skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Réanimer un cœur

De grands changements sont nécessaires pour empêcher l’arrêt cardiaque de faucher
CPR

L’arrêt cardiaque peut frapper n’importe qui à n’importe quel âge, n’importe quand, n’importe où. Il survient lorsque le cœur cesse de battre. Au Canada, on compte 35 000 arrêts cardiaques chaque année, et moins de 10 % des personnes y survivent quand ils surviennent ailleurs qu’à l’hôpital.

Avec l’utilisation d’un défibrillateur externe automatisé (DEA) et la pratique de la RCR, les chances de survie doublent. Les DEA sont des appareils portatifs faciles à utiliser qui administrent un choc uniquement si nécessaire.

Beaucoup trop de gens meurent d’un arrêt cardiaque. Depuis 2010, Cœur + AVC, avec l’aide de partenaires de financement, a installé plus de 15 000 DEA dans des communautés partout au pays. Nous avons également formé des centaines de milliers de personnes à la RCR et à l’utilisation du DEA. 

Cependant, comme cet investissement important n’est pas encore pleinement réalisé, il reste encore beaucoup de vies à sauver. Nous devons miser sur de plus grands changements pour avoir un impact plus solide et créer une transformation durable afin de sauver plus de vies.

Réanimer un cœur 

En raison de sa nature soudaine et inattendue, l’arrêt cardiaque nécessite la mise en place d’un système d’intervention d’urgence qui permet l’intervention rapide des secouristes non professionnels. En matière d’arrêt cardiaque, chaque seconde compte.

Transformer les systèmes en place afin de rendre les DEA disponibles, accessibles et prêts à être utilisés aura un impact plus important et plus durable. À l’heure actuelle, les éléments suivants posent problème aux gens qui voudraient aider à sauver des vies. Les DEA sont : 

  • Non accessibles : ils ne se trouvent pas toujours là où le secouriste non professionnel s’y attendrait (c.-à-d. dans des lieux publics), ou alors, ils sont inaccessibles au public (c.-à-d. sous clé).
  • Non entretenus ou non inspectés : ils ne sont pas entretenus ou inspectés de façon uniforme, de sorte que bon nombre de ces appareils pourraient ne pas être fonctionnels au moment de les utiliser.
  • Non répertoriés : il arrive fréquemment que les DEA ne soient pas enregistrés ou qu’il n’existe tout simplement pas de répertoires, si bien qu’on ne connaît pas l’emplacement des appareils. 
  • Non reliés : les registres ne sont pas intégrés aux systèmes d’intervention du 9-1-1. Leur intégration permettrait aux répartiteurs de diriger les secouristes non professionnels vers le DEA le plus proche.
  • Ambigus : l’information au sujet de la responsabilité civile, qui protège les particuliers, les propriétaires de DEA ou les emplacements, doit être communiquée et clarifiée. 
  • Non utilisés ou méconnus : les DEA ne sont pas utilisés, car les gens ne savent pas comment s’en servir ou sont mal informés à ce sujet.
  • Mal compris du grand public : trop de gens sont incapables de reconnaître un arrêt cardiaque. Certaines refusent d’aider la personne en détresse parce qu’ils ne connaissent pas la marche à suivre, ou encore, ils n’osent pas intervenir, car ils n’ont pas la formation, ils craignent les poursuites judiciaires ou ils ont peur de blesser la personne.
35 000 

C’est le nombre estimé d’arrêts cardiaques se produisant chaque année au Canada

9 sur 10

C’est le nombre de personnes qui meurent d’un arrêt cardiaque survenu ailleurs qu’à l’hôpital. Les chances de survie chutent considérablement chaque minute qui passe sans RCR ni DEA.

2 x

Les chances de survie doublent

Dans quelle mesure les changements apportés aux systèmes sauveront-ils des vies?

Réformer les systèmes sous-jacents en collaboration avec les gouvernements pour éliminer les obstacles est le meilleur moyen de garantir des changements durables, à grande échelle, qui auront de réelles retombées positives. 

Nous collaborons avec des décideurs de tous les ordres de gouvernement afin d’aider à mettre en place des systèmes d’intervention d’urgence en matière de soins cardiaques préhospitaliers et d’encourager l’adoption de cadres législatifs et réglementaires favorables. Nous travaillons également d’arrache-pied pour améliorer la sensibilisation et l’intervention des secouristes non professionnels.

Changer efficacement les systèmes demande une approche coordonnée et collaborative qui implique de multiples partenaires, dont des experts influents, des spécialistes en réanimation et des gens qui veulent aider. En travaillant ensemble, nous pouvons :

Reconnaître

Enseigner à la population à reconnaître un arrêt cardiaque

Intervenir

Montrer à la population comment intervenir rapidement, et rendre les DEA accessibles en écartant la crainte de responsabilité 

Répertorier

Améliorer l’efficacité des systèmes par un meilleur encadrement et un meilleur contrôle

Nos objectifs
  • Augmenter le taux de survie de 50 %
  • Doubler le taux d’intervention en RCR par des secouristes non professionnels
  • Doubler le taux d’utilisation des DEA
Que demandons-nous aux gouvernements?

Il est nécessaire de mettre en place une réglementation et des politiques gouvernementales visant à obliger la présence de DEA dans des lieux publics stratégiques ainsi que l’enregistrement et l’entretien des appareils. Les règlements et les politiques intégrés ont une incidence directe sur la capacité des secouristes non professionnels à réagir rapidement et efficacement aux urgences cardiaques en utilisant le DEA avec la RCR.

Les gouvernements peuvent :

  • élaborer et mettre en œuvre des registres centraux;
  • adopter des lois, des politiques ou des lignes directrices pour protéger et renforcer l’accès du public aux DEA;
  • accroître la sensibilisation et l’éducation du public avec l’aide de Cœur + AVC;
  • encourager l’amélioration de la qualité des systèmes d’intervention d’urgence en matière de soins cardiaques.
 
La vie. Ne passez pas à côté.