skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Pour simplifier la médication

Scott Lear donne des conseils pour vous aider à prendre le bon médicament au bon moment.
A man reaches for his prescriptions on a table.

Avoir un mode de vie sain en ayant une bonne alimentation, en faisant de l’exercice régulièrement, en réduisant le stress et en dormant suffisamment est très important dans la gestion des maladies, comme les troubles cardiovasculaires. Cependant, ce n’est parfois pas suffisant, et une médication est alors nécessaire.

Pendant la dernière année, j’ai pris religieusement deux médicaments pour traiter une maladie du cœur (un bêta-bloquant, le bisoprolol, et une statine, la rosuvastatine). Travaillant moi-même dans un centre de traitement des maladies du cœur, je sais que ce n’est pas grand-chose. Certains patients prennent jusqu’à dix médicaments à différents moments de la journée. Ce scénario est fréquent puisque de plus en plus de personnes ont plusieurs maladies chroniques.

J’ai récemment vécu une telle situation, alors que j’ai dû prendre quatre médicaments à différents moments de la journée pendant une semaine. En effet, je me suis retrouvé au service des urgences où on m’a administré des antibiotiques par voie intraveineuse en raison d’une infection aiguë de la gorge. On m’avait aussi prescrit un antibiotique oral, le métronidazole, à raison de deux comprimés, deux fois par jour. Après deux jours de doses intraveineuses, j’ai dû prendre deux comprimés de clindamycine, un autre antibiotique, trois fois par jour.

Connaître le nom des médicaments

La première chose qui m’a frappé est le nom des médicaments. On dirait qu’ils doivent contenir le plus de syllabes possible. Qui trouve ces noms? Ils semblent tout droit sortis d’un épisode de Star Trek, avec les Klingons et les Cardassiens (sans lien avec les Kardashian, à ma connaissance). 

Cela crée, dès le départ, un obstacle pour la communication avec votre professionnel de la santé. Lorsqu’on demande aux patients quels sont les médicaments qu’ils prennent, la plupart répondent quelque chose comme « une petite pilule rouge ou bleue » parce qu’ils n’arrivent pas à en prononcer le nom ou à s’en souvenir. Il peut donc être utile de toujours avoir une liste de vos médicaments avec la posologie de chacun dans votre portefeuille ou votre sac à main.

Respecter la prescription (ce qu’on appelle l’observance médicamenteuse) est également très important pour améliorer votre santé, que ce soit pour un traitement antibiotique de courte durée ou une prescription à vie pour la gestion de la pression artérielle, par exemple. D’ailleurs, une observance médicamenteuse inadéquate est l’une des principales raisons de réhospitalisation après une crise cardiaque. 

Comprendre l’effet des médicaments

Il n’est pas toujours facile de se souvenir de prendre des médicaments. Plus les pilules sont nombreuses et la posologie compliquée, plus l’observance est difficile. 

Comprendre l’effet et la raison d’un médicament peut aider le patient à respecter la posologie. Par exemple, certains patients qui prennent un médicament pour réduire le taux de cholestérol arrêtent leur traitement quand leurs analyses sont meilleures. Par conséquent, leur taux cholestérol augmente à nouveau. En leur parlant, il devient évident que ces patients pensaient que leur médicament fonctionnait comme un antibiotique, et que lorsque leur cholestérol resterait au bon niveau une fois celui-ci atteint.

Il est facile de penser que les médecins et les infirmiers ne se trompent jamais, mais ils sont humains, eux aussi. 

Dr Scott Lear

On pense que les professionnels de la santé vont nous expliquer tout ce que nous devons savoir sur les médicaments que nous prenons, mais ce n’est pas toujours le cas. En tant que patients, nous devons poser des questions. Il est facile de penser que les médecins et les infirmiers ne se trompent jamais, mais ils sont humains, eux aussi. 

Après que j’aie pris la deuxième dose d’antibiotiques intraveineux, l’urgentologue m’a prescrit un antibiotique oral. J’ai regardé l’ordonnance et demandé ce que c’était. En entendant sa réponse, j’ai constaté que j’étais allergique à ce médicament. Il ne m’avait pas posé de questions sur mes allergies et j’avais supposé que cette information était dans mon dossier. Ce n’était pas le cas. Il avait aussi fait une erreur dans mon nom sur l’ordonnance.

Poser des questions, prévoir des rappels

Comme je prenais déjà un antibiotique oral prescrit la veille, je voulais confirmer que je devais prendre les deux. À force de conversations avec des patients, j’ai constaté qu’il n’est pas toujours clair à l’hôpital si les nouvelles prescriptions sont à prendre en remplacement ou en plus des anciennes. 

On peut facilement imaginer que lorsqu’on se remet d’une crise cardiaque, on n’est pas tout à fait lucide. Certains médicaments ont des interactions avec d’autres, et vous pourriez souffrir d’effets indésirables si la situation n’est pas clarifiée. D’ailleurs, prendre plusieurs médicaments (ce qu’on appelle la polypharmacie) peut entraîner de tels effets.

Cette inquiétude autour des réactions causées par la polypharmacie a contribué au développement de la recherche en conciliation médicamenteuse, dans le cadre de laquelle des professionnels de la santé et des organismes travaillent ensemble pour réduire les problèmes. Par exemple, l’un de ces programmes prévoit un suivi par des pharmaciens chez les patients pour vérifier la médication.

Pour ma part, puisque je n’ai eu ces antibiotiques que pour une semaine, ce n’était pas vraiment un problème. Cependant, cela m’a fait réfléchir aux difficultés que rencontrent les patients dans la gestion de leur médication. Heureusement, il existe de nombreux moyens pour les aider, comme utiliser un pilulier ou demander à la pharmacie de mettre les médicaments dans des plaquettes (bien que cela coûte parfois cher).

À l’ère numérique, vous pouvez aussi télécharger une application de rappel de prise de médicaments sur votre téléphone. Certaines d’entre elles sont efficaces, d’autres non. Faites preuve de vigilance et trouvez celle qui est adaptée à vos besoins. 

Les organismes de soins de santé et les compagnies d’assurance commencent également à utiliser des programmes pour faciliter l’observance médicamenteuse. Pour les patients atteints du VIH, l’envoi automatisé de messages texte s’est avéré très efficace. Nous nous sommes inspirés de ce modèle, et nous connaîtrons bientôt les résultats de notre étude pilote sur l’utilisation de messages texte pour améliorer l’observance (en anglais) chez les patients aux prises avec un trouble cardiaque.

Quant à moi, j’utilise une bonne vieille astuce pour ne pas oublier de prendre mes médicaments. Je les mets à côté de mon lavabo de salle de bain pour les voir quand je me brosse les dents le matin et le soir. Ce n’est pas une technique à toute épreuve, mais elle fonctionne la plupart du temps.

  • Obtenez d’autres conseils pour mener une vie saine et ainsi réduire votre risque de maladies du cœur et d’AVC. 

Scott Lear est un chercheur éminent spécialisé en prévention et en gestion des maladies du cœur. Il est titulaire de la Chaire de recherche en prévention des maladies cardiovasculaires de la société Pfizer/Fondation des maladies du cœur et de l’AVC à l’hôpital St. Paul’s. Il est membre de la Faculté des sciences de la santé et du département de physiologie et kinésiologie biomédicales de l’Université Simon Fraser. Le Dr Lear est lui-même atteint d’une maladie du cœur. Consultez son blogue : drscottlear.com.

 
La vie. Ne passez pas à côté.