skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Communiqué de presse : Le Congrès mondial de l’AVC se penche sur les répercussions de la maladie dans les pays à revenu faible ou intermédiaire


Quoi : Le 11e Congrès mondial de l’AVC, qui rassemblera des experts internationaux de renom dans le domaine de l’AVC. Dans le cadre de ce programme scientifique et formateur sans pareil, l’épidémiologie, la prévention, les soins actifs, la réadaptation et le rétablissement de l’AVC seront abordés dans plus de 100 séances et affiches numériques. Près de 2 500 chercheurs, décideurs politiques, survivants et aidants naturels participeront au congrès. #WorldStroke2018

: Palais des Congrès, Montréal, Canada

Quand : Du 17 au 20 octobre 2018

Possibilités pour les medias : Des experts et des personnes ayant une expérience vécue de l’AVC seront disponibles pour des entrevues.

Faits saillants a l’ordre du jour aujourd’hui

Actualités des essais cliniques :

  • Essai BEST (Basilar artery occlusion Endovascular intervention versus Standard medical Treatment) : Premiers résultats d’un essai contrôlé randomisé comparant l’intervention endovasculaire pour l’occlusion de l’artère basilaire aux traitements standards. L’essai BEST, un essai multicentrique financé par le gouvernement chinois, est présenté par le Dr Raul Nogueira, de l’Université Emory (États-Unis), et le Dr Xinfeng Liu, de l’Université de Nanjing (Chine). L’étude a conclu que les patients traités par intervention endovasculaire ont obtenu de bien meilleurs résultats (11 h 10, salle B).
  • Essai contrôlé randomisé sur l’innocuité et l’efficacité du dabigatran etexilate par rapport à la warfarine à dose ajustée chez des patients atteints de thrombose veineuse cérébrale (RE-SPECT CVT) (11 h 30, salle B). 
  • EXtending the time for Thrombolysis in Emergency Neurological Deficits – EXTEND (prolonger le délai avant la thrombolyse dans les cas d’urgence de déficit neurologique) (11 h 50, salle B).
  • Stimulation des ganglions phénopalatins pour augmenter la perfusion collatérale primaire dans l’AVC ischémique aigu : Principaux résultats de l’étude clé IMPACT-24B (12 h 10, salle B).

 

Enjeu brûlant : Les pays moins riches ont du mal à répondre aux besoins plus importants avec de maigres ressources

Pourquoi les pays à revenu faible ou intermédiaire sont-ils si durement touchés par l’AVC et que peut-on faire pour y remédier? Cette question vitale sera discutée aujourd’hui au Congrès mondial de l’AVC, à Montréal, avec la présentation d’un plan d’action par le Dr Mayowa Owolabi, du Nigéria, qui dirige la commission de la revue Lancet Neurology sur l’AVC dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. 

« Les pays à revenu faible ou intermédiaire supportent plus de 80 % du fardeau global de l’AVC, mais disposent de moins de 20 % des ressources mondiales pour le combattre », a déclaré le Dr Owolabi.

Le vieillissement de la population et l’augmentation des facteurs de risque comme l’hypertension artérielle, l’obésité et le diabète entraînent à la hausse les taux d’AVC. Les AVC surviennent en moyenne 15 ans plus tôt dans les pays à revenu faible ou intermédiaire que dans les pays à revenu élevé.

Le Dr Owolabi se fait le champion d’un plan d’action de prévention et de traitement visant à réduire d’un tiers la mortalité prématurée due aux AVC d’ici 2030 et à améliorer fondamentalement et substantiellement les services d’AVC dans le monde, particulièrement dans les pays à revenu faible ou intermédiaire.

Enjeu brûlant : Enclencher une dynamique propice à une réduction des écarts entre les sexes dans les soins d’AVC

Comme les femmes portent un fardeau plus lourd que les hommes, les experts de l’AVC examineront les taux d’incidence et de mortalité, l’impact des facteurs de risque traditionnels sur les femmes par rapport aux hommes, la qualité des soins que les femmes reçoivent comparativement aux hommes, et les efforts internationaux en Europe et en Amérique du Nord pour relever ces défis.

« Il ne fait aucun doute qu’il est urgent de collaborer à l’échelle mondiale pour mieux comprendre les différences entre les sexes et les genres en ce qui concerne l’incidence, la présentation, la prévention et les traitements de l’AVC, a déclaré la Dre Aleksandra Pikula, neurologue spécialisée en AVC chez les jeunes adultes et les femmes au University Health Network, à Toronto. Seules des collaborations fructueuses peuvent améliorer les soins et le rétablissement, en particulier pour les femmes, dont la qualité de vie et les résultats fonctionnels se révèlent moins bons que ceux des hommes après un AVC. »

11e Congrès mondial de l’AVC

Le 11e Congrès mondial de l AVC, qui se tiendra du 17 au 20 octobre 2018 au Palais des Congrès de Montréal, au Québec, réunit des experts internationaux de premier plan du domaine de l’AVC dans un programme scientifique sans pareil couvrant l’épidémiologie, la prévention et le rétablissement en soins actifs dans des centaines de séances et présentations par affiches. Des professionnels de l’AVC, des chercheurs, des décideurs et des personnes ayant une expérience vécue de l’AVC venus du monde entier assistent au congrès. C’est la première fois en 12 ans que le congrès biennal se tient en Amérique du Nord; celui de 2016 s’est tenu à Hyderabad, en Inde. Le congrès de cette année est organisé conjointement par l’Organisation mondiale de l’AVC et le Consortium Neurovasculaire Canadien. Les coprésidents sont le Dr Werner Hacke, président de l’Organisation mondiale de l’AVC, et le Dr Mike Sharma, président du Consortium Neurovasculaire Canadien. WorldStrokeCongress.org/2018 

À propos de l’AVC

Un AVC survient lorsqu’il y a un saignement dans le cerveau ou une interruption de la circulation sanguine dans une partie du cerveau. Les cellules cérébrales avoisinantes subissent alors des lésions irréversibles. Les cellules mortes ne seront jamais remplacées; pendant un AVC, 1,9 million de cellules cérébrales meurent chaque minute. Un AVC peut survenir à n’importe quel âge. Il touche tout le monde : les survivants, les familles, les aidants naturels, les milieux de travail et les communautés.  

Les effets de l’AVC dépendent de la partie du cerveau qui est atteinte et de l’étendue des dommages. L’AVC ischémique est la forme la plus fréquente (environ 85 % de tous les AVC). Il est causé par un caillot sanguin. L’accident ischémique transitoire (AIT), parfois appelé « mini-AVC », est la forme la plus bénigne de l’AVC ischémique. Un AIT est un AVC ischémique causé par un petit caillot qui bouche brièvement une artère et arrête le flux sanguin irriguant une partie du cerveau pendant un court laps du temps. L’AIT est un avertissement quant au risque imminent d’un AVC plus grave. Quant à l’AVC hémorragique (environ 15 % de tous les AVC), il survient en cas de rupture d’un vaisseau sanguin, produisant un saignement dans le cerveau ou dans une région connexe. 

Le rétablissement commence dès la survenue de l’AVC. Plus les signes sont reconnus rapidement, et plus le patient reçoit rapidement un diagnostic et un traitement, plus il a de bonnes chances de se rétablir, et moins il risque de subir une récidive. Les coûts des soins de santé sont également inférieurs. Les premières heures après un AVC ont une importance cruciale et ont un impact sur le cheminement du rétablissement pendant des années.

 L’impact de l’AVC à l’échelle mondiale 
  • Il y a plus de 80 millions de personnes qui vivent avec les séquelles de l’AVC.  
  • L’AVC est la deuxième cause de mortalité et d’incapacité. 
  • On compte 13,7 millions d’AVC chaque année. 
  • Chaque année, 5 millions de personnes meurent de l’AVC.
  • Toutes les 6 secondes, une personne meurt de l’AVC.
  • Un survivant sur quatre subira une récidive.
Organisation mondiale de l’AVC

L’Organisation mondiale de l’AVC est la seule organisation mondiale qui a un objectif unique de lutter contre l’AVC. Sa mission est de réduire le fardeau mondial de l’AVC par l’entremise de la prévention, du traitement et de soins de longue durée. Elle est le porte-parole des professionnels du domaine de l’AVC, des survivants et des aidants en ce qui concerne les politiques mondiales et régionales. L’organisation est un partenaire chargé de mise en œuvre et a un statut consultatif approuvé à l’ONU. world-stroke.org

Consortium Neurovasculaire Canadien

Le Consortium Neurovasculaire Canadien (CNC) est l’organisme professionnel de neurologues et d’autres médecins intéressés par l’AVC. Nos membres s’engagent à réduire le fardeau de l’AVC en intégrant les résultats des recherches cliniques dans les soins offerts aux patients. Les quatre piliers des activités du CNC consistent à augmenter la capacité des travaux de recherche de haute qualité, à approfondir les moyens des services de l’AVC, à appliquer les programmes de transfert des connaissances et à être un leader de la défense de politiques et de systèmes de santé. strokeconsortium.ca

Cœur + AVC

 La vie. Ne passez pas à côté. C’est pour cette raison que Cœur + AVC mène la lutte contre les maladies du cœur et de l’AVC. Nous devons propulser les prochaines découvertes médicales afin que les gens au pays ne passent pas à côté de moments précieux. Ensemble, nous prévenons les maladies, préservons la vie et favorisons le rétablissement grâce à la recherche, la promotion de la santé et des politiques publiques. 

Pour de plus amples renseignements et pour obtenir une entrevue, veuillez communiquer avec

Yianna Daklaras, Hill + Knowlton Stratégies

Yianna.Daklaras@hkstrategies.ca