Un bond pour Sautons en cœur!

Une enseignante adapte le programme pour le rendre plus inclusif.
 Un élève en fauteuil roulant soulève un ballon au-dessus de sa tête en visant un filet dans le gymnase d’une école.

CJ, un élève de l’école Bloorview, s’apprêtant à marquer au basketball à Un bond pour Sautons en cœur.

Une boule disco scintille, la musique retentit dans les haut-parleurs et, dans un tourbillon d’activités, une élève de 8e année (l’équivalent du secondaire 2) déplace son fauteuil roulant d’avant en arrière sur le rythme, découvrant pour la première fois qu’elle aime danser. 

L’élève s’amuse à l’activité Get Moving for Heart (bouger pour la santé du cœur), créé par Rose Monacelli, enseignante en éducation physique à l’école Bloorview, à Toronto. 

L’école Bloorview se trouve dans un hôpital de réadaptation pour enfants et propose des programmes scolaires innovants aux jeunes ayant des besoins particuliers. Rose s’efforce avec passion de faire en sorte que chaque élève, de la maternelle à la 12e année (l’équivalent du cégep), puisse prendre part aux activités.

« Il s’agit de créer un environnement d’apprentissage inclusif et positif afin que chaque élève puisse participer à des activités et relever des défis, déclare Rose. Les efforts de chacun sont valorisés. »

Adaptation du programme

C’est ce principe qui a guidé Rose lorsqu’elle s’est lancée dans le programme de collecte de fonds Sautons de Cœur + AVC. Les écoles primaires de partout au pays s’inscrivent à ce programme pour sauter à la corde, amasser des fonds pour la recherche qui sauve des vies, et inspirer les enfants à acquérir des habitudes de vie saines et durables. Le succès de l’opération repose sur la contribution d’enseignants coordonnateurs.

Au début, Rose a tenté de créer une activité inclusive et adaptée, centrée sur le saut à la corde. Par exemple, elle avait collé des cordes au sol avec du ruban adhésif pour que les élèves puissent marcher ou sauter par-dessus. Elle avait aussi attaché les extrémités de cordes à des bancs pour les jeunes qui ne pouvaient pas faire tourner la corde à deux. Toutefois, il était encore difficile pour certains élèves de participer.

<p>Mia et d’autres enfants s’amusant dans un château gonflable à l’activité Un bond pour Sautons en cœur.</p>

Mia et d’autres enfants s’amusant dans un château gonflable à l’activité Un bond pour Sautons en cœur.

Pour les enfants, le plus important est de sentir qu’ils comptent.

Rose Monacelli Enseignante en éducation physique

« Ils disaient que ça ne fonctionnait pas pour eux. Nous avons alors décidé que notre école devait faire quelque chose d’un peu différent », explique Rose.

C’est ainsi qu’est né Get Moving for Heart (bouger pour la santé du cœur), un événement adapté avec des activités comme la danse, le baseball, le basketball en fauteuil roulant, les jeux gonflables et même les quilles!  

Cette activité se concentre moins sur le saut à la corde que sur l’activité physique et sur des façons de bouger pour avoir un cœur et un cerveau en santé. Différentes activités permettent à tous les élèves de participer, quels que soient leur niveau d’aptitude, leurs intérêts ou leurs capacités. Les élèves les plus âgés animent certaines activités et aident les plus jeunes.

<p>Vlad jouant au baseball à Un bond pour Sautons en cœur.</p>

Vlad jouant au baseball à Un bond pour Sautons en cœur.

« En rentrant à la maison, des enfants ont dit à leurs parents : “Ouah, j’ai joué au baseball et j’ai aidé quelqu’un” », déclare Rose. Elle souligne d’ailleurs que l’appartenance signifie bien plus que l’inclusion. « L’inclusion implique que les élèves peuvent tous se trouver dans le même espace physique, mais ils n’ont pas nécessairement les mêmes possibilités de participer. »

Les élèves découvrent de nouvelles façons amusantes de bouger leur corps. À titre d’exemple, la mère de la jeune fille qui aimait tant danser a réussi à trouver un programme communautaire similaire à l’extérieur de l’école.

Au-delà de l’inclusion, l’appartenance

Rose croit qu’avoir un cœur en santé n’est pas uniquement lié à l’aspect physique, mais également à des facteurs sociaux et émotionnels. Lorsque ses élèves ont la possibilité de contribuer et de participer, ils se sentent valorisés et ont l’impression de faire partie d’une communauté.

« Pour les enfants, le plus important est de sentir qu’ils comptent », souligne Rose.

L’équipe de Sautons en cœur a été tellement impressionnée par les innovations de Rose qu’elle a ajouté des recommandations dans la programmation régulière pour que tous les enseignants puissent utiliser ces apprentissages.

« Nous essayons d’étendre l’activité de Rose à d’autres écoles qui accueillent de nombreux enfants utilisant différents types d’appareils de mobilité », explique Cassie Jackson, coordonnatrice de la collecte de fonds communautaire à Cœur + AVC. « C’est un excellent exemple des intentions du programme Sautons. Sauter est divertissant, et c’est génial, mais le plus important est de bouger. »

Rose souligne que l’activité ne serait pas possible sans le dévouement et le soutien du personnel, des bénévoles, des parents et des élèves de l’école entière.

Des nouvelles sur mesure Je vous remercie! Vous êtes abonné.

Abonnez-vous aux nouvelles personnalisées de Cœur + AVC pour ne rien manquer : conseils sur la santé du cœur, progrès en recherche, actualités, activités à appuyer, et plus!
Votre première newsletter devrait arriver dans les 7 à 10 prochains jours.
Il semble que notre système ait eu un problème. Veuillez réessayer.
Veuillez saisir une adresse électronique valide.
Veuillez cocher la case reCaptcha.