skip-to-main-content

Communiqué de presse : Une étude montre qu’un accès à d’excellents soins de santé, lié à une plus grande population vivant plus longtemps avec des maladies chroniques, entraîne plus de décès par COVID-19

Une recherche menée par Cœur + AVC confirme également que des milliers d’interventions cardiovasculaires ont été reportées pendant la pandémie

Ottawa — Une nouvelle recherche menée par Cœur + AVC et publiée dans le Journal canadien de cardiologie Libre Accès démontreque dans des pays comme le Canada, où les soins de santé sont accessibles et qui présentent une proportion élevée de personnes vivant avec un trouble cardiaque ou ayant subi un AVC, le taux de décès liés à la COVID-19 est plus grand que dans les pays offrant moins de services de santé. L’étude révèle également que la pandémie affecte durement les soins de santé essentiels offerts aux personnes vivant avec une maladie cardiovasculaire. En fait, chaque mois, en Ontario seulement, plus de 1 200 interventions médicales sont reportées en raison de la pandémie.
 
« Il est surprenant de voir que le taux de décès liés à la COVID-19 [pour cette tranche de la population] est plus élevé dans des pays comme le Canada. C’est en partie parce qu’un plus grand nombre de personnes vivant dans des pays offrant davantage de services de santé essentiels survivent à des troubles cardiaques et à l’AVC », explique la Cindy Yip, directrice, Information, gestion du savoir et programme sur les maladies du cœur, à Cœur + AVC, et chercheuse principale de cette étude. « Cela signifie qu’un plus grand nombre de personnes vivent avec ces maladies plus longtemps et qu’elles risquent donc davantage de mourir de la COVID-19. »
 
En fait, pour chaque augmentation de 1 % dans la tranche de la population vivant avec un trouble cardiaque ou ayant subi un AVC dans un pays, le taux de décès liés à la COVID-19 était plus élevé de 19 %. En outre, le vieillissement accentue le risque de mourir de la COVID-19 : pour chaque augmentation de 1 % dans la tranche de la population âgée de 65 ans et plus d’un pays, le taux de décès liés à cette maladie était plus élevé de 9 %.
 
Par mois, on estime que 297 pontages aortocoronariens, 703 interventions coronariennes percutanées (ICP ou angioplasties avec pose de tuteur) et 252 chirurgies valvulaires, soit un total de 1 252 interventions, sont reportés en Ontario en raison de la COVID-19.
 
« Le nombre d’interventions pour les personnes vivant avec un trouble cardiaque ou ayant subi un AVC, qui ont été reportées pendant la pandémie est important », déclare la Dre Sharon Mulvagh, cardiologue, professeure à l’Université Dalhousie et coauteure de l’étude. « Ces retards auront des répercussions sur la santé des personnes aux prises avec ces maladies. Maintenant que la première vague de la pandémie se calme et que nous rouvrons progressivement les services, nous constatons que les retards accumulés entraînent des défis réels, alors que le système de santé commence à fonctionner au maximum de sa capacité. Toutefois, la bonne nouvelle est que nous apprenons beaucoup de choses pour ajuster la prestation des services en cas de vagues ultérieures. » 
 
L’étude a également révélé que les taux de décès liés au virus sont plus faibles dans les pays où plus de tests de dépistage sont effectués. Pour chaque augmentation de 1 % du nombre de tests effectués, le nombre de décès causés par la COVID-19 diminue de 4 %. Cette diminution pourrait être attribuable à la détermination d’un plus grand nombre de cas de COVID-19 et à une meilleure connaissance des cas actifs.
 
« Plus on fait de tests, plus on sauve de vies », affirme Patrice Lindsay, directrice du changement à l’échelle des systèmes et du programme sur l’AVC à Cœur + AVC, et coauteure de l’étude. « Des taux de dépistage plus élevés augmentent la probabilité de diagnostiquer des cas moins graves, ce qui nous permet de détecter la maladie plus tôt et d’ainsi potentiellement réduire la gravité des symptômes et la propagation de la maladie. » 
 
Bien que de nombreuses interventions médicales aient été reportées en raison de la COVID-19, toute personne vivant avec un trouble cardiaque ou ayant subi un AVC qui constate un changement ou une détérioration de son état de santé devrait consulter, même en temps de pandémie. Ne pas recevoir rapidement de traitement pour des maladies chroniques peut entraîner une aggravation de l’état de santé, voire des conséquences plus dramatiques, et avoir des répercussions encore plus importantes sur le système de santé. 
 

Pour obtenir de plus amples renseignements au sujet de la maladie à coronavirus, des maladies du cœur et de l’AVC, visitez le site coeuretavc.ca.

Coordonnées

Maryse Bégin
Gestionnaire régionale, Communications, Québec
Fondation des maladies du cœur et de l’AVC
514 871-8038, poste 20232
maryse.begin@coeuretavc.ca

À propos de Cœur + AVC

La vie. Ne passez pas à côté. C’est pour cette raison que Cœur + AVC mène la lutte contre les maladies du cœur et l’AVC. Nous devons propulser les prochaines découvertes médicales afin que les gens au pays ne passent pas à côté de moments précieux. Ensemble, nous promouvons la santé, préservons la vie et favorisons le rétablissement grâce à la recherche, à la prévention et à des politiques publiques.

 

La vie. Ne passez pas à côté.