skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Vos dons à l’œuvre

Les donateurs et les bénévoles de Cœur + AVC ont appuyé ces percées en 2016

Avec vous, Cœur + AVC perpétue les souvenirs, propulse les découvertes et préserve la vie. Tout ce que nous faisons vise à réduire le taux de mortalité et les facteurs de risque liés aux maladies du cœur et à l’AVC. Votre soutien rend tout cela possible.

Pendant l’exercice 2016, nous avons consacré 31,5 millions de dollars à la recherche qui prolonge la vie, et 42,4 millions de dollars à nos efforts de défense des intérêts et initiatives de promotion de la santé. Ces faits saillants montrent ce que ces investissements ont permis de réaliser selon quatre piliers, c’est-à-dire les domaines clés de résultats que nous utilisons pour mesurer notre impact.

1. Propulser les découvertes médicales

En 2016, Cœur + AVC a subventionné près de 850 chercheurs dans des instituts médicaux, des universités, des centres hospitaliers et des communautés partout au pays. Voici quelques-unes de leurs réalisations : 

  • Multiplication par deux du taux de survie : Les résultats préliminaires du Canadian Resuscitation Outcomes Consortium (CanROC) montrent qu’il est possible de doubler les taux de survie à un arrêt cardiaque en améliorant la réanimation cardiorespiratoire (RCR), notamment en encourageant les secouristes non professionnels à pratiquer cette manœuvre. 

  • Détection des signes de démence : L’étude PURE MIND du Dr Eric Smith se penche sur la prévalence des AVC silencieux (de petits AVC dont les symptômes sont peu perceptibles) chez 1 500 Canadiens âgés de 40 à 75 ans. Ces travaux révolutionnaires sont une étape importante en vue de pouvoir un jour prédire, et ultimement prévenir, le déclin cognitif et la démence.

  • Meilleure compréhension de l’insuffisance cardiaque : Le Dr Charles Cunningham est le pionnier d’une nouvelle technique d’imagerie qui permet d’observer en temps réel les processus métaboliques au sein des cellules cardiaques. La technique pourrait déboucher sur une manière de prédire l’insuffisance cardiaque. 

  • Découvertes de nouveaux indices dans le domaine du risque cardiaque chez les femmes : Une étude du Dr Jay Udell a été la première à montrer que les femmes qui prennent des inducteurs d’ovulation sans tomber enceintes sont exposées plus tard à un risque accru de maladie du cœur.

  • Percées dans la recherche d’un traitement pouvant faire disparaître les lésions cardiaques : Les travaux du Dr Kim Connelly nous ont permis de mieux comprendre les processus qui permettront aux médecins de guérir des lésions cardiaques par le traitement et la réinjection des cellules du patient.

  • Prévention de l’AVC : Le Dr David Gladstone a poursuivi ses travaux antérieurs qui ont mené à la découverte d’une manière nouvelle et améliorée de détecter la fibrillation auriculaire, une des causes d’AVC les plus fréquentes et les plus faciles à traiter. Il a mis à l’essai un nouveau moniteur sous forme de timbre adhésif qui devrait permettre de détecter la fibrillation auriculaire plus facilement et plus rapidement. 

  • Utilisation de la technologie pour favoriser l’adoption de comportements sains : Les Drs Sarah Kirk et Daniel Rainham ont terminé la mise au point de leur application Froogie, qui propose des interactions ludiques pour encourager les enfants et les adultes à manger plus de légumes et fruits.

Cœur + AVC a une longue histoire de percées médicales. Depuis plus de 60 ans, les chercheurs que nous subventionnons cumulent les découvertes. Découvrez-les.

2. Prévenir les maladies

Cœur + AVC donne aux gens de tous âges les outils dont ils ont besoin pour mieux connaître le concept de mode de vie sain et pour adopter de saines habitudes. 

Notre but est de réduire les facteurs de risque de maladie du cœur et d’AVC, notamment l’hypertension artérielle, l’obésité, les régimes alimentaires malsains, le manque d’activité physique et le tabagisme. 

Le problème : Le mode de vie de la population du pays ne favorise pas la santé à long terme. Par exemple :

  • La majorité des enfants doivent manger plus de légumes et fruits (55 % des enfants âgés de 12 à 19 ans mangent moins que les cinq portions quotidiennes, soit le minimum recommandé).
  •  La majorité des enfants profiteraient d’un niveau accru d’activité physique (chez les 2 à 17 ans, moins de un enfant sur 10 a un niveau qui respecte le minimum quotidien recommandé, à savoir 60 minutes par jour).
  • Trop d’adultes ont un régime alimentaire malsain (60 % des personnes de 19 ans ou plus mangent moins que les sept portions quotidiennes de légumes et fruits, soit le minimum recommandé).
  • Les adultes ont un niveau d’activité physique insuffisant (seulement 15 % d’entre eux atteignent le total cumulatif hebdomadaire recommandé de 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée).

Nos progrès en 2016 :

  • Créer des communautés saines : En 2016, au Manitoba, Cœur + AVC a mis en œuvre la deuxième année (sur trois) de l’initiative pour une collectivité en santé (en collaboration avec la Frontier School Division). L’initiative offre un soutien et des programmes visant à favoriser la santé des enfants. Dix écoles dans neuf communautés nordiques ont eu accès à des partenaires comme Students Working Against Tobacco et l’Aboriginal Youth Mentorship Program, pour rendre les déplacements vers l’école plus sécuritaires, sensibiliser les élèves aux dangers du tabac, ainsi que promouvoir la santé sociale et émotionnelle et les connaissances culturelles. 
  • Aider la population à réduire son niveau de risque : Avec son programme South Asian Women’s Health, RBC a organisé des séances de promotion de la santé en Ontario, en Colombie-Britannique, en Saskatchewan et en Alberta. Il s’agissait d’effectuer un dépistage des facteurs de risque (tour de taille, hypertension artérielle, fibrillation auriculaire et taux de cholestérol élevé) chez les femmes sud-asiatiques, le groupe ethnique dont les taux de maladies du cœur et d’AVC sont les plus élevés. Depuis son lancement, le programme a permis d’offrir le dépistage à plus de 4 700 participantes.
  • Rendre les enfants actifs : Pendant l’année scolaire 2015-2016, le programme Sautons en cœur de Cœur + AVC a encouragé plus de 919 000 enfants dans 3 340 écoles du pays à être actifs et à mieux connaître le concept de mode de vie sain. Ces chiffres s’élevaient à 977 200 enfants de 3 660 écoles pendant l’année scolaire 2014-2015, et à 877 400 enfants de 3 770 écoles en 2013-2014.

  • Influencer les politiques sanitaires : Cœur + AVC a été le premier organisme canadien à réclamer l’établissement d’une limite quotidienne en matière de sucre ajouté aux boissons et aliments. En 2016, dans le cadre de notre campagne sur l’alimentation chez les enfants, nous avons rencontré 178 députés afin de convaincre les élus et la population d’appuyer nos deux objectifs principaux à cet effet :

    •  Interdire, à l’échelon national, la publicité de boissons et d’aliments destinée aux enfants et aux jeunes;
    •  réduire la consommation de boissons sucrées par une taxe d’accise.

3. Préserver la vie

Cœur + AVC prend différentes mesures pour réduire le taux de mortalité en intervenant plus rapidement et en offrant un meilleur traitement dans les cas d’urgences cardiaques et d’AVC.

Le problème : Trop de gens au pays meurent d’un arrêt cardiaque soudain ou d’un AVC.

  • L’arrêt cardiaque soudain est une urgence médicale fatale en l’absence d’une intervention immédiate; il y aurait environ 40 000 cas chaque année au pays.
  • Jusqu’à 85 % des arrêts cardiaques se produisent hors d’un hôpital, dans des lieux publics ou à domicile, où les chances de survie sont plus que médiocres (10 %).
  •  L’AVC arrive au troisième rang des causes de décès au pays, et est une cause prédominante d’incapacité; environ 62 000 AVC surviennent chaque année.
  • Plus une personne qui subit un AVC se rend rapidement à un hôpital ayant les ressources nécessaires et reçoit le traitement qui convient, plus ses chances de survivre et de se rétablir avec une légère ou aucune incapacité sont élevées.

Nos progrès en 2016 :

  • Agir en tant que chef de file de la formation en réanimation : Cœur + AVC corédige les Lignes directrices en matière de réanimation cardiorespiratoire et de soins d’urgence cardiovasculaire, qui sont la référence de toutes les activités de formation en RCR au pays. En 2016, nous avons formé près de 315 000 cliniciens, premiers répondants et autres professionnels en perfectionnant leurs compétences d’intervention en cas d’urgences cardiaques. Nous n’avions formé que 219 000 personnes en 2015 et 266 000 en 2014.
  • Apprendre aux gens à sauver des vies : Depuis les débuts de la RCR au pays, en 1976, Cœur + AVC travaille chaque année avec des partenaires afin d’enseigner la réanimation et les premiers soins à des gens sans formation particulière. En 2016, nous avons formé plus de 216 000 secouristes et autres personnes. Nous en avions formé 221 000 en 2015 et 225 000 en 2014.
  • Améliorer les soins de l’AVC : En collaboration avec des spécialistes, Cœur + AVC surveille de près les données scientifiques publiées et rédige les Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC. Les professionnels de la santé comptent sur les Recommandations pour avoir des connaissances à jour sur la prévention, le traitement et la gestion de l’AVC. En 2016, nos lignes directrices sur la prise en charge de l’AVC en phase aiguë chez le patient hospitalisé ont été le deuxième article le plus lu de l’International Journal of Stroke.
  • Promouvoir la sensibilisation à l’AVC : Grâce à nos campagnes sur les signes VITE de l’AVC et à notre Bulletin annuel sur l’AVC, plus de gens au pays savent comment reconnaître cette affection et qu’il faut agir rapidement pour réduire les lésions potentielles. Notre Bulletin sur l’AVC de 2016 mettait l’accent sur le lien entre l’AVC et la démence et a généré plus de 53 millions de vues; il y avait eu 62 millions de vues du bulletin de 2015, et près de 41 millions de vues de celui de 2014.
4. Favoriser le rétablissement

Cœur + AVC contribue à une meilleure qualité de vie en améliorant le soutien offert aux survivants et aux aidants pendant des heures difficiles.

Le problème : Environ 1,6 million de personnes au pays et leur famille vivent avec les séquelles d’une maladie du cœur ou d’un AVC. Leurs besoins les plus pressants comprennent :

  • Le soutien pendant la transition de l’hôpital à un autre milieu de soin. Il s’agit d’une période cruciale pendant laquelle le rétablissement commence et des mesures sont prises pour réduire le risque de récidive.
  • Le soutien aux aidants naturels. En effet, plus de une personne sur quatre au pays prodigue des soins à un membre de la famille ou à un ami atteint d’une maladie chronique ou d’une incapacité, ou à une personne âgée.

Nos progrès en 2016 :

  • Dialoguer avec les survivants : Cœur + AVC a continué de dialoguer avec notre communauté de survivants, un réseau de 785 personnes qui vivent avec une maladie du cœur, une insuffisance cardiaque ou un AVC, et qui souhaitent améliorer leur rétablissement. Il s’agit d’une augmentation par rapport aux 700 personnes qui ont participé en 2015, au moment du lancement. Le groupe a participé à différentes initiatives, comme des activités de porte-parole auprès des médias ou l’élaboration de notre stratégie de collaboration avec les patients et la population.

Fournir des ressources :

  • En 2016, les hôpitaux du pays ont enregistré 49 900* admissions liées à l’AVC. Nous avons distribué 33 900 exemplaires de Votre cheminement après un accident vasculaire cérébral (68 % de toutes les admissions), un guide gratuit à l’intention des survivants de l’AVC et de leur famille pour les aider à comprendre les effets de la maladie et à gérer le rétablissement.
  • Nous avons également publié Bien vivre avec une maladie du cœur, un guide gratuit et complet sur le rétablissement. En 2016, au pays, 108 000* admissions ont été liées à des maladies du cœur ischémiques, et nous avons distribué gratuitement 42 500 exemplaires du guide (39 % de toutes les admissions).
  • Plus de 800 survivants et partenaires de soins ont pris part à notre programme La vie après un AVCMC dans différentes collectivités du pays (plus de 560 personnes en 2015 et plus de 400 en 2014).

 *Ne comprend pas les données du Québec.

Lisez notre Rapport aux donateurs.
Consultez nos états financiers.
Apprenez-en plus sur la recherche menée par Cœur + AVC.