skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Cheryl cherche des réponses

Ses AVC n’ont été que le début. Elle devait savoir ce qui s’était passé, et pourquoi.
Cheryl Mackenzie

À 37 ans, Cheryl MacKenzie avait déjà subi deux AVC mineurs. Lors du premier, elle a temporairement perdu l’usage du côté droit de son corps. Les médecins ont attribué cela à une migraine. 

Après le second, Cheryl a quitté l’hôpital avec une légère perte de mémoire et une faiblesse du côté gauche, sans comprendre exactement ce qui s’était passé ni pourquoi. Par la suite, un neurologue – recommandé par son médecin de famille – a confirmé qu’elle avait subi un AVC mineur. 

Onze ans plus tard, Cheryl s’est réveillée avec une douleur à l’épaule; elle avait de la difficulté à enfiler sa veste, mais est tout de même allée travailler. Son état s’est empiré le lendemain, et en soirée, elle s’est effondrée sur le plancher de la salle de bain de la maison qu’elle partageait avec ses parents. Son père a appelé le 9-1-1.

Elle venait de faire une crise cardiaque. Les médecins lui ont posé deux endoprothèses pour dilater les vaisseaux sanguins bloqués et lui ont dit qu’elle serait morte si elle avait été seule. 

Lésions cardiaques

La crise cardiaque a endommagé 30 % du cœur de Cheryl. Elle s’est trouvée aux prises avec une fibrillation auriculaire et un type d’arythmie (rythme cardiaque irrégulier) qui augmente le risque d’AVC. De plus, elle a récemment reçu un diagnostic d’apnée du sommeil. Aujourd’hui, à 54 ans, elle prend 10 pilules par jour pour contrôler ses troubles de santé. 

En rétrospective, Cheryl constate qu’au début de son cheminement, elle se sentait perdue dans le système, ne sachant pas ce qui lui était arrivé ni vers qui se tourner.

« Les  femmes doivent être fortes. Si vous n’êtes pas prise au sérieux, vous devez retourner. »

Cheryl MacKenzie

Elle est reconnaissante que son médecin de famille, maintenant à la retraite, soit intervenu après son deuxième AVC. Il l’a aidée à comprendre les complexités du système de santé, l’a recommandée à un neurologue, à un cardiologue et à d’autres spécialistes, et a effectué un suivi pour s’assurer que ses risques étaient bien gérés.

Défenseures de leur santé

« Sans lui, je ne pense pas que j’aurais pu obtenir les rendez-vous et les soins dont j’avais besoin, affirme Cheryl. J’ai l’impression qu’on s’occupe bien de moi maintenant. Mon nouveau cardiologue surveille de près mes autres symptômes. »

Cheryl veut aider d’autres femmes à défendre leur propre santé. « Elles doivent être fortes. Si vous n’êtes pas prise au sérieux, vous devez retourner à l’hôpital ou consulter votre médecin de nouveau. Si vous avez des antécédents familiaux, faites-vous examiner et si vous vivez un épisode, participez à un programme de réadaptation. »

Apprenez-en davantage sur les facteurs de risque et les symptômes chez les femmes

La vie. Ne passez pas à côté.