skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Donna, chanceuse de sa malchance

Après avoir subi un AVC grave, Donna a découvert l’importance de la recherche.
Donna Sharman

Donna Sharman, survivante d’un AVC.

Après s’être évanouie sur le plancher de sa cuisine, un samedi matin en 2013, Donna Sharman a réalisé l’importance de la recherche.

Un caillot de sang qui s’était logé dans une artère de son cerveau avait entraîné un AVC. Heureusement, son mari, Andy, était présent et a appelé les secours. Peu après, Donna a été transportée en ambulance vers le centre médical de Foothills, à Calgary.

Par le plus heureux des hasards, l’équipe de l’AVC de l’établissement participait à une étude clinique menée par le Dr Michael Hill, un chercheur subventionné par Cœur + AVC, laquelle portait sur un traitement novateur d’un AVC grave.

Chaque minute compte

Quand la circulation sanguine vers le cerveau est obstruée lors d’un AVC, 1,9 million de cellules cérébrales meurent chaque minute. La rapidité des soins est donc cruciale.

Une tomodensitométrie a permis de déterminer que Donna était une candidate idéale au traitement expérimental. Avec le consentement de Andy, le Dr Hill et son équipe l’ont promptement préparée pour une thrombectomie endovasculaire (TE).

À l’aide de rayons X, ils ont acheminé une endoprothèse récupérable par les vaisseaux sanguins en partant de l’aine jusqu’à son cerveau afin d’extraire le caillot. L’opération a rétabli la circulation sanguine vitale au cerveau de Donna, ce qui lui a permis de survivre sans incapacité.

Andy résume la situation ainsi : « Plutôt que de préparer ses funérailles, j’organisais tout à coup son retour à la maison. » 

L’importance de la recherche

« Ce traitement m’a sauvé la vie, affirme Donna. Je ne serais pas ici si cette recherche n’avait pas été en cours lorsque j’ai subi mon AVC. »
Au bon endroit et au bon moment, elle a pu tirer avantage de ces travaux révolutionnaires. Cependant, bien d’autres femmes n’ont pas cette chance.

« Plutôt que de préparer ses funérailles, j’organisais tout à coup son retour à la maison. »

Andy Sharman mari de Donna

En effet, les deux tiers de toutes les études sur les maladies cardiovasculaires portent sur les hommes. Des femmes meurent parce qu’on ignore les particularités de leur santé cardiaque et cérébrale.
Il faut multiplier les efforts pour s’assurer que les femmes sont équitablement représentées dans les projets de recherche.

Davantage de recherche pour de meilleurs soins 

Depuis l’AVC de Donna, la TE est devenue une pratique courante pour le traitement d’AVC graves causés par un caillot de sang. Actuellement, elle est offerte dans 23 hôpitaux dans tout le pays.

Se comptant chanceuse d’être tombée sur l’équipe du Dr Hill le jour de son AVC, Donna est reconnaissante que la recherche continue de promouvoir les bienfaits de la TE.

Elle et Andy sont maintenant des bénévoles dévoués qui se servent de leur expérience pour aider d’autres survivants de l’AVC et des familles.