Lorsque les ambulanciers arrivent sur les lieux, ils tentent de déceler les signes de l’AVC, plus précisément un visage affaissé, l’incapacité de lever les deux bras et un trouble de prononciation , ainsi que d’autres symptômes comme une faiblesse ou un engourdissement soudain d’un côté du corps, et/ou une perte soudaine d’équilibre ou de coordination. « Le transport devient alors une priorité absolue », affirme M. Hillier. 

Dans certaines régions, les intervenants des SMU téléphonent immédiatement au centre de soins de l’AVC le plus près et inscrivent le patient à l’avance. Les centres de soins de l’AVC sont habituellement situés dans les grands hôpitaux, qui ont du personnel et de l’équipement spécialisés.

Le traitement rapide de l’AVC

Une fois l’appel reçu, l’équipe de prise en charge de l’AVC de l’hôpital se prépare, et attend l’arrivée du patient à la salle des urgences. Après un examen rapide, les spécialistes emmènent le patient en tomodensitométrie pour obtenir des images du cerveau et des vaisseaux sanguins. « Tout cela devrait prendre de 10 à 15 minutes », affirme la Dre Catanese.

Si les spécialistes voient un patient dès que possible, ils peuvent lui administrer un médicament qui détruit les caillots sanguins jusqu’à quatre heures et demie suivant l’apparition des signes de l’AVC. Dans certains centres de soins de l’AVC, si le caillot se trouve dans un plus gros vaisseau du cerveau, les spécialistes peuvent effectuer une procédure à effraction minimale qui consiste à retirer le caillot en passant par une artère de l’aine ou du bras avec un fil-guide.

« Nous comparons notre protocole de soins d’urgence de l’AVC avec un arrêt ravitaillement en Formule 1 : une seconde de plus pourrait coûter la première place au pilote, ajoute la Dre Catanese. Dans notre cas, chaque seconde ou minute perdue peut complètement changer la donne. Soit le patient pourra remarcher seul, soit il sera alité pour toujours. »

L’ambulance comme seul moyen de transport

Il est capital de composer le 9-1-1 dès les premiers signes d’un possible AVC pour favoriser le rétablissement. « Il n’est pas question que du transport, explique M. Hillier. Nous ne faisons pas que conduire à 160 km/h pour amener la personne à l’hôpital. Nous prenons des mesures pour accélérer les choses à l’hôpital approprié avant même d’y arriver. » 

N’attendez pas que les signes et symptômes disparaissent et n’essayez pas de dormir pour vous sentir mieux. N’allez jamais à l’hôpital par vos propres moyens. 

« Ce qui commence par une petite faiblesse à une jambe peut rapidement progresser. Vous pourriez ne pas vous réveiller de votre sieste, ajoute la Dre Catanese. Dès que vous décelez ces signes, vous devez absolument appeler les services d’urgence. »  

 

La vie. Ne passez pas à côté.