skip-to-main-content

Tabagisme


Le tabagisme, c’est-à-dire l’usage du tabac, constitue le principal facteur de risque d’incapacité et de mort prématurée au pays. Vivre sans fumée apporte d’énormes bienfaits pour la santé, pour vous et pour tous ceux qui vous entourent. Lorsque nous parlons de fumer, nous parlons de tabagisme*. Il existe plusieurs formes de tabac qui sont nocives pour la santé.

Le tabac, cause de maladies du cœur et d’AVC

L’usage du tabac augmente le risque de maladie du cœur et d’AVC. Le tabagisme contribue à l’accumulation de plaques dans les artères, fait augmenter le risque de caillots sanguins, réduit l’apport en oxygène dans le sang, ce qui fait inutilement travailler le cœur. De fait, les fumeurs sont 2 fois plus susceptibles de subir une crise cardiaque ou un AVC, et même d’en mourir. Les personnes qui fument 25 cigarettes ou plus par jour sont 3 fois plus susceptibles de subir une crise cardiaque ou un AVC et presque que 5 fois plus susceptibles de mourir d’une maladie du cœur ou d’AVC.

La fumée secondaire

La fumée secondaire (la fumée respirée par une personne à proximité d’un fumeur) est nocive pour votre santé et celle des personnes qui vous entourent, surtout celle des enfants :

  • Fumer pendant la grossesse risque de nuire à la santé du bébé. Le tabagisme augmente le risque de fausse couche et de complications à la naissance.
  • Les enfants, surtout les bébés, qui vivent avec des fumeurs ont plus de rhumes, d’infections respiratoires, d’otites et de pneumonies.
  • Les enfants atteints d’asthme ou d’allergies ont plus de problèmes de santé lorsqu’ils vivent avec des fumeurs.
Vivre sans fumée

La plupart des fumeurs ont de la difficulté à cesser de fumer. Il s’agit souvent d’une dépendance à la fois physique et psychologique :

  • Plusieurs fumeurs ont recours au tabac afin de gérer leurs émotions désagréables, comme le stress, la dépression, la solitude et l’angoisse. 
  • Certains fumeurs pensent que l’usage du tabac favorise la concentration ou contrôle l’appétit.
  • De nombreux fumeurs le sont parce que des membres de leur famille, des amis ou des collègues fument aussi.
  • Souvent, les jeunes fument à cause de la pression de leur entourage, pour faire comme les autres. L’industrie du tabac fait tout pour les convaincre que fumer est prestigieux, raffiné et excitant. 
Les bienfaits d’écraser

Cesser de fumer réduit immédiatement le risque de maladies du cœur et d’AVC. Le corps commence à récupérer dès que vous cessez de fumer. 

24 heures

En 24 heures, le risque de crise cardiaque commence à baisser.

En 5 ans, le risque d’AVC est presque le même que celui d’un non-fumeur; en 10 ans le risque de mourir d’un cancer du poumon est réduit de moitié; et en 15 ans, le risque de maladie du cœur est le même que celui d’une personne n’ayant jamais fumé.

Autres bienfaits :
  • Vous dépensez moins d’argent pour la cigarette.
  • Vos primes d’assurance vie et d’assurance habitation pourraient baisser.
  • Le tabagisme n’a plus d’emprise sur votre vie.
  • Vous n’avez plus à chercher un endroit où fumer.
  • Vous serez fier d’avoir été accompli quelque chose de difficile
  • Votre odorat et votre goût se rétabliront peu à peu
Prêt à cesser de fumer?

Pour réussir, vous devez vous attaquer tant aux besoins physiques liés à la dépendance qu’aux habitudes psychologiques qui s’y rattachent. C’est un défi, mais vous êtes capable de le relever.

Demandez de l’aide : 

  • Dites aux membres de votre famille, à vos amis et à vos collègues que vous voulez cesser de fumer. Parlez-leur de votre plan d’abandon du tabac et dites-leur comment ils peuvent vous aider.
  • Parlez à votre fournisseur de soins de santé. Il existe plusieurs produits de désaccoutumance au tabac qui peuvent soulager les symptômes de sevrage et augmenter les chances de réussite.

Fixez-vous une date pour arrêter :

  • Écrivez-la quelque part et dites à un proche que vous avez décidé d’écraser.

Ayez un plan pour surmonter les difficultés auxquelles vous devrez faire face : 

  • Apprenez à comprendre vos éléments déclencheurs (en anglais uniquement) et soyez prêt à les gérer ou à les éviter.
  • Myquit.ca/fr et smokefree.gov (en anglais uniquement) offrent des plans d’abandon du tabagisme personnalisés qui aident à gérer les aspects émotionnels et physiques de la cessation du tabagisme. 

Faites de votre maison et de votre voiture des environnements sans fumée : 

  • Plus vous rendez les produits du tabac difficiles d’accès pour vous et pour les autres, moins vous en consommerez.
  • Lavez vos vêtements et nettoyez tous les objets qui ont une odeur de fumée (voiture, rideaux, meubles, etc.) 
Gérer les symptômes de sevrage 

La nicotine est l’un des produits chimiques qui créent une dépendance que l’on retrouve dans le tabac. Les symptômes physiques du sevrage se manifestent rapidement, habituellement au cours des 30 à 60 minutes suivant la dernière cigarette. Ils atteignent sont au plus fort deux à trois jours plus tard, et durent de quelques jours à plusieurs semaines. Les symptômes varient d’une personne à l’autre.

Les thérapies de remplacement de la nicotine (TRN) (en anglais seulement) et autres traitements médicaux vous aideront dans certains cas à gérer la dépendance physique. Le National Cancer Institute offre des ressources pour gérer vos symptômes et votre envie de fumer (en anglais seulement).

Le matériel d’autogestion et les consultations individuelles, en groupe ou par téléphone (téléassistance de l’abandon du tabac), peuvent aussi vous aider à arrêter. Votre médecin peut aussi vous aider à trouver les programmes d’aide à la désaccoutumance qui s’offrent à vous. De plus, vous trouverez des liens vers d’autres ressources d’abandon au bas de la page.

La cigarette électronique et la cessation

En mai 2018, Santé Canada a autorisé la vente de produits de vapotage avec nicotine, faisant de la cigarette électronique une option moins nocive pour les fumeurs. La cigarette électronique, aussi connue sous le nom de vapoteuse, est un appareil alimenté par une pile qui transforme par la chaleur un liquide en vapeur. L’utilisateur peut alors inhaler celle-ci, ou vapoter, comme s’il fumait une cigarette ordinaire. Le liquide est composé de nicotine, de propylène glycol, de glycérine végétale, d’eau et d’aromatisants.
 
De nouvelles données probantes révèlent les effets toxiques de la vapeur de la cigarette électronique sur les cellules qui tapissent la bouche, le nez, les poumons et les vaisseaux sanguins. Le vapotage est lié à des lésions respiratoires et à une augmentation de la pression artérielle. La nicotine, présente dans la cigarette électronique, crée une dépendance, et la plupart des utilisateurs veulent cesser. Pour ces raisons, et bien d’autres, les personnes voulant cesser de fumer devraient plutôt utiliser des thérapies de remplacement de la nicotine (TRN) et/ou avoir recours à des services de consultation. De solides preuves indiquent que les TRN sont efficaces pour cesser de fumer.
 
Si vous n’avez pas réussi à cesser de fumer avec d’autres moyens, vous pouvez essayer la cigarette électronique. Si vous n’arrivez pas à écraser pour de bon, la cigarette électronique s’avère une meilleure option à long terme que la cigarette ordinaire du point de vue de la santé. La recherche révèle qu’il est moins nocif de fumer la cigarette ordinaire ou la cigarette électronique que d’opter pour le double usage des produits du tabac et de vapotage. En fait, le risque de crise cardiaque est cinq fois plus élevé chez les personnes qui font le double usage de ces produits chaque jour que chez ceux qui ne choisissent qu’une des deux options. L’approche idéale consiste à se débarrasser des habitudes de fumer. Les programmes et les produits d’aide à la désaccoutumance augmentent les chances de réussite.
 
La cigarette électronique est déconseillée aux jeunes, aux non-fumeurs et aux personnes qui ont complètement arrêté de fumer. Pour de plus amples renseignements à propos des risques du vapotage chez les jeunes, consultez le site Web de Santé Canada.

Prévenir la prise de poids après avoir cessé de fumer 

La prise de poids est une préoccupation courante lorsqu’il est question de cesser de fumer ou de cesser l’usage du tabac. Le tabac fait perdre l’appétit, il se peut donc que votre l’appétit augmente et que la nourriture vous semble plus attrayante lorsque vous arrêtez. 
 
Vous risquez aussi de prendre du poids si vous remplacez le plaisir du tabagisme par de la nourriture, surtout s’il s’agit d’aliments à faible valeur nutritive. Prenez plaisir à vous alimenter sainement, en ayant un régime équilibré composé d’aliments et de boissons bons pour la santé, tout en évitant les boissons trop sucrées et l’alcool. Découvrez plus de conseils à ce sujet sur le site Web de l’American Heart Association (en anglais seulement). 

Que faire en cas d’échec ou de rechute?

La plupart des gens essaient plusieurs fois de cesser de fumer avant de réussir pour de bon, donc ne vous tourmentez pas trop si vous faites une rechute. C’est une bonne occasion d’examiner les éléments déclencheurs de votre tabagisme. Tirez les conclusions qui s’imposent de votre échec temporaire. Vous serez mieux préparé et plus motivé la prochaine fois. Félicitez-vous de chaque effort pour arrêter, même s’il s’agit d’une seule journée sans fumée. Cesser de fumer demande beaucoup d’efforts, et vous êtes sur la bonne voie.

Ressources

*Remarque :
Nous entendons par tabagisme l’usage récréatif ou quotidien des produits de tabac commerciaux, par rapport à l’usage traditionnel du tabac. 

Ce qui inclut les pipes à eau (narguilés) qui peuvent être plus nocives que la cigarette, et les cigarettes électroniques, qui contribuent peut-être à réduire l’usage du tabac, mais dont les effets à long terme sur la santé demeurent inconnus.

La vie. Ne passez pas à côté.