skip-to-main-content
Faire un don
Pourquoi faire un don

Vos dons à l’œuvre

Les donateurs et les bénévoles de Cœur + AVC ont appuyé ces percées en 2017

Avec vous, Cœur + AVC perpétue les souvenirs, propulse les découvertes et préserve la vie. Tout ce que nous faisons vise à réduire le taux de mortalité et les facteurs de risque liés aux maladies du cœur et à l’AVC. Votre soutien rend tout cela possible.

Pendant l’exercice 2017, nous avons consacré 32,6 millions de dollars à la recherche qui prolonge la vie, et 38,0 millions de dollars à nos efforts de défense des intérêts et initiatives de promotion de la santé. Ces faits saillants montrent ce que ces investissements ont permis de réaliser selon quatre piliers, c’est-à-dire les domaines clés de résultats que nous utilisons pour mesurer notre impact.

1. Propulser les découvertes médicales

En 2017, Cœur + AVC a subventionné plus de 800 chercheurs dans des instituts médicaux, des universités, des centres hospitaliers et des communautés partout au pays. Voici quelques-unes de leurs réalisations : 

Cœur + AVC a une longue histoire de percées médicales. Depuis plus de 60 ans, les chercheurs que nous subventionnons cumulent les découvertes. Découvrez-les.

2. Prévenir les maladies

Cœur + AVC donne aux gens de tous âges les outils dont ils ont besoin pour mieux connaître le concept de mode de vie sain et pour adopter de saines habitudes. 

Notre but est de réduire les facteurs de risque de maladie du cœur et d’AVC, notamment l’hypertension artérielle, l’obésité, les régimes alimentaires malsains, le manque d’activité physique et le tabagisme. 

Le problème : Le mode de vie de la population du pays ne favorise pas la santé à long terme. Par exemple :

  • La majorité des enfants doivent manger plus de légumes et fruits (55 % des enfants âgés de 12 à 19 ans mangent moins que les cinq portions quotidiennes, soit le minimum recommandé).
  •  La majorité des enfants profiteraient d’un niveau accru d’activité physique (chez les 2 à 17 ans, moins de un enfant sur 10 a un niveau qui respecte le minimum quotidien recommandé, à savoir 60 minutes par jour).
  • Trop d’adultes ont un régime alimentaire malsain (60 % des personnes de 19 ans ou plus mangent moins que les sept portions quotidiennes de légumes et fruits, soit le minimum recommandé).
  • Les adultes ont un niveau d’activité physique insuffisant (seulement 15 % d’entre eux atteignent le total cumulatif hebdomadaire recommandé de 150 minutes d’activité physique d’intensité modérée à élevée).

Nos progrès en 2017 :

  • Rendre les enfants actifs : Pendant l’année scolaire 2016-2017, le programme Sautons en cœur de Cœur + AVC a encouragé plus de 950 000 enfants dans 3 415 écoles du pays à être actifs et à mieux connaître le concept de mode de vie sain. Ces chiffres s’élevaient à plus de 919 000 enfants dans 3 340 écoles pendant l’année scolaire 2015-2016, à plus de 977 200 enfants dans 3 660 écoles en 2014-2015, et à 877 400 enfants dans 3 770 écoles en 2013-2014.
  • Influencer les politiques sanitaires : En 2017, Cœur + AVC a encore tenu un rôle décisif dans la transformation du paysage nutritionnel au pays. Santé Canada a annoncé des mesures visant à éliminer les gras trans d’origine industrielle de tous les aliments vendus au pays, dans le cadre de sa stratégie fédérale en matière de saine alimentation. Cœur + AVC a contribué à introduire ce changement grâce au rôle qu’elle joue depuis plus de dix ans, notamment en coprésidant le groupe d’étude fédéral sur les gras trans et en convainquant le gouvernement de la Colombie-Britannique, en 2009, d’adopter des règlements pour encadrer l’utilisation des gras trans en restauration.
  • Cœur + AVC a subventionné une nouvelle étude révélant que le Canada est le deuxième plus grand consommateur d’aliments et de boissons ultra-transformés dans le monde, après les États-Unis. Un resserrement des politiques et des lignes directrices en alimentation est donc nécessaire, ce qui comprend l’étiquetage nutritionnel obligatoire sur le devant des emballages ainsi que la révision du Guide alimentaire canadien afin de renforcer et d’actualiser cette ressource, et l’adapter aux populations autochtones.
  • En tant que cofondateur de la Coalition Arrêtons la pub destinée aux enfants, Cœur + AVC a fièrement mené des efforts remarquables en défense des intérêts visant à assurer l’adoption du projet de loi S-228 au Sénat. Ce projet de loi, qui est actuellement débattu à la Chambre des communes, interdira la publicité de boissons et d’aliments de faible qualité ciblant les enfants. Notre Bulletin du cœur 2017, Nos enfants sont bombardés, a fait valoir de solides arguments en faveur d’une telle restriction. Avec un résumé des données probantes de l’influence de la publicité sur les préférences alimentaires des enfants, sa diffusion sans précédent de 100 millions de mentions dans les médias a certainement lancée la discussion sur le sujet au pays.
3. Préserver la vie

Cœur + AVC prend différentes mesures pour réduire le taux de mortalité en intervenant plus rapidement et en offrant un meilleur traitement dans les cas d’urgences cardiaques et d’AVC.

Le problème : Trop de gens au pays meurent d’un arrêt cardiaque soudain ou d’un AVC.

  • L’arrêt cardiaque soudain est une urgence médicale fatale en l’absence d’une intervention immédiate; il y aurait environ 40 000 cas chaque année au pays.
  • Jusqu’à 85 % des arrêts cardiaques se produisent hors d’un hôpital, dans des lieux publics ou à domicile, où les chances de survie sont plus que médiocres (10 %).
  •  L’AVC arrive au troisième rang des causes de décès au pays, et est une cause prédominante d’incapacité; environ 62 000 AVC surviennent chaque année.
  • Plus une personne qui subit un AVC se rend rapidement à un hôpital ayant les ressources nécessaires et reçoit le traitement qui convient, plus ses chances de survivre et de se rétablir avec une légère ou aucune incapacité sont élevées.

Nos progrès en 2017 :

  • Agir en tant que chef de file de la formation en réanimation : Cœur + AVC corédige les Lignes directrices en matière de réanimation cardiorespiratoire et de soins d’urgence cardiovasculaire, qui sont la référence de toutes les activités de formation en RCR au pays. En 2017, nous avons formé près de 323 000 cliniciens, premiers répondants et autres professionnels en perfectionnant leurs compétences d’intervention en cas d’urgences cardiaques. Ces chiffres s’élevaient à près de 315 000 personnes en 2016, 219 000 en 2015 et 266 000 en 2014.
  • Apprendre à sauver des vies : Depuis les débuts de la RCR au pays, en 1976, Cœur + AVC fait équipe chaque année avec ses partenaires afin d’enseigner cette technique ainsi que les premiers soins aux gens de tous les milieux. En 2017, nous avons formé plus de 215 000 secouristes et autres personnes, comparativement à 216 000 en 2016, à 221 000 en 2015 et à 225 000 en 2014.
  • Améliorer les soins de l’AVC : En collaboration avec des spécialistes, Cœur + AVC surveille de près les dernières données scientifiques publiées et rédige les Recommandations canadiennes pour les pratiques optimales de soins de l’AVC. Les professionnels de la santé comptent sur les Recommandations pour avoir des connaissances à jour sur la prévention, le traitement et la gestion de l’AVC. Nous avons publié deux nouvelles lignes directrices importantes en 2017 : la prévention de l’AVC chez les femmes enceintes ou prévoyant le devenir, et la prévention d’une récidive chez les personnes ayant déjà subi un AVC.
  • Promouvoir la sensibilisation à l’AVC : Grâce à notre campagne sur les signes VITE de l’AVC, plus de gens au pays savent reconnaître rapidement cette urgence médicale pour en réduire les dommages. En 2017, VITE a connu un franc succès au Québec. À preuve, les sondages réalisés avant et après la campagne montrent que la connaissance spontanée de l’AVC et des signes a considérablement augmenté chez les Québécois après la campagne : 71 % des répondants ont affirmé connaître l’un des trois signes de l’AVC, 37 % ont indiqué connaître deux des trois signes, et 13 %, les trois signes (comparativement à 54 %, 22 % et 5 %, respectivement, avant la campagne).
4. Favoriser le rétablissement

Cœur + AVC contribue à une meilleure qualité de vie en améliorant le soutien offert aux survivants et aux aidants pendant des heures difficiles.

Le problème : Environ 1,6 million de personnes au pays et leur famille vivent avec les séquelles d’une maladie du cœur ou d’un AVC. Leurs besoins les plus pressants comprennent :

  • Le soutien pendant la transition de l’hôpital à un autre milieu de soin. Il s’agit d’une période cruciale pendant laquelle le rétablissement commence et des mesures sont prises pour réduire le risque de récidive.
  • Le soutien aux aidants naturels. En effet, plus de une personne sur quatre au pays prodigue des soins à un membre de la famille ou à un ami atteint d’une maladie chronique ou d’une incapacité, ou à une personne âgée.

Nos progrès en 2017 :

Dialoguer avec les survivants : 

  • En 2017, Cœur + AVC a lancé sa communauté en ligne de survivants. Celle-ci regroupe déjà 300 personnes qui vivent avec une maladie du cœur ou les séquelles d’un AVC. Ce groupe d’entraide offre soutien social et émotionnel aux survivants, et leur permet de parler de ce qu’ils ont vécu, d’obtenir des renseignements de qualité, et d’échanger des conseils sur la vie après un AVC ou un épisode cardiaque.
  • Notre bulletin électronique nous permet de garder le contact avec plus de 900 personnes vivant avec une maladie du cœur ou les séquelles d’un AVC, ainsi que leurs aidants, une augmentation par rapport aux plus de 785 abonnés en 2016, et aux près de 700 personnes inscrites en 2015, année du lancement du bulletin.
  • Plus de 500 survivants et partenaires de soins ont pris part à notre programme La vie après un AVCMC dans différentes communautés du pays. Ils étaient plus de 800 en 2016, 560 en 2015 et plus de 400 en 2014. Le programme fait peau neuve présentement.

Fournir des ressources : 

  • En 2017, nous avons publié plus de 34 800 exemplaires de Votre cheminement après un accident vasculaire cérébral, un guide gratuit à l’intention des survivants d’un AVC et de leur famille, pour les aider à comprendre les effets de l’AVC et à prendre en charge le rétablissement. Un tel tirage représente un public d’environ 70 % des admissions à l’hôpital pour un AVC au Canada*, comparativement à 33 900 exemplaires l’année dernière, pour un public d’environ 68 % de cette même clientèle. 
  • En 2017, nous avons également publié plus de 48 000 exemplaires de Bien vivre avec une maladie du cœur, un guide gratuit et complet sur le rétablissement après un diagnostic de maladie coronarienne. Un tel tirage représente un public d’environ 44 % des admissions à l’hôpital pour une cardiopathie ischémique au Canada*, comparativement à 42 500 exemplaires l’année dernière, pour un public d’environ 39 % de cette même clientèle.
  • Lisez le Bulletin des donateurs.
  •  Consultez nos états financiers.
  • Apprenez-en plus sur la recherche menée par Cœur + AVC

* Les figures ne comprennent pas les données du Québec.