skip-to-main-content

Une fillette détecte l’AVC de sa grand-mère

Wendy Grohs n’arrivant pas à distribuer un jeu de cartes, sa petite-fille a reconnu les signes de l’AVC.

Emily Coyle (à gauche) en compagnie de sa grand-mère, Wendy Grohs, et de sa sœur, Charlotte.

« Qu’est-ce qui ne va pas, grand-maman? » a demandé Emily Coyle à sa grand-mère alors qu’elles installaient le jeu Horse Race sur la table de la cuisine. Wendy Grohs, âgée de 60 ans, n’arrivait pas à distribuer les cartes correctement. Elle les donnait un peu n’importe comment, certaines atterrissant face vers le haut.

C’était un samedi soir, début janvier 2020. Les parents d’Emily, Marie et Tyler, étaient sortis pour fêter l’anniversaire de cette dernière. Emily, neuf ans, et sa sœur de deux ans, Charlotte, se trouvaient alors chez leurs grands-parents, Wendy et Glen, à l’occasion de l’une de leurs nombreuses soirées pyjama. Les deux familles résident à quelques minutes l’une de l’autre, dans la ville de Prince George, en Colombie-Britannique.

« Je vais bien, Emily, ne t’inquiète pas », a répondu Wendy. Mais les mots sont sortis d’une drôle de façon. Ils étaient déformés.

Emily a remarqué les difficultés d’élocution de sa grand-mère adorée, puis a cru pendant un instant que celle-ci faisait une grimace. Soudain, un bras de Wendy est retombé sur le côté.

Les signes VITE de l’AVC

Un déclic s’est fait dans l’esprit d’Emily. Une semaine plus tôt, l’élève de quatrième année avait participé à l’activité Sautons en cœur qui s’était déroulée à son école primaire. Pour l’occasion, son professeur d’éducation physique avait sensibilisé les jeunes aux signes de l’AVC et leur avait présenté l’acronyme VITE pour leur permettre de mieux les retenir : V pour « visage » – est-il affaissé? I pour « incapacité » – pouvez-vous lever les deux bras normalement? T pour « trouble de la parole » – trouble de prononciation? E pour « extrême urgence » – composez le 9-1-1 ou votre numéro local en cas d’urgence.

Réalisant que sa grand-mère présentait les signes de l’AVC, Emily s’est précipitée au salon, où Glen veillait sur Charlotte. « Grand-papa! Grand-maman fait un AVC. »

Portrait d’Emily Coyle

On doit être vigilants parce qu’un AVC peut arriver à n’importe qui, n’importe quand.

Emily Coyle

 

Malgré sa peur, Emily est restée calme et est retournée à la cuisine. Elle a dit à sa grand-mère : « Fais-moi un grand sourire! », mais Wendy ne pouvait bouger que le côté gauche de sa bouche. Emily lui a ensuite demandé de lever les deux bras et de dire « L’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt ». Sa grand-mère ne pouvait faire ni l’un ni l’autre.

À ce moment-là, Glen, âgé de 62 ans, tentait de retenir sa femme qui glissait de sa chaise. « Compose le 9-1-1 », a-t-il lancé à Emily.

Composer le 9-1-1

La fillette a décroché le combiné le plus près, a composé le numéro, puis a tendu le récepteur à son grand-père. Le cordon était à peine assez long pour atteindre la cuisine, alors ils devaient constamment le rebrancher au combiné en se passant le téléphone entre eux afin de conserver la ligne.

Le téléphoniste a demandé si Wendy pouvait lever les bras, sourire, et parler clairement. Emily connaissait déjà les réponses à ces questions.

Les ambulanciers sont arrivés peu après, sensiblement au même moment que les parents et l’oncle d’Emily.

« Je vais bien. Vous faites peur aux enfants », tentait de répéter Wendy d’une prononciation mal assurée. Sans surprise, à la vue des sangles et de tout l’équipement, Emily, bouleversée, s’est lancée dans les bras de ses parents et s’est mise à pleurer.

Marie a ramené les enfants à la maison tandis que Tyler, son frère et Glen ont accompagné Wendy à l’hôpital. Les médecins ont déterminé que celle-ci avait subi un accident ischémique transitoire (AIT), aussi appelé « mini-AVC », lequel est causé par un petit caillot sanguin ou de la plaque dans les artères. Bien que l’AIT puisse se résorber rapidement, il peut aussi être le précurseur d’un AVC plus sérieux.

Une chirurgie retardée par la pandémie

Wendy s’est rétablie à l’hôpital sans traitement et a été renvoyée chez elle après quelques jours. Malgré de nombreux tests, les médecins ne peuvent se prononcer avec certitude sur la cause de l’AIT, mais ont néanmoins découvert un petit anévrisme dans son cerveau, lequel pourrait y avoir contribué.

Wendy devait être opérée pour faire réparer le défaut, mais l’intervention a dû être reportée en raison de la pandémie de COVID-19, l’hôpital ayant mis un coup d’arrêt aux chirurgies non urgentes en mars. Début juin, elle avait bon espoir de se retrouver sur la table d’opération bientôt.

À la suite de l’incident, le professeur d’éducation physique d’Emily a raconté à toute l’école qu’une élève avait sauvé la vie de sa grand-mère après avoir détecté les signes de l’AVC. Il a annoncé au groupe de quatrième année qu’il s’agissait d’Emily, et l’a récompensée avec un sac de bonbons Starburst.

Bien qu’Emily n’ait aucun projet d’avenir dans le domaine de la santé — elle aspire plutôt à une carrière qui lui permette de chanter et de danser —, elle fait une excellente porte-parole en matière de sensibilisation aux signes de l’AVC.

« Le type d’AVC importe peu; la situation est bien réelle. On doit être vigilants parce qu’un AVC peut arriver à n’importe qui, n’importe quand », explique-t-elle.

Communautés de soutien

Obtenir plus de renseignements sur

La vie. Ne passez pas à côté.